Pour la levée du blocus à Cuba : rassemblement mercredi 26 octobre devant l’Ambassade des Etats-Unis à Paris, jour du vote à l’ONU

mercredi 19 octobre 2016

Depuis 1962, les Etats-Unis imposent un blocus commercial, économique et financier contre Cuba.
Destiné initialement à contrer les processus de nationalisations entrepris par le gouvernement révolutionnaire de Castro, il a par la suite été justifié par Washington en raison du rapprochement politique de l’île avec Moscou, et des soutiens cubains aux guérillas révolutionnaires en Amérique Latine et en Afrique.

La disparition du bloc soviétique en 1991 n’a pas normalisé les relations entre les deux pays, bien au contraire. A partir de ce moment, les Etats-Unis n’ont fait qu’accentuer les sanctions contre le peuple cubain avec pour seul objectif de « semer le désordre dans l’île » (The Baltimore Sun, 30 août 1994)et ainsi renverser le gouvernement socialiste en place.

Depuis 54 ans, cet embargo (« el bloqueo » pour les cubains) constitue le principal obstacle au développement de la nation cubaine.
Cuba ne peut rien exporter aux États-Unis et ne peut rien importer de ce pays hormis des matières premières alimentaires. Cela limite donc énormément les possibilités commerciales de l’île, qui doit se fournir auprès de pays tiers à un coût bien supérieur.
Par ailleurs, tout bateau de marchandises accostant un port cubain se voit interdire l’entrée du territoire américain pendant six mois.
Prenons un exemple concret des réalités de ce blocus : un investisseur français souhaitant construire un hôtel à Cuba sur des terres nationalisées dans les années 1960 risque d’être poursuivi par la justice américaine et voir ses investissements sur le territoire américain saisis.
Autre exemple, dans le domaine médical, Cuba ne peut importer aucun médicament ou appareil médical des États-Unis, qui jouissent d’une situation de quasi-monopole dans ce secteur. Situation interdite par la Convention de Genève mais que les Etats-Unis ne jugent pas utiles de respecter.

Pour mettre fin à cette terrible situation, tous les ans depuis 24 ans, l’ONU demande la levée du blocus. L’an dernier la résolution présentée a été votée à l’unanimité moins 2 voix. Sur 193 pays, seuls les Etats Unis et Israël ne se sont pas associés à cette demande. Leurs vetos bloquant totalement le processus.

Cette année, une nouvelle résolution pour demander la levée du blocus sera présentée le 26 octobre à l’ONU.

A cette occasion tous les progressistes doivent témoigner que CUBA N’EST PAS SEULE !

La COORDINATION FRANCAISE DE SOLIDARITE AVEC CUBA (rassemblant des associations, des syndicats et des partis politiques) appelle tous ceux qui dénoncent ce blocus cruel, arbitraire et injuste à se retrouver le mercredi 26 octobre entre 17h00 et 19h00 au rassemblement à l’angle de la rue de Rivoli et de la place de la Concorde face à l’Ambassade des Etats-Unis : Métro Concorde (ligne 1,8 ou 12).