17 octobre 1961 : exigeons vérité et justice (photo de Jean Texier)

vendredi 14 octobre 2016

Le 17 octobre prochain, cinquante cinq années auront coulé depuis la grande et sombre nuit des massacres commis à Paris contre les patriotes algériens. Cinquante cinq années au bout desquelles la complète vérité sur ce qui s’est passé n’a pas été encore établie.

Certes, les travaux de Jean-Luc Einaudi ont dressé l’essentiel mais il manque encore des éléments que les pouvoirs politiques se gardent bien de révéler. Car le massacre d’octobre ne fut que le point d’orgue d’une lutte à mort engagée sur le territoire métropolitain contre les patriotes algériens, lutte dans laquelle les supplétifs de l’armée française jouèrent un sinistre rôle, y compris le 17 octobre.

On a fait endosser à Maurice Papon la responsabilité principale de l’affaire mais on a effacé ainsi ce qui fut l’œuvre horrible des exécutants. En France, les assassins d’Etat sont par nature impunis à propos des actes qu’ils commettent. L’anonymat les protège mais qu’en est-il de leur conscience ?

En tout cas, les excuses sélectives récentes à propos des harkis posent dans toute son ampleur la nécessité de tout connaître de ce que l’on nomme enfin la guerre d’Algérie.

A la mémoire des martyrs d’octobre 1961 et pour qu’avancent la vérité et la justice on se rassembler près de la passerelle de la Fraternité (angle de la rue Emile Augier et du quai Adrien Agnès) lundi 17 octobre 2016 à 11 heures.*

*L’hommage du 17 octobre sera précédé le samedi 15 par une initiative de mémoire organisée par Le 93 au cœur de la République de 18h30 à 22h à l’école Wangari-Maathaï, 18 rue Paul Doumer, en présence d’Alain Ruscio, historien.