Election présidentielle : Résultats définitifs à Aubervilliers

lundi 24 avril 2017

Résultats définitifs à Aubervilliers
Inscrits 27335 Pourcentage
Votants 18138 66,35 %
Abstentions 9197 33,65 %
Blancs et nuls 183
Exprimés 17620
Nombre de voix Pourcentage
Nicolas DUPONT-AIGNAN 330 1,87 %
Marine LE PEN 2208 12,53 %
Emmanuel MACRON 3976 22,57 %
Benoît HAMON 1519 8,62 %
Nathalie ARTHAUD 189 1,07 %
Philippe POUTOU 182 1,03 %
Jacques CHEMINADE 37 0,21 %
Jean LASSALLE 88 0,50 %
Jean-Luc MÉLENCHON 7242 41,10 %
François ASSELINEAU 266 1,51 %
François FILLON 1583 8,98 %

C’est dans le bureau n°9 (Club Edouard Finck) que Jean-Luc Mélenchon réussit son meilleur score avec 50% des suffrages exprimés.

En Seine-Saint-Denis, il est en tête avec 34% des voix :

- Bagnolet 40%, Bobigny 43%, La Courneuve 44%, Montreuil 40%, Pantin 37%,
Pierrefitte 40%, Saint-Denis 43%, Stains 41%,

36 Messages

  • Danielle Simmonet, a justifié ce matin la décision du candidat de la France insoumise de ne pas donner de consigne de vote, contrairement a ce qu’il avait fait en 2012. "Nous avons engagé un mouvement citoyen avec la France insoumise, explique-t-elle. Notre méthode va donc être différente des partis traditionnels : nous appelons les militants à décider sur la plateforme internet quelle doit être l’attitude à avoir pour le second tour".

    Ce qui est certain, pour Danielle Simmonet, c’est que « pas une voix ne doit aller à Marine Le Pen et au Front national ». « Cela peut vouloir dire voter Emmanuel Macron. Cela peut aussi vouloir dire prendre un bulletin blanc. »

    Répondre à ce message

    • Ce que veux Macron :
      1 Supprimer 120.000 postes de fonctionnaires
      2 durcir les conditions d’obtention des allocations
      3 Flexibiliser le droit du travail dans la droite lignée de la controversée loi El Khomri
      4 réformer le code du travail par ordonnances pire que le 49.3
      5 réformer l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Le patrimoine financier ne serait plus taxé.
      6 Fusionner les régimes de retraites

      Répondre à ce message

  • Bonjour à vous tous,
    Je n’habite plus à Auber mais je regarde toujours avec intérêt les résultats électoraux. nous nous trouvons aujourd’hui où nous devons choisir entre Le Pen et Macron, si Le Pen représente tout ce que je déteste en politique, votez pour un quandidat qui ne sera que la suite en pire de la politique de Hollande est pour moi un choix tout aussi inacceptable. Cette politique au final qui fait le jeu de l’extrème droite ne peut avoir ma voix. aux dernières élections de 2012 j’ai voté contre Hollande au second tour pour les mêmes raisons, cette fois je m’abstiendrai et je trouve que la direction du PC, son image, sa cohérence gagneraient en s’abstenant d’appeler à votez Macron. Cette position va hélas dans le sens de ce que les électeurs ont voulu marquer en excluant dès le premier tour tous les partis traditionels. Il est grand temps de faire le ménage y compris à la direction du PC qui révèle lui aussi et là encore qu’il est trop accroché à ces anciens et dépassés mode d’action.

    Répondre à ce message

    • Ras le bol de tous ceux qui appellent à un front républicain. On a déjà donné et on a vu ce que ça donne après... Aujourd’hui C’est un front populaire qui est indispensable. Foutez la paix aux électrices et aux électeurs de JL Mélenchon ils sont capables de se déterminer en conscience sans vos conseils. Il faut en finir avec les instructions d’en haut !

      Répondre à ce message

    • Les 7 millions d’électeurs et d’électrices de Jean-Luc Mélenchon sont des personnes responsables qui savent ce qu’elles doivent faire. Elles n’ont pas besoin de mots d’ordre ; elles ne veulent plus de cette vieille pratique détestable des partis traditionnels qui se prétendent propriétaires des soutiens qui leur ont été, temporairement, accordés.

      Répondre à ce message

  • Voter Macron, c’est voter Le Pen. Les même causes produisent les mêmes effets. Pourquoi voulez-vous que les mêmes politiques que celles qui sont menées depuis plus de 30 ans ne conduisent pas à un renforcement de FN ? Vous voulez donner raison aux apprentis sorciers qui ont instrumentalisé le vote FN pour faire du FN l’opposant qui permet une victoire au second tour dans un fauteuil ? Jusqu’à quand ? Jusqu’à la victoire du FN ?
    Comment voulez vous que les politiques libérales, les politiques étrangères alignées sur l’OTAN conduisent à autre chose qu’une montée du FN ?
    Mon bulletin ne servira pas à faire monter un homme qui fera monter le FN. Parce que voter Macron, c’est inévitablement à terme faire monter Le Pen.

    Répondre à ce message

    • Election présidentielle : Résultats définitifs à Aubervilliers Le 24 avril à 22:01, par le concombre masqué

      "Voter Macron c’est voter Le Pen". D’accord ; mais ne pas voter Macron c’est quoi ?

      Répondre à ce message

    • Merci ! J’hésitais mais en lisant cette débilité gauchiste, je voterai Macron contre Le Pen !

      Répondre à ce message

      • Les agitateurs du spectre de la menace Le Pen sont nombreux depuis ce début de semaine et se réveillent un peu tard. Il n’est bien évidemment pas question de sous-estimer la menace et il faut tout faire pour que Le Pen fasse le score le plus faible possible. Toutefois agiter exclusivement la peur dans la précipitation n’est pas le meilleur moyen de s’assurer un avenir avec un FN qui soit en régression. Présentement expliquez moi comment le total Macron Fillon Hamon : 17 754 027 peut il être menacé par le score de M Le Pen inférieur de 10 millions de voix ? Même si une élection n’est pas seulement une question d’arithmétique force est de constater que M Le Pen n’a qu’une réserve de voix très limitée. Là n’est donc pas le problème ! Faire élire Macron avec 80% des voix est le but recherché comme en 2002 avec Chirac. Ce résultat espéré par certains politiques vise à masquer leur responsabilité, leur incapacité et leur manque de volonté politique à résoudre les problèmes de la France et des français les plus en difficulté. C’est la déception qui a suivi 2002 qui a amené le score du FN et qui risque, demain, réellement de faire encore progresser Le Pen, voir élire, en 2022...Le parti socialiste n’est pas pour rien ni à la situation économique, sociale et politique que nous connaissons ni au poids électoral du FN. Les débats sur la peur alimentent le désespoir et ne régleront rien. La solution est ailleurs que de se réunir seulement contre la peur du FN.

        Répondre à ce message

        • Il faut encore et encore rappeler l’hypocrisie qui est à l’œuvre depuis des décennies. Il y a plus de trente ans plusieurs voix avaient demandé (dont JL Mélenchon) que le FN soit interdit , compte tenu de sa position anti républicaine. Rien ne fût fait et le FN utilisé comme repoussoir depuis.

          Alors mettons nous une bonne fois pour toute d’accord :

          - le FN est anti républicain, interdisons le !

          - le FN est républicain, alors à quoi sert un "front républicain" ? Sinon à nous faire avaler la purge et les destructions néolibérales en brandissant la marionnette Le Pen. Que les partis politiques (tous) cessent d’utiliser la menace Le Pen pour que rien ne change. A force d’en jouer, un jour viendra où l’argument menace ne jouera plus.

          Répondre à ce message

        • A l’intention des journalistes et autres "personnalités" et élus, agitateurs du spectre de la menace FN, foutez nous la paix avec vos consignes de vote. Gardez vos conseils dont les électeurs n’ont que faire. Mais quelle cause croient-ils faire avancer en soupçonnant les électeurs de Mélenchon d’être des lepénistes en puissance ? Comment peuvent-ils croire qu’ils vont convaincre les abstentionnistes potentiels en les insultant ? Merci pour les douze jours qui reste, de laisser les gens de gauche se débrouiller avec leur conscience ils n’ont nul besoin ni de vos instructions, ni d’entendre des donneurs d’ordre.

          Répondre à ce message

      • Alors que Jean-Luc Mélenchon se voit reprocher, notamment par le PS, de ne pas avoir appelé à voter contre Marine Le Pen dès le soir du premier tour, certains oublient un peu vite qu’après le 21 avril 2002, Lionel Jospin s’était accordé 5 jours avant de se résoudre à appeler au refus du FN. Il est fait un faux procès à JL Mélenchon, dès dimanche soir la France insoumis a dit clairement :..."pas une voix ne doit aller au FN"... qui pourrait honnêtement en douter ? En ajoutant : "Ne pas donner de consigne de vote sans l’avis des insoumis, car c’était un engagement pris"... La consultation est engagée depuis ce soir par internet et les résultats seront rendus publics en fin de semaine. Si cette façon de faire est en rupture avec ce que font traditionnellement les partis politiques, il faut en féliciter la France insoumise qui prend en considération ceux qui se sont engagés dans cette campagne.

        Répondre à ce message

  • On peut effectivement avoir une vision à court terme en votant comme on a toujours fait, c’est à dire Chirac, Hollande...
    Encore que l’ennemi de Hollànde c’était la finance ! Et Sarko c’était la fracture sociale.
    Ca nous a mené à quoi ? A plus de Le Pen.
    Si c’est ce que veulent les internautes de la pensée unique qui traitent les autres de gauchistes, qu’ils continuent !
    Sans moi !

    Répondre à ce message

    • Ce n’est pas la première fois que la droite comme le ps et même les communistes entretiennent la crainte du FN pour stimuler le rassemblement derrière leur candidat. Le parti de Marine Le Pen est insuffisamment combattu en permanence et fortement utilisé comme épouvantail au lendemain de chaque scrutin électoral pour que rien ne change. Les partis de gouvernement feraient mieux de s’interroger sur les vraies raisons qui font grimper le FN d’élection en élection. De plus les électeurs en ont assez des consignes de vote données au soir même des résultats par des partis politiques qui sont de moins en moins écoutés parce que non crédibles. Il faut arrêter de prendre les électeurs pour des moutons.

      Répondre à ce message

  • Inutile de donner au candidat Macron, un score à la soviétique. Le 7 mai ni vote facho ni vote bobo. Le 7 nous irons à la pêche

    Répondre à ce message

  • La prinincipale info de la vidéo de Mélenchon ; c’est lui qui mènerait la campagne des législatives. C’est en tout cas ce qui peut nous arriver de mieux.
    Quant aux reste, quand on voit que Le Pen a l’outrecuidance de donner des consignes de vote aux insoumis, comme s’ils ne savaient pas ce qu’ils ont à faire et au mépris de leur consultation, je me dis que Mélenchon a eu la posture la plus juste.

    Répondre à ce message

  • Quand on voit ce qui se passe dans les troupes de Ducont-Aignan, on se dit que faire voter les sympathisants du parti ou du mouvement n’est pas la plus mauvaise solution.
    Personne ne maîtrise les bouleversements politiques en cours et le choix de Mélenchon qui consiste à inscrire les insoumis dans la construction de réponses aux enjeux politiques de 2017 est sans doute la façon la plus saine d’envisager la suite. Que les appareils ou les apparartchiks cessent leur diktat sur le vote du second tour.
    C’est insupportable et même contre-productif.

    Répondre à ce message

    • Élection présidentielle : Front républicain Le 29 avril à 20:39, par Front républicain

      "j’appelle solennellement à barrer la route au Front National et à éliminer la candidature de madame Le Pen. Pour que son score au soir du second tour soit le plus bas possible, j’appelle à voter pour le seul candidat républicain, Emmanuel Macron".
      Mériem Derkaoui (maire d’Aubervilliers)


      "Nous électeurs de gauche... rassemblons-nous pour donner la victoire la plus large possible à Emmanuel Macron... après le 7 mai, nous la gauche qui agit et qui protège, il faut que nous montrions que nous sommes prêts à participer à la majorité présidentielle dans le respect de notre idéal et de nos engagements".
      Elisabeth Guigou (Députée d’Aubervilliers et de Pantin)


      "Conformément à nos valeurs, nous appelons à battre et à faire battre l’extrême-droite au second tour de élection présidentielle, dimanche 7 mai, en utilisant le bulletin de vote Emmanuel Macron. Ce choix ne veut en aucun cas dire que nous approuvons son projet social et économique."
      Patrick Le Hyaric (Député européen)

      Répondre à ce message

      • Qu’est ce que la solennité vient faire la dedans ? On a au contraire besoin d’agir avec réflexion et conscience. Pour ma part, je serai plus sensible à ceux qui sur les 450000 insoumis se seront exprimés qu’aux coups de menton des apparatchiks. Ça veut pas dire que je ne voterai pas Macron. Mais plus les invectives se multiplient, plus j’ai tendance à penser que je profiterai de mon week-end prolongé du 8 mai.

        Répondre à ce message

        • Élection présidentielle Le 29 avril à 22:31, par Suzy

          On sait ce que l’on a à faire et on n’a pas besoin de vos conseils. Peut-être un jour vous finirez par comprendre que les dirigeants politiques ne dirigent plus grand chose et que l’on n’a pas besoin de vous pour décider à qui nous devons ou pas accorder notre bulletin de vote. L’immense majorité des gens à qui vous vous adressez a cessé de vous écouter depuis très très longtemps déjà. Et ceux qui vous entendent encore s’en foutent. Regardez donc le pourcentage qu’on obtenu vos candidats par rapport aux électeurs inscrits dans votre ville et l’importance des abstentions, ça vous donnera une idée de ce que vous représentez vraiment. La remarque vaut pour toutes les élections y compris les municipales.

          Répondre à ce message

      • Élection présidentielle : Front républicain Le 29 avril à 23:02, par Teddy

        Macron a été clair, il veut un vote d’adhésion sur son projet. Ceux qui le soutiennent ne peuvent pas l’ignorer.

        Répondre à ce message

      • Ras-le-bol de vos injonctions à voter Macron. Arrêtez de nous culpabiliser c’est contre productif. Les responsables politiques -tous- sont responsables de la situation dans laquelle nous nous trouvons pour ce second tour. Les mieux serait de vous taire !

        Répondre à ce message

        • La liste des appels à voter Macron est rassurante Le 30 avril à 19:28, par Josiane

          Quand on regarde le nombre et la diversité des appels à voter pour Macron on ne peut pas croire qu’il sera battu. Il a pour lui tous les médias, toute la presse française et quasiment tous les journalistes et autres bobos parisiens, toutes les vedettes du show biz français, des sportifs, des syndicalistes, tout ce que la France compte d’artistes et autres intellectuels, plus Fillon, Sarkozy, Estrosi, Baroin, Bertrand, Wauquiez, Le Foll, Ayrault, Cazeneuve, Valls, Taubira, Royal, Hamon, Duflot, Hidalgo, Aubry, Borloo, Bayrou, Juppé, Hollande, Pierre Laurent et beaucoup des communistes de France, Cambadélis et tous les socialistes de France, Badinter, Jadot et ses écolos, La direction de la CFDT, Patrick Le Hyaric, Elisabeth Guigou, Meriem Derkaoui et tous les élus communistes de sa municipalité, etc... la liste des appelants à voter Macron est tellement longue que personne ne peut croire que le résultat lui sera défavorable. Un 60% contre 40% devrait s’afficher dimanche soir. Ou alors tous les appelants à voter Macron ne sont plus du tout écoutés et ne représentent vraiment pas grand chose.

          Répondre à ce message

      • Élection présidentielle : Front républicain Le 30 avril à 16:47, par Lulu

        Vous pourriez informer Macron que JL Mélenchon est éliminé et qu’il doit faire campagne contre le Pen ? c’est valable aussi pour les journaleux et autres responsables politiques de gauche. Merci.

        Répondre à ce message

  • Une fois encore, la PCF n’a pas compris ce qui se passait en envoyant ses apparatchiks asséner des leçons de front républicain au second tour, comme s’ils avaient une quelconque influence sur le vote des électeurs. On mesurera cash le dégat par la participation et le vote dans les urnes.

    Après avoir couru à cloche-pieds derrière Mélenchon pendant la campagne, après s’être ridiculisés avec leur pique-nique place du front populaire pour contrer le départ en campagne de Mélenchon le 5 juin 2016 à Stalingrad, après le vote suicidaire du Comité National, heureusement partiellement rectifié par le vote des militants pour soutenir Mélenchon, les dirigeants du PCF, n’ayant pas compris qu’ils ne représentaient ni leurs troupes, encore moins le camp progressiste, repartent dans un positionnement incantatoire sur le second tour.

    Là où il faudrait faire appel à la conscience individuelle pour construire une conscience collective en laissant sa place au doute et accepter que les vieux schémas sont éculés, ils continuent comme en 40 ou en 2002, forts de leurs certitudes.

    C’est dommage parceque leur campagne autonome, au mieux ne sert à rien, au pire plombe les comptes de campagne de Mélenchon parce qu’il faudra bien additionner le coût des tracts à la gloire des potentats locaux qui volent au secours de la victoire.

    Répondre à ce message

  • C’est le résultat de la consultation des insoumis qui donnera un indice sur le vote au second tour des électeurs de Mélenchon. Bien sur, l’exercice a ses limites, mais imaginez simplement que 50000 soutiens sur les 450000 émettent un avis, on aura là un panel autrement significatif que les sondages ou des opinions personnelles.

    Répondre à ce message

    • Election présidentielle : Résultats définitifs à Aubervilliers Le 1er mai à 10:19, par Ni soumis, ni insoumis

      Autant que l’on puisse le deviner à travers les discussions personnelles, les résultats du vote des insoumis sera une information mais ne modifiera pas les choix de vote envisagés. Même si JL Mélenchon avait fait part de son choix cela n’aurait rien changé. Les électeurs de Mélenchon, comme les autres, feront ce qu’ils voudront sans tenir compte des injonctions des uns et autres. Les élus ne comprennent pas que leur parole politique est décrédibilisée et que leur appel est à voter n’intéresse qu’eux, même leurs propres électeurs s’en contrefichent.

      Répondre à ce message

      • On a sur ce site un certain nombre de prises de positions personnelles. Elles ne sont pas forcément représentatives de l’état d’esprit des sympathisants communistes ou insoumis. Elles tranchent en tout cas avec celles des responsables politiques de la ville qui elles aussi, ne sont pas forcément représentatives de l’état d’esprit des électeurs de Mélenchon, et dont le ton maladroit n’aboutit qu’à crisper et exaspérer ceux qui émettront un vote blanc ou une abstention.

        Bien évidemment, la consultation des insoumis ne changera en rien le vote des électeurs. Encore qu’elle aura certainement un impact plus important que l’avis des uns et des autres, responsables politiques et journalistes compris.

        Elle révèlera vraissemblablement une division entre électeurs, ce qui est légitime. On attend du responsable politique qu’il rassemble. Il ne peut le faire que sur des bases claires et non en tournant le dos à ce qu’il a critiqué. C’est seulement en dépassant cette division qu’il aura une légitimité.

        Votons en conscience au second tour !

        Répondre à ce message

      • Présidentielle : Emmanuel Macron donné vainqueur par deux sondages.
        Macron est crédité de 59 % des intentions de vote contre 41 % à sa rivale, selon Kanter Sofres-OnePoint, et 60 % contre 40 %, selon Ipsos Sopra Steria.

        Répondre à ce message

  • On attend des responsables politiques communistes qu’il combattent les nationalistes et fascistes sans sourciller.

    Car avec Macron on a aura le liberalisme le plus débridé mais on pourra le combattre dans la rue et des tous les lieux de pouvoirs ainsi que dans les urnes.

    Avec Le pen, c’est moins sur et l’histoire politique de nombreux pays nous l’a montré. Et sans libertés politiques, syndicales et associatives, pas d’avancées sociales et démocratiques.

    Je crois qu’il ne faut pas se laisser duper par la dédiabolisation du FN instrumentalisée par les médias et un certains nombre d’intellectuels de droite qui travaille les questions d’identité depuis très longtemps et qui fut repris ensuite par une certaine caste médiatique, une partie de la droite et le FN.

    Répondre à ce message

  • Résultats consultation France insoumise Le 2 mai à 17:56, par France insoumise

    Comme Jean-Luc Mélenchon s’y était engagé dès le lancement de sa campagne, la France insoumise a organisé ces derniers jours une consultation à propos du second tour de l’élection présidentielle.
    Il ne s’agissait pas de déterminer une consigne de vote mais d’organiser la prise de parole des insoumis.es au sujet de leurs choix de second tour. Étant donné l’attachement profond de la France insoumise aux principes d’égalité, de liberté et de fraternité, le vote Front National ne constituait pas une option de la consultation.
    Close depuis ce mardi 2 mai à 12H00, cette consultation a permis l’expression de 243128 insoumis.es et donne à voir des avis partagés :
    – 87818 insoumis.es, soit 36,12%, pour un vote blanc ou nul ;
    – 84682 insoumis.es, soit 34,83%, pour un vote Emmanuel Macron ;
    – 70628 insoumis.es, soit 29,05%, en faveur d’une abstention.

    Répondre à ce message

  • Communiste et héritier du centralisme démocratique, je le mettrai en oeuvre idimanche prochain en suivant l’avis des sympathisants de la france insoumise.

    Répondre à ce message

  • Il faut saluer la consultation menée par la France insoumise à propos du deuxième tour :

    - d’abord parce qu’elle porte sur plus de 240000 sympathisants ce qui signifie que plus de la moitié des 440000 insoumis au soir du premier tour (il y en a plus de 500000 aujourd’hui) ont répondu. De mémoire de militant, je n’ai pas le souvenir d’une consultation qui ait touché autant de monde.

    - ensuite parce que l’objet même de la consultation était clair. Il s’agit d’un avis des sympathisants qui dressse un état des lieux, non d’une consigne de vote. On aurait souhaité la même humilité chez les donneurs de leçons de second tour.

    - enfin, parce qu’elle pose dans le respect des uns et des autres le problème de conscience qu’on peut avoir dans cette élection et la nécessité d’e le dépasser pour aller vers les législatives dans la dynamique de la présidentielle sans retomber dans une cartellisation politique dont les électeurs ne veulent plus.

    Répondre à ce message