Vente solidaire de fruits et légumes : Le 18 août, les communistes se mobilisent !

JEUDI 18 AOÛT à 17h30 156 rue Danielle Casanova

samedi 13 août 2016

Comme chaque année, le PCF organise, avec le MODEF (syndicat agricole), des ventes solidaires de fruits et légumes.
Nectarines, reine-claudes, poires, melons, tomates, pommes de terre, haricots verts, salades seront vendus.

Une initiative solidaire, du vivre ensemble en ces temps difficiles, de soutien aux producteurs, mais aussi de résistance et d’alternative. Plus de 50 points de vente dans toute l’Île-de- France.

Les communistes proposent une alimentation saine, de qualité, relocalisée et accessible à tous. L’agriculture doit redevenir stratégique pour la France.

►Une agriculture qui garantisse la souveraineté et la sécurité alimentaire. Une alimentation qui réponde au besoins humains et non aux spéculateurs.

►Vivre dignement de son travail est légitime. Augmenter les salaires, revaloriser les pensions et porter le SMIC à 1700 euros c’est retrouver du pouvoir d’achat. Une juste rémunération du travail paysan et des salariés agricoles est la condition du développement de l’emploi agricole.

►L’agriculture paysanne permettrait de garantir une alimentation de qualité, nutritive et gustative à tous. D’engager la transition écologique de l’agriculture.

JEUDI 18 AOÛT à 17h30

156 rue Danielle Casanova
(à 100m du métro Fort d’Aubervilliers)
La vente prendra fin dès que tout sera vendu ou à 19h00 maximum

Les communistes proposent des mesures concrètes :

► Blocage des prix des denrées alimentaires de base (lait viandes, pain, fruits et légumes) sur le ticket de caisse.

► Taxer les importations abusives qui pillent les productions locales et détruisent l’environnement.

► Soutenir des Politiques Publiques Agricoles. Planifier la production, réguler les marchés (calendrier d’importation), préserver le foncier, soutenir les exploitations et filières les plus fragiles.

Les communistes proposent un pacte d’engagement législatif

► Obligation d’indication d’origine des produits agricoles et de la mer, transformés ou non.

► Encadrer les marges de la grande distribution par la mise en place d’un coefficient multiplicateur.

► Une conférence annuelle sur les prix agricoles et alimentaires.