Après le deuxième tour de l’élection législative

Rassemblés pour défendre et faire respecter les albertivillariens à l’Assemblée nationale

lundi 19 juin 2017

Hier, les électrices et les électeurs de la circonscription Aubervilliers-Pantin ont élu député Bastien Lachaud, candidat de la France Insoumise soutenu au second tour par le PCF, opposé au candidat d’En Marche.

A 54,72% soit 3995 voix, les albertivillariennes et les albertivillariens ont confirmé leur ancrage à gauche malgré une abstention encore plus forte qu’au premier tour.

Cette victoire est celle d’une gauche rassemblée pour le développement social, humain et écologique.

Les communistes d’Aubervilliers adressent à Bastien Lachaud leurs plus sincères félicitations et leurs encouragements pour défendre, faire respecter et porter la voix les habitant-e-s de notre circonscription Aubervilliers-Pantin à L’Assemblée Nationale.

Nous serons à ses côtés dans les combats à venir face à la majorité écrasante dont dispose désormais le président de la République Emmanuel Macron pour mettre en marche sa politique ultra libérale.

De plus, les français peuvent compter sur 11 député-e-s communistes qui ont été élu-e-s et que nous félicitons : Jean-Paul Dufrègne (03), Pierre Dharréville (13), André Chassaigne (63), Fabien Roussel (59) et Alain Bruneel (59), Jean-Paul Lecoq (76), Sébastien Jumel (76) et Hubert Wulfranc (76), Elsa Faucillon (92), Marie-George Buffet (93), Stéphane Peu (93) et sur les député-e-s qui formeront, avec eux, un groupe parlementaire d’opposition au gouvernement pour permettre à cette voix libre et combative de servir les intérêts populaires.

La section d’Aubervilliers du Parti communiste français

25 Messages

  • Il était temps de voler au secours de la victoire !

    Répondre à ce message

  • Bastien Lachaud, 6e circonscription de Seine-Saint-Denis

    Le directeur de la campagne des législatives pour La France insoumise s’est emparé du siège occupé depuis 15 ans par l’ex-garde des sceaux socialiste, Elisabeth Guigou. Ce professeur d’histoire de 36 ans, qui a débuté sa vie de militant au syndicat étudiant UNEF, s’est imposé au deuxième tour face au candidat LRM dans cette circonscription qui réunit les communes Pantin et Aubervilliers.

    « Parachuté » depuis le XIXe arrondissement voisin, où il vit, ce trentenaire avait également été responsable des événements pendant la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon. Militant socialiste, il avait quitté le PS en 2008 avec Jean-Luc Mélenchon pour fonder le Parti de gauche, dont il a été secrétaire national. Il a également occupé la fonction de secrétaire général du groupe Front de gauche-Parti de gauche au Conseil régional d’Ile-de-France.

    Depuis dimanche soir il est le député pour Aubervilliers-Pantin. Félicitations et bienvenue

    Répondre à ce message

    • Puisqu’on en est aux chaleureuses félicitations, n’oublions pas les députés-es de Seine-Saint-Denis (nouveaux et anciens) qui sauront s’inscrire aux côtés de Bastien Lachaud dans la défense de notre territoire du 93.

      Eric Coquerel (FI) élu avec 51,72%
      Stéphane Peu (FI-PCF) élu avec 57,89%
      Marie-Georges Buffet (PCF-FI) élue avec 59,63%
      Bastien Lachaud (FI) élu avec 55,01%
      Alexis Corbière (FI) élu avec 57,90%
      Sabine Rubin (FI) élus avec 52,26%
      Clémentine Autin (FI-Ensemble) élue avec 59,52%

      Répondre à ce message

      • Pourquoi ne pas évoquer le taux d’abstention à Aubervilliers de 71,31 % , cela relativise la victoire . On peut pronostiquer des batailles d’ego entre Mélenchon alliés à ses soutiens , et la gauche de la gauche comme François Ruffin , André Chassaigne et les députés d’Ensemble . il y aura encore des joutes et des coups bas , Monseigneur peut envoûter et être adoré mais il peut aussi se faire exècré .
        Alors deux ou un groupe de la France insoumise ?

        Répondre à ce message

        • Oui, espèrons que le PCF arrivera avec les députés d"Outre Mer à faire un groupe autonome de la France Insoumise ce qui permettra d’avoir deux porte-voix à l’Assemblée Nationale comme l’ont fait Lutte Ouvriere et le NPA à la Présidentielle.

          Répondre à ce message

          • Il faut souhaiter qu’il n’y ait qu’un seul groupe. Toutefois, si c’est le cas il faut que ce groupe s’installe sur de bonnes bases c’est à dire en s’engageant à respecter le programme sur lequel les électeurs se sont prononcés. Après, il ne faut pas chercher à forcer la nature, si les conditions d’un accord ne sont pas réunies et qu’un accord ne peut pas être trouvé immédiatement, il n’y a rien de catastrophique. Mieux vaut deux groupes qui travaillent ensemble sur des bases claires qu’un seul groupe qui passe son temps dans des querelles quotidiennes.

            Répondre à ce message

          • Déclaration de ce jour à 11h30
            Mélenchon n’écarte pas l’idée d’un groupe parlementaire associant FI et PCF, mais...
            Jean-Luc Mélenchon n’a pas fermé la porte à un accord entre FI et PCF pour un groupe parlementaire. "Il y a sans doute eu des malentendus", a glissé le député, dans une formule très mesurée, au sujet des oppositions entre insoumis et communistes qui ont marqué la campagne.

            Jean-Luc Mélenchon a cependant soulevé un nouveau point de désaccord entre les deux formations au sujet de sa succession au Parlement européen. L’eurodéputé souhaiterait voir son lieutenant Manuel Bompard, candidat défait au second tour des législatives, lui succéder. Mais celui-ci n’est que troisième sur la liste, derrière... une communiste. Jean-Luc Mélenchon souhaite que celle-ci se désiste au profit de Mauel Bompard. "Si l’accord précédent n’est pas respecté on ne peut pas envisager qu’il y en ait de nouveau", a-t-il fait valoir sur ce point.

            Répondre à ce message

            • Un seul groupe... C’est pas gagné !

              André Chassaigne, ancien président du groupe des députés communistes, réélu, ne veut pas se presser. "J’ai invité les députés communistes élus à une réunion mercredi matin pour voir ce que nous allons faire", confie-t-il. Et d’évoquer spontanément l’hypothèse de deux groupes distincts à l’Assemblée nationale : "L’objectif est la visibilité de la gauche radicale dans cette nouvelle Assemblée. Il faudra qu’on organise, s’il y a deux groupes, une sorte d’inter-groupe, avec une expression commune, et un cadre de travail commun". Car pour André Chassaigne, l’important est que "l’identité communiste puisse continuer d’exister dans l’hémicycle, qu’elle ne soit pas tout simplement avalée". Et dans l’hypothèse d’un groupe commun, ce vieux briscard de la politique ne se fait pas d’illusion, projetant que "si on se regroupe, la présidence reviendra forcément à la sensibilité la plus importante, la FI". D’où l’idée que les communistes gardent leur autonomie, et qu’il soit, à nouveau, président du groupe pcf, balayant les doutes sur leur capacité à rassembler suffisamment de parlementaires : "Il n’y a aucun obstacle pour y arriver. On refera comme lors de la dernière mandature en se regroupant avec nos camarades ultra-marins !"

              Répondre à ce message

              • Deux groupes cela fait deux foix plus de temps de paroles à l’Assemblée Nationale.

                Répondre à ce message

                • L’exemple de Barto ne suffit pas. Très gauche voir plus que les communistes avec son équipe puis on a vu ce que ça a donné. Il est drôle de voir des personnes qui s’enflamment trop vite.

                  Franchement, l’histoire des groupes, tout le monde s’en fiche. Les communistes ont toujours eu un groupe indépendant dans toutes les collectivités même dans la majorité actuelle et ça gene personne. Apparemment, y’avait des désaccords lors des législatives, une histoire de charte. Donc, lorsque les désaccords surviendront les groupes exprimeront les positions différentes et lorsque qu’ils s’entendront c’est à dire la plupart du temps. Ils voteront la même chose c’est à dire contre la politique de Macron. Certains diront qu’ils sont pour les 35h d’autres les 32 heures. D’autres pour l’augmentation de la CSG d’autres pour sa suppression. Laissons le temps au temps. Par contre, il y aura besoin de rassembler les populations contre les mauvais coups du camp Macron et travailler à l’avenir pour enfin gagner et accéder au pouvoir.

                  Répondre à ce message

                  • Il y aura bien 2 groupes distincts à l ’ AN

                    Répondre à ce message

                    • En voilà une bonne nouvelle ! Les députés PCF auront, grâce à l’apport d’élus ultramarins, leur propre groupe à l’Assemblée nationale et ne rejoindront donc pas celui de La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, a annoncé mercredi André Chassaigne, président sortant des députés du Front de gauche. "Nous avons effectivement 15 députés en mesure de créer, de prolonger le groupe de la Gauche démocrate et républicaine" de la précédente législature, avec 11 députés communistes, ainsi que 4 ultramarins qui ont été réélus, a déclaré ce député PCF du Puy-de-Dôme lors d’une conférence de presse au Palais Bourbon". Une très bonne nouvelle, il est temps que le pcf se démarque de la France insoumise car nous n’avons pas autant de choses en commun contrairement à ce que beaucoup croit. Le pcf est le seul groupe qui progresse cessons donc d’être scotché à France insoumise nous n’avons rien à y gagner.

                      Répondre à ce message

                      • Les onze députés communistes élus ainsi que quatre députés ultra-marins formeront un groupe indépendant à l’Assemblée.
                        Le député du Puy-de Dôme, André Chassaigne a mis fin au suspense : "Nous avons effectivement 15 députés en mesure de créer, de prolonger le groupe de la Gauche démocrate et républicaine" a affirmé l’élu communiste. Le groupe GDR créé lors de la précédente législature, comptera dans sa version 2017 « 11 députés communistes, ainsi que quatre ultramarins », a déclaré le député. L’union technique avec les 16 élus de la France insoumise n’a pas été l’option retenue, ".

                        Répondre à ce message

                        • Heureusement ! Je lis dans un post qu’André Chassaigne serait un "vieux briscard" certes mais il a été insti/ prof/ directeur de collège de 1977 à 2002, Jean-Luc Mélenchon fait le métier de politicien sans interruption depuis le début des années 70. Sinon pour approfondir sa caricature Mélenchon fait le clown devant les caméras avant de rentrer dans l’assemblée avec ses 15 fans qui rient à ses plaisanteries débiles et déplacées .J’ai honte d’avoir voter pour lui !

                          Répondre à ce message

                          • Pas de rassemblement avec la France insoumise tel est le choix du pcf Le 21 juin à 20:48, par A la place de vos inexorables conneries politiciennes

                            Il y a mieux à faire qu’à lire vos posts débiles tantôt contre la France insoumise, tantôt contre le pc.
                            Allez vous enfin comprendre qu’on s’en fout de vos querelles politiciennes à la con. Pendant que vous gaspillez votre petite et très faible énergie Macron est au travail... notamment sur des questions qui concernent nos enfants. Prenez un peu de hauteur lisez ce qui suit :

                            Les « CP à 12 » ne doivent pas dégrader les conditions de rentrée dans toutes les écoles !
                            Le ministre décide… mais le ministre ne budgète pas ! A 3 semaines de la fin des classes, les enseignants apprennent qu’ils doivent mettre en place, pour la rentrée de septembre 2017, les « CP à effectif réduit » dans les 109 élémentaires REP+ de Seine-Saint-Denis, sans aucune création de postes supplémentaires.
                            Pour y parvenir, le DASEN vient d’annoncer la fin du dispositif « Plus de maîtres que de classes » en REP+ et dans certaines écoles REP. Dans les écoles, c’est la consternation : le nouveau ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, dit qu’il veut asseoir ses décisions sur des études sérieuses, mais le travail des « Plus de maîtres… » est balayé avant d’avoir pu être évalué ! Le ministre affirme son soutien aux équipes qui innovent, expérimentent, il déclare « qu’une équipe qui a des projets, c’est une école qui va bien », mais il supprime le meilleur levier que les équipes aient eu ces dernières années pour la réflexion pédagogique collective en stoppant net le travail des « Plus de maîtres que de classes ».
                            Pour organiser les « CP à effectif réduit » en REP+, le directeur académique du 93 choisit également de ne pas répondre à toutes les demandes d’ouverture de classes : pour le comité technique spécial départemental de vendredi 23 juin, il propose 46 ouvertures et… 47 fermetures de classes ! Des équipes seront en grève et en manifestation le 23 juin en Seine-Saint-Denis pour que les effectifs n’augmentent pas dans leur école. A quoi servent des CP à 12 élèves, si les conditions d’apprentissage se dégradent dans toutes les autres classes, en maternelle comme en élémentaire ? Le slogan « 100% de réussite en CP » suscite l’incompréhension : l’apprentissage de la lecture par exemple doit se construire sur plusieurs années, sauf si l’on se satisfait, pour les élèves les plus éloignés de la culture écrite, d’un déchiffrage sans compréhension…
                            Enfin, toujours pour répondre à la commande précipitée du ministre, le DASEN compte aussi diminuer les postes de remplaçants qui ont été créés pour la prochaine rentrée… alors même que
                            le non remplacement est encore loin d’être résolu dans notre département.
                            Le vendredi 23 juin a lieu le comité technique spécial départemental de carte scolaire qui doit entériner toutes ces mesures ainsi que les ouvertures et fermetures de classes. Maintien des « Plus de maîtres que de classes », respect des seuils d’ouverture de classes, maintien des postes de remplaçants : le SNUipp-FSU 93, avec l’intersyndicale 1er degré de Seine-Saint-Denis (SNUipp-FSU, SNUDI-FO, CGT Educ’action, SUD-Education et CNT-STE), appelle à la grève ce vendredi 23 juin. Un rassemblement est organisé devant la DSDEN à partir de 11h. Les enseignants exigent la création des 200 postes manquants du fait de cette mesure de « CP à effectif réduit ». Le concours supplémentaire de l’académie de Créteil n’est pas terminé, le ministre doit augmenter le nombre de places pendant qu’il en est encore temps !

                            Répondre à ce message

                            • Quand je lis cette "appréciation " méprisante ,je suis fier d’être taxé de débile. Effectivement je critique cette déclaration de Mélenchon :

                              "J’ai vu le matheux, là. Je vais lui expliquer ce qu’est un contrat de travail, il va tomber par terre, parce qu’il le sait pas. Il sait pas que la journée de 8 heures c’est 100 ans de lutte ! Le gars, il croit que ça a toujours été comme ça ".

                               Les électeurs absentionnistes doivent être aussi des débiles ils ne veulent pas choisir entre Mélenchon et Macron et au regard de la participation électorale à Auber nous sommes majoritaires (70% des inscrits ) . Alors continuer vos génuflexions devant votre Gourou , vous me conforter dans mes critiques

                               .

                               .

                              Répondre à ce message

                              • Tu as bien raison continue de perdre ton temps avec tes commentaires sans intérêt, pendant ce temps là un certain Macron met en application son projet qui est loin d’être sympathique et les abstentionnistes, quelle que soit leur motivation, ne le dérangent nullement pas plus que les commentateurs anti-Mélenchon ou anti-pcf.

                                Répondre à ce message

                                • Macron fait les poches des retraités : c’est honteux Le 10 juillet à 11:25, par Bien dit !

                                  Alexis Corbière (nouveau député de seine-Saint-Denis) ne mâche pas ses mots contre Emmanuel Macron. Dimanche, le député La France insoumise a fustigé l’augmentation de la CSG et la baisse de l’ISF qu’envisage le gouvernement d’Édouard Philippe. Allant même jusqu’à affirmer qu’il trouvait "honteux" que le président de la République fasse "les poches" aux retraités. "Je dis que quand on a bossé toute sa vie, qu’on gagne 1 300 euros par mois, vous augmentez la CSG, c’est dégueulasse, surtout que les mêmes qui font ça expliquent qu’il faut baisser l’ISF", a ainsi affirmé dimanche sur LCI le député de Seine-Saint-Denis.

                                  Répondre à ce message

                                  • Macron fait les poches des retraités : c’est honteux Le 10 juillet à 12:09, par Pas très riche, mais fortement taxé

                                    Les retraités sont les "pigeons de Macron". Alexis Corbière a cent fois raison cette mesure CSG contre les retraités est dégueulasse. Elle touchera tous les retraités qui perçoivent plus de 14.375 euros par an, soit 1.198 euros brut par mois. Ce qui correspond, tout de même, à 60% des retraités. Tous ceux qui ont voté Macron sont responsables, je ne leur accorde aucune excuse pas même la crainte inexistante de voir l’élection de Le Pen.
                                    Il va falloir descendre dans la rue très vite pour les dégager.

                                    Répondre à ce message

                                  • La CSG de Macron ne fera pas que des heureux Le 10 juillet à 12:14, par Point barre

                                    Au second tour de la présidentielle, 78% des 70 ans et plus ont voté pour Emmanuel Macron. Ne venez pas vous plaindre !

                                    Répondre à ce message

                                    • La CSG de Macron ne fera pas que des heureux Le 10 juillet à 13:45, par simple citoyen

                                      bRAVO @POINT BARRE était dans le secret de l’isoloir de tous les 70 ans et plus !

                                      Répondre à ce message

                                      • Aucun secret d’isoloir, simplement prendre connaissance de l’enquête Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France*.
                                        Les 18-24 ans ont choisi Emmanuel Macron à 66%, selon l’enquête Mais c’est auprès des seniors qu’Emmanuel Macron engrange les meilleurs résultats : 70% des 60-69 ans et 78% des 70 ans et plus ont voté En marche ! Si Marine Le Pen est devancée dans toutes les classes d’âge, elle a tout de même séduit 40% des 25-34 ans et 43% des 35-49 ans.
                                        L’abstention, qui a atteint 25,3% au second tour, explose toutefois chez les plus jeunes, dont 34% ont boudé les urnes.

                                        Répondre à ce message

                                        • La CSG de Macron ne fera pas que des heureux Le 10 juillet à 15:45, par kikid’auber

                                          On peut se poser la question si ce succès relatif de Macron auprès des personnes âgées a quelque chose à voir avec la politique.
                                          Contrairement à d’autres pays où l’on fait une différenciation du vote entre hommes et femmes en France apparemment on ne le fait pas.
                                          Il est bien possible que parmi toutes ces personnes âgées qui ont voté pour Macron une grande majorité soient des femmes. Le fait est que Macron a brisé un tabou que peu d’hommes ont réalisés, hommes plus jeunes mariés avec des femmes plus âgées alors que le contraire est souvent le cas.
                                          Il est possible que parmi ces femmes âgées, il a pu leur redonner confiance ce qui pourrait expliquer cette popularité parmi les personnes âgées. C’est une hypothèse.

                                          Répondre à ce message

                                          • NON à la casse du code du travail Le 11 juillet à 11:56, par On lâche rien

                                            Mercredi 12 juillet rassemblons-nous à Paris contre la casse du code du travaill

                                            N’oubliez pas pour dire NON à la casse du code du travail par ordonnances comme le veut Emmanuel Macron : Rassemblement mercredi 12 juillet, place de la République à Paris à 17H30. Plusieurs actions sont prévues : diffusion de tracts, animations musicales, porteurs de paroles... et à partir de 18H30 les députés de la France Insoumise prendront la parole.
                                            Venez nombreuses et nombreux.

                                            Répondre à ce message

Répondre à cet article