Patrick Le Hyaric : mes priorités

Pour un député qui vous défende

jeudi 8 juin 2017

Pour une vie digne

Logement : plus et mieux, c’est possible.

Le logement est un droit garanti par la Constitution. Pourtant, à Pantin comme à Aubervilliers, des milliers de familles restent en attente d’un logement social malgré les efforts de construction menés par les municipalités. Comme le rappelle chaque année la fondation Abbé Pierre, le mal logement ronge notre pays et trop nombreux sont nos concitoyens qui en sont dépourvus. Dans un pays comme la France, une telle situation est inacceptable.

Nous proposons :

De poursuivre l’effort de construction en créant des logements publics, au loyer accessible et à taille humaine, qui respectent les normes environnementales et à faible consommation énergétique. Il faudra pour cela mobiliser l’épargne du pays et le crédit public en taxant la spéculation immobilière.
Au regard de la forte demande, cet effort de construction doit être partagé par tous. Les trop nombreux maires qui refusent de construire du logement social au nom du « pas de ça chez nous » doivent être lourdement condamnés.
Chacun doit pouvoir vivre dans un logement digne. Nous lancerons un nouveau programme de rénovation des logements publics.
Lutte contre l’habitat insalubre : « permis de louer »
Faire cotiser les entreprises à l’effort de construction à hauteur de 1% de leur masse salariale.
D’encadrer les loyers de telle sorte que ceux-ci ne dépassent pas 20% du revenu du foyer.

Respect - Justice - Égalité

Faire vivre la République : nous exigeons justice et respect.

La République est vide de sens sans l’égal respect, l’égale dignité et l’égal accès aux besoins fondamentaux. Malgré les difficultés que rencontrent leurs populations, les villes populaires regorgent de talents et de compétences. Mais montrés du doigt, leurs habitants subissent de multiples discriminations liées à l’adresse, au nom de famille, aux faciès, qui entravent la réussite de chacune et chacun. Ce n’est pas une fatalité ! Nous ne demandons pas l’aumône mais la justice. A Pantin, à Aubervilliers, comme ailleurs, le droit commun doit remplacer les traitements stigmatisant.

Nous proposons :

Défendre et développer les services publics de proximité, de la santé, de la sécurité et de l’éducation.
Un plan de lutte contre tous les racismes et toutes les discriminations, l’interdiction du contrôle au faciès et l’obligation de délivrer un récépissé lors des contrôles d’identité.
De nouveaux rapports doivent impérativement être établis entre la police et la population, particulièrement avec les jeunes. La police de proximité doit être rétablie et les policiers mieux formés. Ils devront disposer des moyens et de la reconnaissance nécessaires pour assurer la sécurité dans le strict respect des règles républicaines.
Favoriser, à travers de nouveaux médias, l’expression propre des habitants des villes populaires dont la parole est souvent tue ou détournée.
Un droit de réponse des citoyens quand leur ville ou quartier est diffamé.
Créer de nouveaux lieux culturels pour mettre en lumière la créativité des habitants de nos territoires.


Faire de la réussite des jeunes une cause nationale

Ecole et jeunesse : la réussite pour tous.

Partager les savoirs, c’est partager les pouvoirs. De la petite enfance au lycée se joue l’avenir de notre jeunesse. Parce que l’école est le cœur battant de la République, elle doit bénéficier des moyens pour permettre à chaque enfant et à chaque jeune de se former dans les meilleures conditions.

Nous proposons :

Les fonctionnaires de l’éducation nationale doivent être mieux considérés, mieux payés et plus nombreux pour enseigner devant des effectifs réduits. Maximum 20 élèves par classe en élémentaire.
Que les écoles soient sécurisées pour qu’aucun élément extérieur ne vienne perturber les enseignements. Sanctuariser l’école.
Nous permettrons, pour les familles qui le souhaitent, la scolarisation des enfants dès 2 ans et proposerons d’étendre à 18 ans la scolarité obligatoire.
Étendre la « garantie jeune »
Permettre progressivement aux jeunes de bénéficier dès 18 ans d’un revenu minimal d’autonomie pour qu’ils puissent poursuivre sereinement leurs études supérieures ou de trouver un emploi conforme à leurs qualifications.
L’âge des découvertes : favoriser l’accès au sport à la culture et aux loisirs

Écologie : passons aux actes !

Environnement.

La défense de l’environnement réclame plus que des mots, il faut des actes forts ! Nos villes deviennent irrespirables et le changement climatique menace l’humanité toute entière. Il est encore temps d’agir contre cette fuite en avant. La crise environnementale est l’occasion d’impulser un nouveau mode de développement d’intérêt général appuyé sur l’essor des nouvelles technologies et sur les capacités humaines. De la production à la consommation, un grand chantier s’ouvre à nous.

Nous proposons :

Un grand chantier national de rénovation thermique de 500 000 logements par an
un plan d’investissement dans les énergies renouvelables.
Un plan d’investissement dans le fret ferroviaire et le transport fluvial pour réduire drastiquement la pollution des transports de marchandises.
D’intégrer de vastes espaces verts et d’agriculture urbaine dans les programmes de constructions de logements. Dans les zones le plus denses l’État doit prendre sa part pour verdir.
Favoriser les circuits courts et encourager les liens entre les producteurs et les consommateurs dans les zones urbaines.
Jardins partagés
Végétaliser les toits


Reprendre le pouvoir sur l’argent

Finance et évasion fiscale.

Quand une crise éclate, comme en 2008, ce sont les plus modestes qui paient les pots cassés. Mettre l’économie non plus au service de l’argent mais au service des besoins humains est le grand combat moderne. En récupérant les près de 80 milliards de fraude et d’évasion fiscale qui s’évaporent chaque année dans les paradis fiscaux, tous les comptes publics seraient à l’équilibre et la dette, qui sert d’argument pour casser la protection sociale et les services publics, une question annexe. Y remédier n’est qu’une question de volonté politique.

Nous proposons :

Que la France accueille une conférence mondiale sur l’évasion et la fraude fiscale, à l’image de celle qui a rassemblé des centaines de pays sur la question climatique, et de la réunir sous l’égide des Nations-unies.
L’Intégration des deux plus grandes banques du Pays – BNP et Société Générale – dans un pôle financier public, seul moyen d’orienter le crédit vers les PME, l’emploi, les services publics et la transition écologique.
Renforcer le rôle des fonctionnaires du ministère des finances chargés de traquer la fraude fiscale.
Arrêter les politiques aveugles qui consistent à donner aux entreprises de l’argent sans contreparties et établir un politique sélective du crédit pour soutenir la création d’emplois

1 Message

Répondre à cet article