Le site national de campagne électorale du PCF

lundi 27 mars 2017

en cliquant sur ce lien http://2017.pcf.fr/, restez en contact jour par jour de la campagne électorales du Parti communiste

19 Messages

  • Le site national de campagne électorale du PCF Le 10 mars à 18:34, par Dany

    Pour rétablir l’âge du départ à la retraite à 60 ans, Jean-Luc Mélenchon propose d’augmenter le salaire des femmes pour l’amener au même niveau que celui des hommes.
    Le candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon affiche sa volonté de ramener l’âge de la retraite à 60 ans, après 40 annuités, qu’il entend financer en payant les femmes aussi bien que les hommes.
    "Une mesure de justice sociale évidente". "Si vous mettez toutes les femmes qui aujourd’hui cotisent au niveau du salaire des hommes, eh bien, vous pouvez financer, euro pour euro, la retraite à 60 ans avec 40 annuités. Voilà la solution", a exposé le candidat de la France insoumise. Il a précisé qu’il s’agissait des femmes travaillant au "même poste que les hommes", rappelant qu’il s’agissait d’une "mesure de justice sociale évidente".

    Répondre à ce message

    • Finalement Macron est à la politique ce qu’un trou noir est à l’astronomie :
      c’est une singularité née de la mort d’une étoile, il attrape tout corps errant qui passe près de lui , et aucune lumière ne peut en sortir !

      Répondre à ce message

      • Ce samedi, ils étaient un peu plus de 200 réunis sur la place de la République sur le thème "unis pour gagner" réclamant un accord de type union de la gauche. Mettant en avant l’addition des voix de Hamon et de Mélenchon pour être présent au second tour. Un espoir sans espoir comme si cette question était juste une question d’arithmétique. Mettant le doigt sur leur volonté de balayer la "sature de l’homme providentiel", on voit mieux qui est visé, ces quelques 200 militants d’un passé dépassé, paumés de la politique, veulent renouveler l’initiative chaque semaine. Bon courage !

        Répondre à ce message

        • Le site national de campagne électorale du PCF Le 28 mars à 16:29, par André

          "Unis pour gagner" : mais unis derrière qui et surtout sur quel programme ? Benoît Hamon à réagit dimanche soir en déclarant : "J’irai jusqu’au bout, car je serai au second tour de la présidentielle. Dans tous les sondages, je bats Marine Le Pen au second tour". Visiblement l’union pour Benoît Hamon n’est pas d’actualité, il affiche un refus catégorique concernant la nécessité d’un désistement.

          Répondre à ce message

          • Le site national de campagne électorale du PCF Le 29 mars à 18:02, par Paul

            Dans la foulée de l’annonce du ralliement de Manuel Valls à Emmanuel Macron, Benoît Hamon le candidat PS a lancé un appel « solennel » aux communistes et à Jean-Luc Mélenchon pour les rassembler derrière lui.
            Pierre Laurent pour le PCF a publié un communiqué dans lequel il demande « une rencontre dans les tous prochains jours entre Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Yannick Jadot » et lui-même pour créer « les conditions de la victoire ».

            Si la victoire est loin d’être acquise, rien ne justifie un ralliement à Benoît Hamon alors que celui-ci se révèle incapable de rassembler ses propres troupes. Aujourd’hui, Benoît Hamon est davantage porteur d’échec et de division que d’une dynamique de changement.

            Répondre à ce message

            • Le site national de campagne électorale du PCF Le 30 mars à 10:38, par C’est clair

              Benoît Hamon réclame un désistement en sa faveur, on se demande pourquoi ? « J’ai marché mon chemin, sans ne céder à rien, je ne vais pas commencer aujourd’hui ! », a clamé JL Mélenchon hier soir devant plusieurs milliers de personnes, au Havre. « Ce ne sont pas nos affaires, en tout cas, ce n’est pas la mienne », a résumé le candidat de la France insoumise, assurant néanmoins qu’il n’était « pas en compétition » avec Benoît Hamon. « Maintenant, l’étape pour nous tous, c’est de rattraper Fillon et, une fois qu’on l’aura fait, de rattraper le suivant ! ». Pointant du doigt la « tambouille » politicienne, le candidat a assuré au public : « Je ne dépends que de vous, c’est à vous que j’ai fait la promesse, je ne négocierai rien, avec personne ! ».
              Pour autant, le leader de la France insoumise n’a pas fermé la porte à d’éventuelles arrivés dans ses rangs. « La fermeté du caractère et de la décision n’empêche pas de dire “bienvenue” à ceux qui veulent prendre place avec nous ». Mais « qu’ils ne demandent rien, comme nous, nous ne demandons rien », a-t-il mis en garde.

              Répondre à ce message

              • Le site national de campagne électorale du PCF Le 30 mars à 11:59, par Droit de choisir

                Après avoir seriné des années durant que le vote utile c’est le PS parce qu’il était devant les autres, maintenant Benoît Hamon explique que le vote utile c’est PS parce qu’il ne faut pas qu’il reste derrière.

                Répondre à ce message

              • Le site national de campagne électorale du PCF Le 1er avril à 19:39, par Maryse

                Ce qui est en train de naître dans cette campagne des présidentielles c’est ce dont beaucoup de communistes ont rêvé pendant des années, un mouvement, rassemblant toutes générations, mais avec beaucoup de jeunes, pour agir, réfléchir, construire dans un état d’esprit de solidarité, de partage, d’ouverture et de progrès pour tous. On en avait déjà rêvé avec le Front de gauche, malheureusement on a nous même, avec aussi il est vrai quelques autres, contribué à le tuer. Ne renouvelons pas la même opération avec la France insoumise qui nous invite à concrétiser notre rêve. Quel que soit le résultat de cette présidentielle faisons en sorte qui ce qui est en train de naître se poursuive.

                Répondre à ce message

                • Le site national de campagne électorale du PCF Le 7 avril à 10:50, par Paul

                  Aujourd’hui au pcf certains proposent de constituer un pôle de rassemblement de toute la gauche pour les élections législatives. C’est une bonne idée, mais après avoir décidé de mener une campagne autonome pour les présidentielles ça manque un peu de cohérence.

                  Répondre à ce message

                  • Le site national de campagne électorale du PCF Le 10 avril à 12:43, par phi

                    La cohérence, c’est de ne pas participer au gouvernement Hollande, de chercher le rassemblement avec tout ceux qui contestent à gauche la politique libérale de Hollande à l’assemblée nationale et dans la rue, de soutenir Mélenchon aux présidentielles et de porter des candidatures de rassemblement aux législatives, défendre ses propositions qui sur certains sujets ne sont pas les mêmes comme les 32h, le salaire et formation à vie ou sur le mixte énergétique.

                    Car la querelle sur les municipales montre qu’ils font du bon boulot à Paris et que c’est pas terrible à Grenoble. Et qu’ailleurs, soit certains mènent leur propre vie, soit ont changé de parti, soit ne savent plus trop ou ils en sont. On voit bien que les municipales ne pouvait être uniforme.

                    Le PCF a toujours été indépendant et pour le rassemblement pour une politique de transformation sociale et ecologique. Et la période Mitterand comme Robert Hue d’ailleurs nous a appris à nous méfier de l’avenir.

                    Le PCF, comme pour Ensemble ne pouvait pas signer la charte de la France insoumise sauf à se dissoudre et donc à porter seulement les idées de la France insoumise. Souhaitons que pour les législatives, l’idée de rassemblement l’emportera.

                    Répondre à ce message

                    • Le site national de campagne électorale du PCF Le 10 avril à 16:48, par Paul

                      L’objectif de rassemblement ne peut être atteint que dans la clarté. Il y a quelques mois si le pcf n’avait pas imaginé une possible participation aux primaires la situation aurait été certainement différente. Actuellement il faut bien constater que peu de monde se soucie de l’avis du pcf dans cette campagne des présidentielles. Si chacun à droit à son indépendance on voit bien que les appels incantatoires à l’unité lancés par Pierre Laurent ne règlent rien et ne sont pas d’une grande utilité. Tant que les alliances à géométrie variable viseront prioritairement à sauver des sièges de députés pour continuer d’engranger de moins en moins d’indemnités, le pcf restera marginalisé pour longtemps.

                      Répondre à ce message

                      • Le site national de campagne électorale du PCF Le 11 avril à 11:06, par phi

                        Mélenchon dans "on n’est pas couché" du samedi 8 avril 2017 a dit qu’il pouvait aussi participer à une primaire mais pas dans les contours imposés par le PS. C’est pourquoi, de la même manière, le PCF a préféré soutenir la candidature de Mélenchon. Pour le reste, les affirmations ne font pas des arguments. Le PCF dit la même chose que Mélenchon dans la même émission, qu’il faudra gouverner avec tous ceux qui partage son projet, des communistes, des écologistes, des socialistes dont Montebourg nommément cité et des citoyens non pas pour sauver des sièges mais pour appliquer une politique. Car si c’était pour sauver des sièges, le PCF aurait appeler à participer à la primaire ce qui ne fut pas le cas. Sinon, je crois que les gens se soucient surtout de leur difficulté à vivre au quotidien et que le message du "commun" porté avec brio par Mélenchon et sur le terrain par de nombreux militants communistes en autres mais aussi des citoyens leur fait écho surtout avec maintenant un vote utile en notre faveur.

                        Répondre à ce message

                          • Le site national de campagne électorale du PCF Le 11 avril à 16:57, par Paul

                            Le pcf reste inaudible avec ses appels à l’union et au rassemblement car jusqu’à il y a quelques jours, avant les sondages positifs pour JL Mélenchon, le pcf lançait régulièrement des appels à l’union sans jamais dire sur quel candidat. Cela ne contribue pas à renforcer sa crédibilité. Il faut renoncer aux démarches de sommet, un rassemblement avec les mouvements de transformation sociale et toutes les forces politiques de gauche, dont le pcf, est indispensable, mais il est irréaliste de croire possible que ce rassemblement se fasse autour d’un guide qui serait le pcf.

                            Répondre à ce message

                    • Le site national de campagne électorale du PCF Le 11 avril à 19:34, par Benoît

                      Il a pris sa décision et il a lâché l’affaire dans l’émission, "On n’est pas couché".
                      En déclarant vouloir voter pour Jean-Luc Mélenchon au second tour s’il ne passe pas (ce qui est plus qu’une probabilité) au premier tour, Benoît dit (sans le dire) qu’il faut reporter les votes sur Mélenchon dès le premier tour pour que lui et ses soutiens puissent voter la France insoumise au second tour.
                      Cette fois, Benoît Hamon a fait le choix du coeur même si cela lui en coûte une grosse veste électorale personnelle au final. Bien joué stratégiquement, le perdant héroïque du premier tour sera le gagnant d’une alliance au second tour avec la France insoumise et au passage, il met une bonne claque à tous les socialistes de parti qui rejoignent la candidature d’Emmanuel Macron.
                      La France insoumise et Jean-Luc Mélenchon ont cette fois une vraie chance de figurer dans la finale du second tour.

                      Répondre à ce message

  • Le site national de campagne électorale du PCF Le 12 avril à 10:30, par phi

    En tout cas, les médias et le monde de la finance se lâchent sur Mélenchon le communiste, le Chavez Français... Eux ne se trompent pas d’ennemi de classe.

    Répondre à ce message

    • Le site national de campagne électorale du PCF Le 13 avril à 22:25, par Murielle

      Plus Mélenchon grimpe plus les oligarques sont gagnés par la peur de perdre leurs privilèges, la peur que soit dévoilée la supercherie avec laquelle ils nous arnaquent, la peur qu’on ait plus peur d’eux, qu’on se libère pour apercevoir le ciel bleu de l’espoir, cette peur qui fait qu’ils courent dans tous les sens, agitent des épouvantails de papiers sulfureux pour que la peur nous paralyse à nouveau !

      Florilège des titres de presse sur Internet sur ces dernières 48h !

      - Figaro : "Mélenchon, un projet devastateur pour la France"

      - Les Échos : "la dangereuse poésie de Mélenchon"

      - Huff Post : "Mélenchon, le communiste cible de toutes les attaques"

      - Capital : "Mélenchon Le Pen, la hantise des investisseurs"

      - France Inter : "Mélenchon qui fait peur"

      - Obs : "Mélenchon, ce français qui fait rayonner la pensée de Mao"

      - Minute : "Le tribun Le Pen a trouvé son héritier, il s’appelle Mélenchon"

      - Figaro : "Mélenchon : le délirant projet du Chavez Francais"

      - Le Point : "Mélenchon, tribun d’une gauche rétrograde et dirigiste"

      - Boursier : "Jean-Luc Mélenchon fait grimper les taux de la dette française"

      - BFM TV : "Mélenchon, c’est “l’URSS des années 50” "

      - BFM.TV : "Face à la percée de Mélenchon, Hollande sort de son silence : "Cette campagne sent mauvais" "

      - Huff Post : "Après le risque "Le Pen", les marchés financiers découvrent le risque "Mélenchon" "

      - Les Echos : "La dangereuse rhétorique de Jean-Luc Mélenchon"

      - Figaro : "Maximilien Ilitch Mélenchon"

      Visiblement ils prennent très au sérieux la progression de JL Mélenchon. Continuons, résistons avec l’espoir que demain soit meilleur !

      Répondre à ce message

      • Depuis hier soir les médias se déchaînent à propos de ce qu"ils nomment "la drôle d’alliance de Mélenchon".
        C’est un point méconnu du programme de Jean-Luc Mélenchon. Dans l’engagement 62, où il propose de "construire des coopérations altermondialistes et internationalistes", le candidat de la France Insoumise indique son intention d’"instaurer une politique de codéveloppement avec l’Amérique latine et les Caraïbes en adhérant à l’Alba", l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique.
        Pourquoi a-t-elle été créée ?
        L’Alba a été créée en décembre 2004. Ses pères fondateurs, le Vénézuélien Hugo Chavez et le Cubain Fidel Castro l’ont pensée comme une réponse socialiste à la zone de libre-échange des Amériques, portée par les Etats-Unis. "L’idée consiste bien à proposer une autre démarche, afin de reconstruire les relations entre pays qui ne soient pas centrées sur le commerce, mais sur les principes de solidarité, de coopération, de complémentarité et de réciprocité".

        Répondre à ce message