Aubervilliers a besoin d’une police nationale à la hauteur des besoins

jeudi 21 juillet 2016

On entend régulièrement le gouvernement et le Président de la République vanter les mérites des services publics et proclamer leur nécessaire renforcement.

Sans doute appliquent-ils la maxime "Ne faites pas ce que je dis".

Après la fermeture des bureaux de la CAF, de la sécurité sociale (qui va voir les bureaux de plusieurs villes regroupées en un seul point à Aubervilliers), le bureau de poste des quatre-chemins toujours fermé (ouverture de nouveaux locaux prévue fin 2016), l’annonce de la fermeture de la trésorerie municipale, voilà que "notre commissariat va voir partir pour diverses raisons à minima une vingtaine de personnels sans aucune certitude de leur remplacement immédiat." selon le communiqué de Meriem Derkaoui qu’on lira ci-dessous.

Pour reprendre les termes de la récente déclaration de Pierre Laurent :

"il est temps de déclarer l’état d’urgence sociale afin de stopper les politiques d’austérité (baisse des dotations aux collectivités locales, suppression de services et de personnel) et de déployer des moyens sans précédent de présence de l’État et des services publics dans tous les territoires de la République.
Sécurité de proximité, éducation, santé publique, accompagnement psychiatrique, prévention, aide psychologique, lutte contre les violences faites aux femmes, contre les trafics mafieux… sont des priorités d’une urgence absolue
C’est seulement dans ce cadre nouveau que les efforts immenses faits par les services de sécurité, de police et de gendarmerie, dont il faut saluer le dévouement, trouveront leur pleine efficacité."

Les communistes d’Aubervilliers vont se mobiliser aux cotés de la municipalité pour obtenir les moyens à la hauteur de nos besoins en matière de sécurité et de services publics.

Courrier adressé au Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve

Monsieur le Ministre,

Par la présente, je vous fais part de la colère et de l’exaspération des Albertivillariennes et Albertvillariens quant à leur droit à la sécurité et à la tranquillité publique. Comme beaucoup d’autres communes nous sommes confrontés à une recrudescence des incivilités et des actes de délinquance. Des trafics et des actes délictueux pourtant bien identifiés par les forces de police continuent à se développer dans beaucoup trop de nos quartiers sans que les habitantes et habitants n’entrevoient les solutions apportées.

C’est dans ce contexte que j’apprends avec stupéfaction que notre commissariat va voir partir pour diverses raisons à minima une vingtaine de personnels sans aucune certitude de leur remplacement immédiat.

Nous entretenons d’excellentes relations avec notre commissariat. Je ne manque jamais une occasion de rendre hommage au travail de nos policiers mais nous constatons, chaque jour, une dégradation des conditions d’exercice de leurs missions et leur état de fatigue important au vu de la très difficile situation qui prévaut aussi bien dans notre ville que dans notre pays.

Ces inquiétudes sur le manque d’effectif est d’autant plus préjudiciable à nos concitoyennes et concitoyens que la ville prend toutes ses responsabilités et agit au quotidien pour la tranquillité publique des habitantes et habitants alors que nos capacités et moyens d’actions sont largement amputés par la baisse significative des dotations de l’Etat.

Notre municipalité a renforcé ses moyens de police municipale. Elle possède un dispositif de médiateurs dont l’efficacité est reconnue. Nous prenons les arrêtés nécessaires concernant les ventes à la sauvette, la consommation d’alcool ou encore la mécanique sauvage, autant de phénomènes qui nuisent à la tranquillité publique. Nous développons de nombreuses actions éducatives et préventives.

Sur la base d’un diagnostic local de sécurité (DLS) nous venons de signer, tout récemment, la nouvelle stratégie territoriale de prévention de la délinquance pour la période 2016-2020. A cette occasion, Madame la sous-préfète a souligné le travail en profondeur mené. Ce travail porte d’ailleurs ses fruits du fait même d’un partenariat réel permettant de faire face avec une meilleure efficacité à ces actes qui minent la vie de nos concitoyennes et concitoyens.

Des quartiers de notre ville sont situés en ZSP et, à ce titre, bénéficient de moyens qui montrent chaque jour leur efficience.

Si le partenariat et la coordination des acteurs sont des facteurs clés pour des politiques efficaces en matière de sécurité et de prévention de la délinquance, je ne peux que légitimement m’inquiéter du risque d’un désengagement de l’Etat à l’égard de notre ville et de ses habitantes et habitants.

Monsieur le Ministre, les Albertivillariennes et Albertivillariens veulent être respectés. La sécurité est et doit rester une responsabilité de l’Etat. C’est même un fondement de l’égalité républicaine et des droits de l’homme. Sans elle il n’y a pas de liberté et de démocratie.

Je souhaite que les effectifs sur le départ au sein de notre commissariat soient remplacés sans délai. Par ailleurs, je renouvelle avec vigueur ma demande, qui est aussi celle des habitantes et habitants de voir les effectifs de police mis à un niveau digne et normal d’une ville de 82 500 habitants. Aujourd’hui, le nombre de policiers par habitant est en baisse sur notre ville alors que nous aurions un besoin inverse.

Aussi, au regard de la situation, je vous demande de bien vouloir recevoir une délégation d’élu-e-s, d’habitant-e-s et responsables associatifs de ma ville, délégation que je conduirai bien évidemment.

Je connais votre volonté et votre engagement régulièrement énoncés dans vos prises de paroles pour améliorer la sécurité de nos concitoyennes et concitoyens et les conditions de travail des policiers. Je vous remercie de l’examen bienveillant que vous porterez à cette double demande, laquelle, j’en suis persuadée, rencontrera une issue positive.

Dans cette attente, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre de l’Intérieur, l’expression de ma plus haute considération.

Mériem DERKAOUI
Maire d’Aubervilliers
Vice-Présidente du Conseil Départemental de la Seine Saint-Denis

2 Messages

  • Notre municipalité a renforcé ses moyens de police municipale dixit la maire d’Aubervilliers. Encore une fois comme pour trésorerie le boomerang nous revient dans la figure. Nous nous plaignons de disparition ou dimunution de service public, avec une municipalité qui participe à cela de façon passive. Plutôt que d’augmenter des effectifs de police municipale afin de palier à des taches effectuées par la police nationale, il aurait mieux valu se battre pour avoir un véritable service public de police nationale sur la ville. Surtout lorqsque l’on voit l’efficacité de la police municipale il y vraiment de quoi se poseer des questions, les scooters qui traînent sur les trottoirs et dans les cités dans un état plus que douteux.

    Répondre à ce message

    • Aubervilliers a besoin d’une police nationale à la hauteur des besoins Le 24 juillet 2016 à 17:01, par le concombre masqué

      Je ne sais pas s’il est utile de répondre à ce genre d’ineptie quand Xavier affirme que « la municipalité participe de façon passive à la diminution des services publics. »

      Rappelons que c’est l’Etat qui casse les différents services publics. Rappelons, pour cet étourdi de Xavier, que Pascal Beaudet, lors de son premier mandat de Maire, avait organisé un rassemblement de la population à la Préfecture de Bobigny pour exiger, déjà !, un renforcement des effectifs du commissariat d’Aubervilliers.

      Répondre à ce message