50 ans du Théâtre de la Commune

Intervention de Soizig Nedelec au conseil municipal extraordinaire du 7 décembre 2015

mardi 15 décembre 2015

En tant que présidente du groupe des élus communiste, progressistes, écologistes et citoyens, il me revient la tâche de parler en leurs noms lors de ce conseil municipal extraordinaire qui célèbre les 50 ans du Théâtre de La Commune d’Aubervilliers et la distinction au rang de citoyen d’honneur de notre ville attribuée à Gabriel Garran.

Je pense qu’il n’est pas utile de développer plus avant les orientations progressistes du Parti communiste et de ses alliés sur l’importance de développer la culture partout et pour tous, mais permettez-moi tout de même de saluer le courage politique de notre ancien maire André Karman sous l’impulsion de Jack Ralite son adjoint à la culture de l’époque et de Gabriel Garran, fort de son expérience sur le terrain, au plus près des gens qui ont permis de doter notre ville du 93 d’un théâtre qui deviendra par la suite un Centre Dramatique National.

Je parle ici au nom des élus de mon groupe, mais permettez-moi d’y mettre une touche plus personnelle.

En tant qu’enfant et écolière d’Aubervilliers, j’ai eu la chance et je dirai même le privilège de pouvoir accéder à des pièces de théâtre et de ce fait à une ouverture sur le monde par le biais de la culture que n’ont malheureusement pas la plupart des français. Au cours de ma scolarité j’ai pu assister à de nombreuses pièces de théâtre, pas toujours très accessibles, mais qui m’ont permis de m’enrichir, de pousser ma réflexion, et de voir le monde différemment. Cela bien évidemment grâce à un travail entre les écoles, les enseignants d’Aubervilliers, les professionnels du théâtre et du service culturel de notre ville, qui s’est toujours fait en partenariat et en cohérence.

Tout le monde n’a pas la chance de pouvoir admirer son grand frère sur une scène de théâtre et encore moins sur celle du Théâtre de la Commune parce qu’il participe à l’atelier-théâtre du lycée Le Corbusier ; je peux ce soir témoigner que cette chance je l’ai eue. Je peux également témoigner de la chance que j’ai eue en tant qu’animatrice d’Aubervacances-Loisirs de permettre à de nombreux enfants d’Aubervilliers de voir les coulisses d’un théâtre et d’échanger avec des comédiens et des techniciens.

Jeune adulte j’ai assisté à des pièces, comme bon nombre d’entre vous, qui allaient de Molière à Bertolt Brecht et d’autres plus contemporaines, dont certaines très politiques avec des questions sociétales fondamentales telle que la pièce intitulée Caïrn il y a quelques années ou la fameuse pièce interprétée par des sans papiers qui a été jouée à Avignon.

Ce témoignage personnel, je le livre aussi parce qu’il reflète celui de bon nombre d’albertivillariens qui ne peuvent pas s’exprimer ce soir.

Avant de préparer cette intervention j’ai été curieuse de ce que pensent les élus mais avant tout de ce pensent les albertivillariens. Il en ressort que la majorité de ces derniers ne fréquente pas forcément le théâtre mais ils sont fiers qu’il soit dans leur ville ! A nous de faire en sorte de les y amener encore plus nombreux et de leur faire découvrir ce lieu magnifique par bien des aspects. Une partie d’entre eux qui le fréquentent apprécient le fait d’y voir son voisin qu’il n’aurait jamais imaginé assis un jour dans le fauteuil molletonneux d’un théâtre pour écouter la performance d’acteurs en direct sans possibilité de manger des popcorns ! C’est cela la richesse du théâtre de notre ville, une population différente qui se côtoie, partage, rit et pleure ensemble !

Comme je viens de le dire, le travail en direction des quartiers populaires doit s’amplifier, il a été fait, mais il faut encore l’intensifier. Nous sommes tous conscients que l’accès à la culture est une donnée fondamentale dans la construction d’un être humain et les évènements d’hier, de novembre et antérieurs ne font que le confirmer.

En tant que progressiste je ne pense pas pouvoir changer d’avis sur cette question, partagée par l’ensemble de mes camarades et amis. Pour terminer je tiens ce soir au nom du groupe des élus communistes, progressistes, écologistes et citoyens à dire encore une fois un grand merci à Gabriel Garran, à Jack Ralite, à André Karman ainsi qu’à tous les élus de l’époque et à tous les albertivillariens qui ont œuvré pour que ce théâtre, notre théâtre ; voir le jour !