Extrait du journal AUBER.COM du mois d’octobre publié par la section du PCF d’Aubervilliers

Sécurité : Prévention, dissuasion, sanction

jeudi 13 octobre 2016

Le Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, venu ce lundi 12 septembre à la Préfecture de Bobigny pour dresser un bilan départemental de la sécurité, pour rencontrer Mériem Derkaoui, de nombreux élus et des représentants de la communauté chinoise régulièrement victime d’agressions et récemment endeuillée par le décès d’un compatriote d’origine chinoise le 12 août après un vol.

Et bien, le compte n’y ait pas à Aubervilliers ! Nous avons besoin de 150 policiers nationaux supplémentaires sur notre ville, le Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve nous en donne 7.

Il est urgent de rompre avec les inégalités territoriales et les politiques d’austérité. Nos concitoyens attendent de l’État une égalité de traitement des services publics, et cela aussi en matière de police.

Pour le PCF, une autre vision s’oppose à celle de tout sécuritaire et d’une politique de criminalisation alimentée par l’idéologie de la peur dont on voit bien l’inefficacité depuis 20 ans. C’est celui d’une sécurité pour tous où l’État doit réaffirmer son rôle régalien en matière de sureté des citoyens en passant par des mesures efficaces, des moyens humains et financiers supplémentaires donnés à la Police nationale et républicaine ainsi qu’à la Justice. Ils attendent des policiers de proximité qu’ils soient à leur écoute, qu’ils puissent intervenir rapidement, et surtout mener leurs enquêtes à terme loin des mesures démagogiques comme la déchéance de nationalité.
La République proclame l’égalité des citoyens. C’est pourquoi nous devons sans cesse nous assurer que le réel corresponde à l’idéal en lui donnant les moyens de se conformer à sa devise de Liberté, d’Egalité, de Fraternité nécessaire pour bien vivre ensemble.

3 exigences : prévention, dissuasion et sanction :

Prévention : L’aide de l’Etat aux actions de prévention et d’aide sociale aux collectivités territoriales et au mouvement associatif devra doubler.
Les forces de police devront conduire leur action dans le cadre d’une déontologie fondée sur le respect des personnes, elles bénéficieront d’une formation en ce sens et de meilleures conditions de travail. Les moyens de contrôle de la police devra être effectué par une commission nationale de contrôle renforcé, indépendantes et démocratiques Nous abrogerons la loi Loppsi 2 et les lois sécuritaires attentatoires à nos libertés, nous protègerons les citoyens face au fichage généralisé et nous mettrons la vidéosurveillance sous contrôle d’une commission indépendante.

Dissuasion : Expérimentation sur le territoire de la Seine-Saint-Denis de la contraventionnalisation de certaines infractions par des contraventions ou TIG dissuasives sans le passage par la case prison et/ou les procédures institutionnelles mobilisent souvent des moyens humains extrêmement importants, couteux, inefficaces, voir contreproductives. Nous devrons impérativement recruter des effectifs à la hauteur des besoins de chaque territoire.

Sanction : Nous reformerons le code pénal pour qu’il soit un outil efficace et plus lisible en faveur de la baisse de la délinquance permettant d’éviter la récidive et non au service d’une propagande sécuritaire qui l’encourage. Une loi contre la corruption et les conflits d’intérêt sera adoptée pour sanctionner la « délinquance en col blanc ».