Meriem DERKAOUI élue maire d’Aubervilliers : « Nous lutterons sur tous les fronts pour l’égalité »

vendredi 22 janvier 2016

Beaucoup de monde hier soir, jeudi 21 janvier, à la mairie d’Aubervilliers. La salle des mariages, le salon, et la salle du conseil municipal accueillaient de nombreux habitants de la ville, des employés communaux venus assister à l’élection du nouveau maire. Des maires et des élus du département étaient aussi présents (Stéphane Troussel, Patrick Braouezec, Didier Paillard). Jack Ralite, lui aussi, avait tenu à assister à cette soirée historique.

Pascal Beaudet a prononcé une allocution très émouvante, qu’il a terminé particulièrement ému. Longuement applaudi, il a laissé la place au doyen des élus, Jean-Jacques Karman, qui a présidé le vote des 49 conseillers municipaux.

Ceux-ci ont élu Meriem Derkaoui nouvelle Maire d’Aubervilliers. Elle a rassemblé sur son nom au-delà des 36 élus de la majorité municipale puisqu’elle a recueilli 41 voix, 3 voix se sont portées sur Nadia Lenoury et 5 bulletins blancs.

Puis Anthony Daguet a été élu premier adjoint et Claudine Pejoux nouvelle maire-adjointe.

Nous publions ci-dessous l’entretien que Meriem Derkaoui a accordé à l’Humanité dans son édition de ce vendredi 22 janvier :

Votre majorité a emporté l’élection de 2014 face au PS sortant, quel bilan tirez-vous de la première partie du mandat ?

MERIEM DERKAOUI Le bilan relève du travail de toute une équipe. Celle-ci a déjà mis en place un certain nombre d’engagements importants. Sur la question des rythmes scolaires, nous avons trouvé, à notre arrivée, une situation de tension extrême dans la communauté éducative. Personne ne se retrouvait dans le système d’organisation. Nous avons donc repris la concertation sur deux années scolaires et amené un peu de sérénité et d’apaisement. Tout le monde s’est mis au travail dans un esprit d’ouverture, avec la volonté de se concentrer sur les moyens de l’école.

Le deuxième engagement pris lors de la campagne des municipales portait sur la situation du personnel communal, qui témoignait d’une certaine souffrance, du manque de dialogue, de pratiques pas toujours respectueuses des statuts. Nous avons tenu des assises qui ont permis à plus de 800 agents d’interroger, d’écouter, d’échanger. Un comité de suivi a également été mis en place.

Enfin, nous travaillons avec la communauté d’agglomération et les villes voisines au développement économique, à l’aménagement, à l’urbanisme, à des logements au service de la population.

Outre des raisons de santé, des tensions au sein de la majorité ont été évoquées comme raison du départ du maire. Comment abordez-vous le travail avec la majorité ?

MERIEM DERKAOUI Pascal Beaudet a réellement des problèmes de santé. Ceux qui en doutent lui manquent de respect. En tant que première adjointe, j’ai vu, parfois, ses souffrances et sa résistance, sa volonté de tenir le coup. Quant à la majorité, tout le monde le sait, elle est très large puisqu’elle réunit à la fois le PCF, de nombreuses personnalités d’ouverture, Ensemble, la Gauche communiste autour de Jean-Jacques Karman. Mais cette majorité est, il me semble, rassemblée sur l’essentiel. Sur le mode de fonctionnement, nous aurons sans doute des clarifications à apporter, des sujets à aborder collectivement. Dans l’intérêt des habitants d’Aubervilliers, toutes les forces qui veulent voir bouger les choses doivent travailler de concert car nul n’a seul la solution. Pour ma part, je propose d’y travailler avec tous, dans le respect de la diversité.

Nombre de municipalités se mobilisent contre l’amputation de leur budget due aux restrictions décidées par le gouvernement. Quelle est la situation d’Aubervilliers ?

MERIEM DERKAOUI Ce sont plus de 4 millions d’euros en deux ans, sans doute 7 millions d’ici à 2017, qui ont été supprimés. L’État ne peut pas ignorer notre situation que ces coupes aggraveront. Dans notre ville, une majorité de la population a des revenus modestes. Plus de 60 % des habitants ne sont pas en mesure de payer l’impôt local, l’État devrait compenser cette inégalité.

Nous avons désormais près de 82 000 habitants, mais près de 4 500 d’entre eux sont comptés par l’Insee mais pas intégrés dans le calcul de la dotation. Ils sont bien là, leurs enfants vont à l’école, ils ont besoin de certaines prestations, et pourtant ils ne sont pas pris en compte. Ce n’est pas acceptable. D’autres collectivités connaissent les mêmes contraintes budgétaires et réduisent les moyens alloués au service public. C’est, par exemple, le cas sur les crèches pour le département. Nous avons donc à mener des luttes sur tous les fronts pour obtenir ne serait-ce que l’égalité avec d’autres habitants d’Île-de-France.

entretien réalisé par Julia Hamlaoui
,

5 Messages

  • Disque rayé Le 23 janvier 2016 à 12:45

    Quelques mots au sujet de la première interview de la nouvelle Maire (dans l’Humanité of course) : c’est vraiment pas la classe ! A la question "quel bilan des 21 mois écoulés", toujours la même réponse : en gros, grâce à nous la ville est à nouveau plongée dans son coma végétatif. Désormais, il ne se passe plus rien nulle part, et c’est grâce à l’équipe de P. Beaudet. Plus d’atelier périscolaire (merci pour les enfants !), plus d’ambition d’ouverture des services municipaux (horaires d’ouverture au public restreints depuis 2014, les administrés apprécient !). Enfin bref, plus RIEN. C’est tomber bien bas que d’être obligé d’insulter l’action des équipes précédentes pour faire croire qu’on a fait quelque chose soi-même ! Deux ans plus tard, on dirait qu’elle aussi, après P. Beaudet, succède au Maire socialiste ! Le disque est-il rayé ? Et pourtant, des questions se posaient : l’augmentation des indemnités perçues et cumulées par P. Beaudet (plus 175% par rapport au précédent Maire) sera-t-elle maintenue pour Mme. Derkaoui ? Combien d’indemnités et de fonctions va-t-elle cumuler, elle qui s’engage à être au travail "24/24h à 100% de ses capacités" ? Combien de temps va-t-elle encore continuer à critiquer l’équipe PS sortie il y a 2 ans pour essayer de valoriser son (in)action ? A trop regarder dans le rétroviseur, on finit dans le mur. Non, vraiment, ca va pas chercher loin tout ça !

    Répondre à ce message

    • Rayure profonde Le 24 janvier 2016 à 10:02, par Ernesto

      Il est vrai que la frénésie constructive de M. Salvator est ralentie (pas brisée, hélas !).
      Autrement dit la fuite en avant spéculative a du plomb dans l’aile. Mais beaucoup de mal a été fait. Ainsi, rue de la Motte trois blocs de constructions (particulièrement laids) sont installés au milieu d’une zone déserte de services. C’est un peu le far-west...

      Aubervilliers était vraiment à vendre.

      Répondre à ce message

      • Esthète avisé ! Le 26 janvier 2016 à 23:42

        Mais alors qu’est-ce qui, selon vous, retient la municipalité actuelle de mettre enfin un terme à toutes ces constructions de logements qui vous semblent si néfastes ? Peut-être qu’ils se sont aperçus que la ville en avait tout simplement besoin ! Quant à vos jugements de goût... Aubervilliers souffre encore (et pour longtemps) de toutes les erreurs architecturales du passé. Qu’est-ce qui vous froisse au juste dans les constructions de la précédente mandature : la beauté du Millénaire, du conservatoire, de la tour moderne au métro du Fort ? Ouvrez donc les yeux !
        Poussons votre raisonnement : lorsqu’on ne construit pas, le terrain est en friche. Et là, d’après vous, qu’est-ce qui pousse des roses trémières (dont personne ne s’est jamais plaint) ou des casses automobiles (dont les habitants se plaignent beaucoup ces derniers temps !) ?
        Si ce type d’aménagement est plus conforme à votre sens esthétique, je vous souhaite bien du plaisir !

        Répondre à ce message

    • Disque rayé Le 25 janvier 2016 à 11:24, par lou

      disque rayé a trés bien résumé la situation espérons que m derkaoui dégnera recevoir ces citoyens quand ils auront besoin d’aide et que la personne qui nous à téléphoné du p c ouvrira les yeux ily a deux ans en juin suite aux articles que j’ai passe sur le netl nous disait que nous n’avions pas de marchands de sommeil dans notre immeuble et le 23septembre nous avons eut une prise d’otage notre syndic et de plus en plus confronté à ce probléme nous avons eut un réfugié politique marchand de sommeil qui en 36mois c’est acheté un appart à drancy je ne vous dit pas les dégats dans l’immeuble mais quand ont est pas confronté à ce probléme ont sans fou !!

      Répondre à ce message

    • Disque rayé Le 25 janvier 2016 à 12:29, par Hulk

      On se demande qui est le disque rayé. Ceux qui parlent sans arrêt des ateliers périscolaires qui n’existent plus ou la municipalité ?
      Ceci dit, c’est sans importance. Tant que disque rayé nous rebattra les oreilles avec ses ateliers périscolaires qui lui ont fait perdre la ville, il continuera à plomber les socialistes. Pour 10 ateliers qui n’apportaient rien aux enfants à part la désorganisation du temps scolaire, 1 seul présentait un intérêt !
      Tout le monde l’a vu... Sauf disque rayé...

      Répondre à ce message

Répondre à cet article