Aubervilliers demande réparation pour la piscine olympique : des élus d’opposition votent contre l’implantation d’équipements sportifs sur la ville

vendredi 24 juin 2016

Ce jeudi, lors du conseil municipal, un vœu demandant réparation à l’Etat suite au non respect de son engagement d’implanter la piscine olympique à Aubervilliers a été adopté à la majorité absolue.
Mais des élus d’opposition ont voté contre l’implantation d’équipements nouveaux sur la ville.

Le 8 Juin dernier, le bureau exécutif de Paris 2024, réuni en présence de ses membres fondateurs de la candidature, a validé le futur centre aquatique olympique à Saint-Denis.

Alors que l’Etat s’était engagé depuis 2005, malgré l’échec de la candidature, à implanter le centre aquatique olympique à Aubervilliers et que la ville avait été privée de la construction d’un hôpital puis d’un vélodrome. Ce projet, partie intégrante du dossier de candidature des JOP 2024, était depuis toujours porté avec enthousiasme et fierté par la jeunesse, les sportifs, les associations et la population.

Trois mois plus tôt, le terrain initialement retenu depuis longtemps par les villes d’Aubervilliers, de Saint-Denis et par Plaine Commune, au bord du Canal, à proximité du Stade de France avait été prétendument contesté par la direction du comité de candidature pour des problèmes techniques.

Dans un esprit constructif, la municipalité n’avait pas hésité à proposer un autre site situé au carrefour d’Aubervilliers, de La Courneuve, de Pantin, de Bobigny et de Paris en capacité d’accueillir un tel projet. Celui-ci disposait également d’atouts indéniables, proximité du village des médias, du Stade de France, du village olympique, du cœur de Paris, avec une bonne desserte en transport en commun, susceptible d’accélérer la transfiguration de l’ex RN2. Mais cette nouvelle proposition n’aura pas eu davantage les faveurs du comité de candidature malgré un fort soutien populaire.

Regrettant cette décision et n’acceptant pas qu’Aubervilliers soit une nouvelle fois victime d’une injustice, ce jeudi 23 juin le conseil municipal d’Aubervilliers a proposé un vœu pour exiger réparation de l’Etat en vue de la création d’un grand équipement sportif de haut niveau et du développement économique, d’inclusion sociale, de rénovation urbaine, de transition énergétique, d’écologie et de développement durable de la ZAC du Fort d’Aubervilliers

Mais incompréhension et stupéfaction lors du vote !
L’opposition municipale socialiste d’Aubervilliers a voté CONTRE ce vœu exigeant une réparation à la hauteur de nos besoins en matière d’équipement sportif, de développement du territoire, pour le respect des habitants et l’avenir d’Aubervilliers. Divisé sur le vote, seul un élu du groupe socialiste a voté pour ce vœu proposé au conseil municipal.

Le Parti communiste d’Aubervilliers continue d’apporter tout son soutien à la municipalité d’Aubervilliers, la jeunesse, les sportifs et l’ensemble de la population dans leur détermination pour exiger réparation et restera mobilisé pour obtenir des équipements utiles et nécessaires aux habitants d’Aubervilliers
De plus, nous profitons de cette occasion pour féliciter les quatre sportifs d’Aubervilliers qualifiés pour les jeux olympiques de Rio cet été qui représenteront notre pays et font la fierté de notre ville.

1 Message

  • Votre titre est trompeur. Ce n’est pas vraiment ce que disent "des élus de l’opposition" :

    « Madame la maire,
    Cher-es collègue-s,

    Tous les Albertivillariens sont déçus et en colère suite à la perte de la future piscine olympique, qui devait initialement sortir de terre à Aubervilliers et sera finalement construite à Saint-Denis.

    Elu-e-s de la majorité municipale 2008-2014, nous étions particulièrement attachés à ce projet, pour lequel Jacques Salvator s’était fortement engagé. Nous n’avons eu de cesse pendant toutes ces années d’affirmer nos positions au sein de Plaine Commune face aux projets alternatifs proposés par Saint-Denis.

    L’Etat, la région Ile-de-France et la ville de Paris que vous incriminez aujourd’hui ne sont pas les premiers responsables de la situation. D’ailleurs, ces institutions ne se désengagent ni de la candidature de Paris pour l’organisation des Jeux Olympiques de 2024 ni du financement de la piscine olympique.

    C’est en revanche l’absence de suivi concret et sérieux de ce dossier par votre prédécesseur au cours des deux dernières années qui a achevé les chances de notre ville. En donnant sans contrôle les clés de l’aménagement d’Aubervilliers à Plaine Commune, vous avez renforcé le centralisme de notre territoire autour de Saint-Denis. Un bon exemple fut la localisation, validée par Plaine Commune, des émergences des futures lignes 15 et 16 du Grand Paris Express sur les parcelles précédemment évoquées pour accueillir la piscine olympique à Aubervilliers. Un autre exemple est le choix de Saint-Ouen pour accueillir le prochain siège du Conseil régional alors que les discussions étaient bien engagées pour l’installer à Aubervilliers sous le mandat précédent.

    Vos pétitions, vos « coups de gueule », vos événements d’agit-prop leurrent de moins en moins les habitants et ne font pas avancer concrètement les dossiers.

    A l’inverse, vous vous apprêtez à tourner le dos aux compensations proposées par l’Etat dans la perspective des JO 2024 :

    - la dépollution de la parcelle initiale à hauteur de 20 millions d’euros,
    - la construction sur ce même site du Bureau d’organisation des JO à Aubervilliers,
    - l’organisation de trois épreuves olympiques, dont la boxe.

    Nous ne voterons donc pas votre vœu dont nous ne partageons pas la tonalité et les conclusions  »

    Répondre à ce message