Ville Evrard restera à Aubervilliers : une victoire collective pour la santé et contre l’austérité

jeudi 7 juillet 2016

Depuis le 1er Juillet, la loi Touraine de « modernisation » de la Santé, impose la mise en place des Groupements Hospitaliers du Territoire (GHT), qui sont la première étape de la fusion des structures sanitaires et médico-publiques, de la fermeture de services et des hôpitaux publics, afin de réduire les coûts et d’imposer une nouvelle cure d’austérité.

Cette loi est le remodelage total de notre système de soins hospitaliers publics, à l’aune du pacte de responsabilité, de la loi Notre sur les territoires et la mort annoncée de notre système de protection sociale.

L’établissement psychiatrique de Ville Evrard qui dessert actuellement 34 communes de Seine-Saint-Denis propose une offre de soins à Aubervilliers.
Ce secteur, comme d’autres sur le Département, était menacé par l’Agence Régionale de Santé, sommée par le Ministère de la Santé, pour la mise en place de cette réforme mortifère pour les usagers et la proximité du service public hospitalier.

Après une forte mobilisation du personnel soignant, des médecins, des agents techniques et administratifs de Ville Evrard, des syndicats, de nombreuses associations, des élu-e-s régionaux, départementaux, de la municipalité d’Aubervilliers et de Maria Mercader y Puig, adjointe au Maire d’Aubervilliers en charge de la santé et du handicap qui s’est investit avec détermination pour conserver une offre de soins de l’établissement psychiatrique sur notre ville ont gagné.
Face à la grande mobilisation, l’ARS a fini par attribuer une dérogation pour la continuité de l’activité de cet établissement psychiatrique public à Aubervilliers.

Le Parti communiste d’Aubervilliers salue cette victoire essentielle aux besoins de santé de la population, dans la proximité et la qualité mais continue d’appeler à la mobilisation la plus large pour la défense des hôpitaux publics, contre la désertification médicale et pour la mise en échec les politiques d’austérité.

Répondre à cet article