Dégradation du service public

Fermeture pour 3 semaines du service nationalité du Tribunal d’Instance d’Aubervilliers

vendredi 18 mars 2016

L’égalité des citoyens dans l’accès au droit vue depuis Aubervilliers...

JPEG - 41.3 ko

.
On connaissait déjà La Poste où les usagers font la queue et les employés sont stressés, où des gens « pètent les plombs » de temps en temps même si la plupart considère qu’attendre ½ heure est une fatalité, comme la pluie ou la canicule...

On connaissait aussi les permanences de la CAF qui ont fermé leurs portes et donc où maintenant il faut aller à Saint Denis (l’été dernier une heure et demi d’attente pour accéder à un guichet où les employées réussissaient à rester zen et courtoises) ou Bobigny....comme chacun sait quand on a des enfants en bas âge c’est commode !!

On connaissait également la reconversion des guichets de la CPAM (notre Sécu !) en distributeurs de tickets pour accéder à des machines...comme chacun sait toute la population d’Auber est à l’aise avec la lecture et les ordinateurs, donc plus besoin d ’humains !

La découverte du jour c’est la fermeture pour 3 semaines du service nationalité du Tribunal d’Instance d’Aubervilliers parce qu’il y a un tel retard dans le traitement des dossiers ….ET UNE TELLE ABSENCE DE PERSONNELS qu’ils (qui ?) ont décidé de fermer le service pour pouvoir éponger le retard.

Petit témoignage perso : les parents étrangers d’un enfant né sur le sol français peuvent demander la nationalité française pour lui quand il atteint l’age de 13 ans. J’accompagne une famille dont le fils a eu 13 ans le 23 septembre 2014. Depuis octobre 2014, ils ont entrepris les démarches....il est « légal » qu’elles prennent 6 mois...(donc jusqu’en avril 2015 y avait rien à dire). A Aubervilliers au bout de 18 mois on attend toujours ! Et je passe les stratégies mises en œuvre par le tribunal ( pour décourager les candidats ??) : le rendez-vous que vous ne pouvez prendre que par téléphone, le téléphone sur-occupé, à 15 jours du rendezvous on vous appelle pour vous dire qu’il est annulé car il n’y « aura personne », etc ..etc ...La dernière fois
que j’y suis allée, j’ai vu des gens qui attendaient depuis 3 ans.

La citoyenneté et le sentiment d’appartenance de ces enfants (et de leur parents) à la République passe par une égalité réelle d’accès au droit, y compris les plus symboliques.

Parce qu’ils sont NOS enfants, protestons tous ensemble, nos élus en tête !

Je serais heureuse qu’à minima un courrier soit adressé à celui qui organise ce désordre (ministre de l’injustice ?) et que sa réponse soit rendue publique.

Michèle, citoyenne en colère 15 mars 2016

Répondre à cet article