Plus de cent personnes à la première nuit pour "Aubervilliers Debout"

mardi 19 avril 2016

Le samedi 16 avril plus de cent personnes de tout âge se sont rassemblées sur la place de l’hôtel de ville d’Aubervilliers.

Une première Nuit Debout efficace au regard d’une organisation et information lancées à la hâte. La prochaine aura lieu le samedi 23 avril au même endroit en attendant des échanges pour étendre le rassemblement sur d’autres lieux de la commune.

Étant donné le taux de travailleurs de nuit dans la commune et au regard de la forte présence urbaine en journée, il a été décidé de débuter le rassemblement dès 14H00, qui suivra un tractage itinérant dans nos quartiers. Le mouvement est plutôt un « Aubervilliers Debout » qu’une Nuit en soit, même si l’initiative est intimement liée au mouvement fédérateur.
 
L’un des enjeux consistera à solliciter une importante présence des femmes dans l’espace public et de permettre aux mères d’exprimer leurs revendications. De ce fait une crèche autogérée sera réalisée durant l’AG pour garder les enfants pendant que les parents suivent et participent aux débats/votes.
 
De nombreux riverains ont émis des réticences quant à ce premier Aubervilliers Debout en raison d’un risque de casse. Cela a contribué à la réduction des participants. Il n’y a cependant eu aucun problème ce 16 avril à Aubervilliers, la mairie a fait confiance aux organisateurs et aucun policier n’était présent.
 
Il ne faut donc pas hésiter à s’exprimer. Les quartiers ont rarement le droit à la parole, c’est l’occasion. Tout collectif / association d’Aubervilliers est invité à présenter sa lutte samedi prochain sur la place de l’hôtel de ville. Debout Aubervilliers doit permettre à nos organisations locales de converger et à la précarité d’être dénoncée et combattue. Se soutenir mutuellement dans nos luttes c’est apporter du renfort et du nombre sur les mobilisations respectives.
 
Quelques prises de paroles entendues ce soir :
 
– Il n’y a aucune protection sociale pour les accompagnatrices qui font traverser les enfants avant et après l’école : cela doit cesser.

– Opposition à la spéculation sur les logements.

– Suggestion consistant à réquisitionner les bâtiments vides.

– Dénonciation du manque de personnel dans les écoles.

– Dénonciation de la baisse des aides accordées à la municipalité alors que les demandeurs d’emplois et mal logés représentent une grande partie des habitants.

– Dénonciation de la limitation du nombre de HLM et de la suppression du pass- contraception par la Région Ile-de-France depuis le mandat de Valérie Pécresse.

– Dénonciation d’un manque d’effectifs dans les écoles de banlieue : le nombre d’heures de cours moyen d’un élève d’Aubervilliers est inférieur au nombre d’heure de cours d’un élève étudiant sur Paris.

– Intervention pour demander à ancrer le mouvement sur la loi Travail, ensuite plusieurs réactions ont confirmé que le mouvement reste global et inclusif en terme de luttes à mener.

– Rappel sur l’ancienneté de la libéralisation du code du travail. Rappel que les accords d’entreprise sont déjà présents ici et là, que beaucoup de travailleurs effectuent déjà plus de 40H de travail.

– Intervention pour appeler à passer le plus vite possible aux actions.

– Intervention pour expliquer qu’une grève fait directement pression sur le patronat.

– Intervention pour encourager les Nuits Debout en banlieue afin de mieux représenter les revendications et les problèmes quotidiens de sa population qui sur des luttes nationales vit néanmoins des particularités.

– Chants de lutte par une chorale, Bella Ciao a été joliment interprétée.

– Intervention indiquant que les accords d’entreprise et les dérogations aux codes nationaux sont les premiers éléments qui amplifient la taille du code du travail (le patronat revendiquant pour pousser aux réformes, qu’il serait trop compliqué alors qu’il est justement l’acteur qui demande de le compliquer davantage par la multiplication des exceptions)

– Dénonciation du libéralisme, les facilités pour le licenciement n’engendrant pas de créations d’emplois mais augmentent la charge de travail de ceux qui restent dans l’entreprise.
 
A la suite des échanges libres, trois commissions ont été créées pour animer les prochaines rencontres :
 
– Commission logistique : en charge de la préparation des prochaines AG.

– Commission tractage : réalisation des tracts et distribution pour préparer la manifestation contre la loi travail le 28 avril.

– Commission réseaux et actions : mobiliser et faire converger les luttes existantes sur Aubervilliers, créer des actions entre chaque rendez-vous.
 
L’accent a été mis sur le désir d’organiser le plus de coup de force possible dès que les bases seront établies : manifestation, blocage, réquisition…
 
Une réflexion est en cours pour coordonner les Nuits Debout créées en Seine-Saint-Denis.

Le rassemblement s’est dispersé peu avant 23H00.

24 Messages

  • Cent personnes... disons plutôt un peu plus de cent cinquante. On a du mal à identifier ce mouvement Nuit debout parce que les grilles de lecture habituelles, celle de la démocratie élective, participative ou représentative, ne conviennent plus. Sur ces places occupées il n’y a pas de dirigeant, pas de ligne à défendre, pas de cadre précis ou obligatoire. Il y a quelque chose de nouveau, de différent, on se parle, on s’écoute, on s’accepte, on essaie de comprendre, on refuse les chefs qui croient toujours être les seuls à détenir la vérité ou la bonne orientation, on tente timidement de prendre en main son destin. Tout cela n’ira peut-être pas bien loin mais ça fait du bien, alors on continue. Jusqu’où, jusqu’à quand ? On ne sait pas, on verra bien ce que l’avenir nous réserve.

    Répondre à ce message

    • Et puis on n’a même pas eu à virer Finkelkraut de la place de la mairie, les camarades de la place de la République l’avaient déjà fait, ce qui a permis au philosophe de dégueuler sur France cul.
      C’est dire que c’était sympa. La prochaine fois on fera Nuit Debout pour l’Euro de foot puisqu’on a plus le PSG.

      Répondre à ce message

    • Ce mouvement nous ouvre sur plein de problématiques. Des personnes qui ne se connaissaient pas se parlent, imaginent des actions ensemble. Les partis politiques du système ne pourrons pas ignorer ce qui se passe. Même si ça s’arrête, c’est déjà gagné.

      Répondre à ce message

      • La lente décomposition de l’ex gauche, l’absence totale de perspective et l’éparpillement de la gauche de gauche permettent de croire que le mouvement peut se prolonger et s’amplifier. Il fait des émules sur d’autres places en province. De nombreuses petites associations thématiques, toutes contradictoires les unes avec les autres, se mettent à participer aux débats improvisés sur les places. Le retour d’un débat collectif s’interrogeant sur les formes de la démocratie est positif, même si la confusion règne.

        Répondre à ce message

  • Plus de cent personnes à la première nuit pour "Aubervilliers Debout" Le 20 avril 2016 à 08:38, par Nuit couchée

    Tout ça est bien formidable ; Tout y est, toutes les revendications de la municipalité. On ne peut que rêver de la convergence municipalité nuit dbout mais c’est quasiment fait.
    Et cerise sur le gateau, on peut se coucher tôt puisqu’à 23 heures, c’est terminé.

    Répondre à ce message

  • Plus de cent personnes à la première nuit pour "Aubervilliers Debout" Le 20 avril 2016 à 17:25, par Nuit Debout place de la République

    Fâcheuse méprise : "en croyant virer Daeninckx, ils virent Finkelkraut"

    Répondre à ce message

    • Les Nuits debout sont une réussite, mais il va falloir aller plus loin pour trouver la bonne route qui doit conduire à des convergences de luttes. De ce point de vue tout reste à faire. Ce mouvement est sympathique mais, en l’état, ça ne va pas suffire pour construire des alternatives.

      Répondre à ce message

      • Plus de cent personnes à la première nuit pour "Aubervilliers Debout" Le 20 avril 2016 à 21:49, par Et si les primaires avaient fait leur temps ?

        D’où l’intérêt peut-être de s’intéresser au congrès du PCF. Il y a des textes à lire et à voter. Sans présumer du caractère décisif de ce qui en sortira, militants ou pas, chacun a intérêt à s’informer et pourquoi pas y puiser des éléments de réflexion. Moi, je trouve que la base commune défendue par la direction du parti embrouille les enjeux avec cette histoire de primaires. La langue de bois qui consiste à "construire une candidature" ne prendra jamais au sein du peuple de gauche ou ce qu’il en reste.
        Soyons lucide et réaliste, les lundi de gauche ont brassé des idées, y compris par des non membres du PCF. mais 600 likes sur facebook n’en font pas un élan décisif pour les échéances qui nous attendent.

        Répondre à ce message

        • Ce qui se passe autour de la Nuit debout, même avec ses limites, montre que la dépolitisation n’est pas si importante que certains le pensent. Si l’audience des partis politiques est en recul constant c’est tout simplement parce que leurs dirigeants ne croient pas à la capacité d’une mobilisation citoyenne collective. Tant que les partis politiques maintiendront leurs pratiques qui consistent à vouloir tout diriger, à chercher à préserver leur appareil politique et à sauver leur postes de député, les citoyens resteront des spectateurs indifférents. Rien ne change véritablement de ce point de vue et le pc est comme les autres, il suffit de voir comment il conduit, de manière politicienne, la préparation des élections présidentielles pour se convaincre que rien n’a changé. Vous n’avez donné aucune chance au Front de gauche, dans ces conditions il vous faudra énormément de chance, voir un miracle, pour espérer atteindre les 5%.

          Répondre à ce message

        • Il parait que l’urgence n’est pas de désigner un candidat. Il parait aussi qu’à un an de échéance présidentielle il faut prendre son temps pour faire monter les exigences populaires pour qu’elles deviennent incontournables. C’est très bien, continuons comme ça afin d’être bien sûr que la gauche soit éliminée au second tour. On aura un très bon programme pour faire de la figuration.

          Répondre à ce message

          • Le clown nous récite son ave Mélenchon . Rien à cirer des élections ..Mélenchon ou Hollande bonnet blanc ou blanc bonnet !

            Répondre à ce message

            • Génial @Spectateur, avec lui, l’alternative se rapproche à grands pas. D’ici 15 à 20 ans tout ira mieux, on aura enfin trouvé le candidat adéquat !

              Répondre à ce message

              • Mélenchon : l’alternative ! cela me rappelle l’espoir Mitterand de 1981 transformé en austérité de 1983 alors Mitterand et Mélenchon c’est encore blanc bonnet et bonnet blanc le seul espoir c’est l’unité dans les luttes , les sauveurs électoraux sont des épiphénomènes et leur désignation n’a aucune importance.

                Répondre à ce message

                • Plus de cent personnes à la première nuit pour "Aubervilliers Debout" Le 22 avril 2016 à 21:18, par 1% ou moins ?

                  Qu’est ce que ça vous apporte e dénigrer Mélenchon ?
                  Surtout qu’après, il va falloiir le soutenir... Je sais, on trouvera bien une formule du style "utiliser le bulleti de vote Mélenchon pour faire barrage à la droite et l’extrème droite", mais à quoi cela nous mènera-t-il.
                  La bataille de l’opinion est déjà perdue, on amuse la galerie avec Nuit Debout, et puis on passera aux choses sérieuses.
                  Autant faire de Mélenchon tout de suite le candidat et on travaille au programme. Sinon, on risque de ne rien faire du tout.
                  Qu’est ce que les 3% de robert Hue nous avaient apportés ? et les 2% de Marie Georges Buffet ? Faut-il faire 0,5 pour exister ?

                  Répondre à ce message

                  • "Il y a la Nuit debout, il faut la gauche debout face à la finance, qui soit fière de ses valeurs, qui dise qu’il faut augmenter les salaires et pas les revenus des dividendes", a déclaré Pierre Laurent. Il dit exactement la même chose que JL Mélenchon. Il poursuit : " Jean-Luc Mélenchon est une partie de la réponse, mais qui ne suffit pas, il faut additionner les communistes, tout le Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon et tous ceux qui parmi les citoyens dans le reste de la gauche ne veulent plus de la politique actuelle". Bon alors puisque tout le monde dit pareil et veut rassembler, il est où le problème ?

                    Répondre à ce message

      • Aucune vraie révolution n’a lieu de nuit. Aucun vrai changement n’a lieu seulement la nuit.
        Peut-on espérer que naisse bientôt un mouvement plus concret, qu’on pourrait appeler Jour Debout, et qui réfléchirait à un programme concret hors des professionnels de la politique ?

        Répondre à ce message

      • Quel avenir pour Nuit debout ? Continuer de voter pour savoir s’il faut voter ? Rester sur les places publiques avec l’unique objectif d’en faire des lieux de discussions interminables ? Avoir peur sans cesse d’être récupéré et s’interdire, à ce motif, des mises en commun avec le monde du travail, les syndicats, le mouvement associatif, les militants politiques ? Et pourquoi l’avenir ne serait-il pas plutôt de s’emparer de l’énergie que dégage ce mouvement de Nuit debout pour rechercher des convergences, pour construire des actions communes avec tous ceux qui partagent des préoccupations identiques ? Appliquer en permanence un principe de précaution qui veut qu’il faudrait avoir peur, se méfier sans cesse et rejeter ceux qui viennent du monde syndical ou politique conduira le mouvement Nuit debout à s’épuiser. On ne construit pas de convergences dans l’isolement .

        Répondre à ce message

  • J’apprends que trois opportunistes de l’opposition socialiste rejoignent la majorité municipale. L’un d’eux Hafidi est bien connu sur ce forum, il était traité ’’d’âne’’ et de ’’pseudo intellectuel anti communiste’’. Ce retournement de veste est -il symbolique du faire de la ’’politique autrement’’
    . La majorité municipale se moque de ses électeurs . Elle se vautre dans les débats de couloir et avec ces pratiques, son adhésion à nuit debout apparaît comme de la poudre aux yeux . Quant aux autres alliés , ils devraient se mefier , le PCF local risque de servir de ces ralliements opportunistes pour imposer ses choix tactiques, la majorité risque ne plus être vraiment ensemble.
    A quand la prochaine crise municipale ?

    Répondre à ce message

Répondre à cet article