Tous à la manif mardi 12 septembre 14h. à la Bastille

vendredi 8 septembre 2017

Les communistes d’Aubervilliers appellent à participer massivement à la grande manifestation organisée de la Bastille à la place d’Italie à Paris (comme dans de très nombreuses villes de France) à l’appel de la CGT, de Solidaires,de la FSU, de plusieurs syndicats FO, de l’UNEF (étudiants) ; de la FIDL (lycéens).

Un départ collectif est prévu place de la mairie à 13h.

Les 36 mesures prises par ordonnances organisent la casse du droit du travail. Elles s’attaquent de front aux accords collectifs en faisant de l’entreprise l’échelon principal de la négociation sociale, affaiblissent le rôle et les prérogatives des syndicats, et facilitent les plans sociaux.

- Jusqu’ici, en l’absence de délégué syndical, les entreprises devaient se conformer à la loi et aux accords de branche. Désormais, les petits patrons auront la possibilité de passer outre en téléguidant des négociations maison.

- Contrats de chantier plus précaire et moins protecteur qu’un CDD.

- Mise en place d’une rupture conventionnelle collective ; Pour Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, « cette création » est une manière d’éviter de mettre en place un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), avec les garanties sociales qui vont avec…

- Réduction du délai de recours aux prud’hommes à un an et plafonnement des compensations payées au salarié.

- Le plan social facilité. Le périmètre du plan social et son motif économique ne seront plus appréciés au niveau international, mais au niveau local. Cela rend possible la mise en faillite d’une unité implantée en France alors que la santé du groupe est florissante à l’échelle mondiale.

- Des accords pourront âtre signés sans les syndicats...

- Fusion des délégués du personnel et du comité d’entreprise ; suppression des comités d’h’ygiène et de sécurité (CHSCT)

- le gouvernement offre un recours généralisé aux accords compétitivité emploi. Possibilité est offerte aux entreprises de s’adapter vite à une hausse ou une baisse de l’activité économique par des accords simplifiés. Et malheur aux salariés qui s’y opposeraient. Leur éviction ne sera plus considérée comme un licenciement économique. Adieu les indemnités et droits au reclassement afférents.

La casse du Code du travail au centre des débats à la Fête de l’Humanité

Face à l’ampleur des attaques, la Fête de l’Humanité s’inscrira trois jours durant, les 15, 16 et 17 septembre, dans la lutte pour le progrès social et mettra la question des droits des travailleurs au cœur de ses grands débats.

Samedi 16 septembre après-midi, l’Agora de l’Humanité accueillera ainsi la mise en scène du procès de la nouvelle loi travail, en présence d’avocats spécialisés, de responsables syndicaux, mais également de grands témoins comme Gérard Filoche (ancien inspecteur du travail) ou Emmanuel Dockès (professeur de droit du travail).

Le Forum social organisera, samedi, à 18 heures, un grand débat sur le thème en présence de Philippe Martinez et le stand national du PCF mettra le droit du travail au cœur d’un échange avec des parlementaires dès le vendredi, à 18 heures.

4 Messages

  • La CGT a annoncé vendredi avoir décidé d’appeler à une nouvelle journée de mobilisation nationale, le 21 septembre. Elle s’ajoute à celle déjà prévue le 12 septembre contre la réforme du code du Travail. Une nouvelle manifestation qui se tiendra une semaine après celle contre la réforme du code du Travail et deux jours avant la manifestation de la France Insoumise.
    Le mot d’ordre de cette mobilisation n’a pas encore été arrêté, a-t-on souligné à la CGT. Mais cet appel à grèves et manifestations interviendra la semaine de la présentation en conseil des ministres des ordonnances réformant le code du travail. Bonne nouvelle, on quitte pas la rue, on manifeste le 12, le 21 et 23 septembre. Et après le samedi 23 septembre on continue...

    Répondre à ce message

    • "Je serai dans la rue le 12 et le 23. Il serait incongru d’aller à une manifestation et pas à d’autres"
      Benoît Hamon

      Répondre à ce message

    • Jean-Luc Mélenchon et la France insoumise, qui participe aux manifestation des 12 et 21 septembre, appelle le peuple à "déferler" à la Bastille, contre ce qu’il qualifie de coup d’État social le 23 septembre. Sur RTL hier, Pierre Laurent à réagit : "Il y a eu autour de cette annonce précipitée de la manifestation du 23 septembre au cœur de l’été, une volonté de Jean-Luc Mélenchon d’imposer son propre agenda."
      Pierre Laurent regrette aussi que le quatrième homme de la présidentielle boycotte la Fête de l’Humanité. "Je pense qu’il aurait dû y venir. Sa place était à la fête, dommage", termine-t-il, appelant les opposants à "construire du collectif plus que jamais". Pierre Laurent oublie de préciser que des députés du groupe de la France insoumise seront bien présents lors de la fête de l’Humanité.
      Au moment où la bataille contre Macron s’annonce très rude, on peut se demander si c’est bien le moment de se livrer à de telle déclaration ?

      Comme l’écrivait Aragon : « Quand les blés sont sous la grêle / Fou qui fait le délicat / Fou qui songe à ses querelles / Au cœur du commun combat ».

      Répondre à ce message

Répondre à cet article