Résultats des élections régionales à Auberviliers

lundi 7 décembre 2015

Inscrits 27 531
Votants 7925 28,79 %
Abstentions 19606 71,21 %
Blancs et nuls 360
Exprimés 7566

Noms des candidats
1 – M. Pierre LAURENT--------------1296-----17,13 %
2 – M. Claude BARTOLONE-----------2194-----29 %
3 – M. François ASSELINEA-------------92-------1,22 %
4 – Mme Emmanuelle COSSE----------550-------7,27 %
5 – M. Dawari HORSFALL--------------38-------0,50 %
6 – Mme Valérie SACHS---------------42-------0,56 %
7 – M. Sylvain DE SMET----------------21-------0,28 %
8 – M. Nizarr BOURCHADA------------165-------2,18 %
9 – M. Nicolas DUPONT-AIGNA--------253-------3,34 %
10 – Mme Valérie PECRESSE----------1040-----13,75 %
11 – M. Aurelien VERON---------------49------0,65 %
12 – M. Wallerand DE SAINT JUST-----1552-----20,51 %
13 – Mme Nathalie ARTHAUD---------274------3,62 %

Déclaration de Pierre Laurent, Secrétaire national du Parti communiste français.

Les premières estimations connues à cette heure des résultats du premier tour des élections régionales confirment le grave état d’alerte social et démocratique du pays.

Dans notre pays, la France, où des millions et des millions de personnes souffrent durement du chômage, de la précarité, du pouvoir de la finance sur nos vies et sur notre travail, où l’angoisse du lendemain ronge la vie de tant de nos concitoyens, où les attentats du 13 novembre ont ajouté la peur à toute cette insécurité sociale, la menace est réelle de voir la droite et l’extrême-droite diriger dimanche prochain la très grande majorité, et peut-être la totalité, des 13 nouvelles régions. Ce serait une catastrophe que la très grande majorité de notre peuple paierait cher.

C’est une situation d’extrême danger pour notre pays car le Front national renforce, après les élections européennes, sa place de premier parti politique. Le racisme déclaré de son programme libéral-populiste constitue une mise en cause explicite des valeurs d’égalité, de liberté et de fraternité de notre République.

Dans ce contexte, plus de 50 % des électrices et des électeurs ont une nouvelle fois choisi de s’abstenir, marquant leur défiance massive et désormais structurelle à l’égard du fonctionnement de plus en plus défaillant de notre démocratie. La colère contre tous les manquements à la parole donnée, aux engagements pris aussitôt abandonnés dans les actes, continue de grandir.

Les résultats portent évidemment la marque de la situation exceptionnelle dans laquelle se sont déroulés ces élections. Les enjeux des élections régionales ont été sciemment marginalisés. Depuis les attentats du 13 novembre, la peur qu’ils ont suscitée et l’inquiétude provoquée par l’état d’urgence ont été largement instrumentalisés et ont compliqué encore le scrutin.

Pourquoi en sommes nous là ? Parce que depuis des années les attaques des pouvoirs de l’argent contre le monde du travail, les déréglementations de la mondialisations capitaliste, les politiques ultralibérales européennes ont démantelé les solidarités. Parce que la pensée unique dominante a matraqué toutes les tentatives d’ouvrir un nouveau chemin de transformation sociale.

La responsabilité des gouvernements successifs qui ont maintenu depuis dix ans, contre l’avis d’une majorité du pays, le cap de politiques d’austérité de plus en plus dures, appliquées avec des méthodes de plus en plus autoritaires, est immense. L’impasse politique, économique, sociale dans laquelle ils se sont acharnés à enfoncer le pays a nourri un rejet que plus rien ne peut arrêter.

La montée du Front national s’est d’autant plus nourri de ce rejet que la droite des Républicains et de l’UDI et les dirigeants socialistes se sont dépensé sans compter pour installer le Front national et et, en faire leur principal « concurrent », un repoussoir pour sauvegarder leur hégémonie. Ils ont eux même banalisé ses idées, espérant ainsi étouffer tout espoir de transformation sociale et favoriser leurs projets de recomposition politique. Le résultat est le désastre politique auquel nous assistons. Jamais les communistes ne s’y résigneront. Et nombreux avec eux sont les démocrates, les électeurs de toutes les familles de gauche à ne pas accepter ce scénario mortifère. Leur rassemblement dans l’action sera plus que jamais nécessaire.

Les listes sur lesquelles les communistes étaient engagés avec le Front de gauche et des forces citoyennes et écologistes ont travaillé à ouvrir un autre chemin, contre l’austérité, pour la solidarité et le progrès humain partagé. Ce soir, le score obtenu par les listes est un point d’appui pour les batailles à venir et pour battre la droite et le Front national au second tour. Ces scores sont certes encore très insuffisants. Nos ambitions demeurent pour l’avenir. Mais ce soir, sans le respect de ces listes et de leurs électeurs, rien n’est possible à gauche.

Ce soir, une chose est certaine. Le grand défi de la nouvelle période politique qui s’ouvre sera celui de la construction d’un nouveau projet de gauche solidaire et fraternel pour notre pays et pour notre République. Ce projet doit être un projet de solidarité, de prospérité partagée et de paix et non un projet de guerre, de concurrence et d’égoïsmes réciproques. Dans les semaines et les mois à venir, les communistes prendront à gauche, avec toutes les forces citoyennes, sociales et politiques disponibles, toutes les initiatives nécessaires à la construction politique de ce nouveau pacte d’avenir pour la France, pour la conduite duquel les dirigeants actuels du pays sont totalement défaillants.

Pour le second tour, le PCF veut faire respecter la volonté des électeurs qui ont accordé leur confiance aux listes citoyennes et du Front de gauche au premier tour. Pour que ces électeurs soient représentés par des élus auxquels ils font confiance, pour que les régions aux compétences élargies et utiles au quotidien, comptent des élus à gauche déterminés à poursuivre les combats contre l’austérité et par la promotion de politiques publiques de solidarité, pour battre la droite et écarter le danger extrême du Front national, le PCF appelle à construire des listes de second tour qui rassemblent les différentes listes de gauche du premier tour. Dans ces listes, personne ne se rallie à personne. L’addition de ces listes est la seule manière d’empêcher la victoire totale de la droite et de l’extrême droite. Dans les assemblées régionales, les élus communistes agiront librement sur la base de leurs engagements devant les électeurs au premier tour pour faire avancer tout ce qui aidera notre peuple à mieux vivre.

La France ne pourra en rester là… Notre peuple est en demande de changement, de rassemblement et de sens pour se sortir de l’impasse actuelle. Il est urgent de mettre l’humain au cœur de toutes les questions sociales et non la finance.

dimanche 6 décembre – 20 heures.

28 Messages

  • Tout ça pour en arriver là... Merci aux prises de position du PCF sur l’état d’urgence...

    Et à Aubervilliers, 300 voix de moins qu’en 2010... Et pourtant il parait qu’on a regagné la ville... Regagné pour quoi faire ?

    Le PCF implose, les partenaires se ridiculisent...

    Merci

    Répondre à ce message

    • Résultats des élections régionales à Auberviliers Le 7 décembre 2015 à 19:22, par gsamos

      on devrais plutot remercier le gouvernement et l ump le front de gauche reste une alternative je vais voter ps a contre coeur et le mots et faible encor merci au gouvernement hollande et aux francais qui veulent nous faire revivre les heures les plus sombres de la republique et les excuses du styles c un vote contestataire ou la filles n et pas comme sont pere mon c.. c un vote de fachos de
      voter fn

      Répondre à ce message

  • Pas une voix ne doit manquer à Bartolone au second tour. La consigne est claire. Battre la droite et le FN. Il faut que le Front de Gauche soit clair et s’engage résolument derrière Bartolone pour garder la région à gauche.

    Répondre à ce message

    • Voter Bartolone ? Pour mener la politique de l’extrême droite du gouvernement actuel le ? Non merci, je ne m’associerai pas à ce vote de faux cul qui amènent au pouvoir les idées qu’on prétend combattre.

      pour moi ce sera vote blanc. Pas de collaboration avec l’ennemi.

      Répondre à ce message

    • Claude Bartolone (PS), Emmanuelle Cosse (EELV) et Pierre Laurent (Front de gauche) ont annoncé dès hier soir la fusion de leurs listes en Île-de-France, un accord fait sur "une base politique et programmatique", dont le candidat socialiste sera la tête de liste régionale.
      Les écologistes obtiennent 24 places éligibles en cas de victoire et la tête de liste dans le Val d’Oise.
      Le Front de gauche a eu 20 places et mènera la liste du Val-de-Marne. Emmanuelle Cosse se place en 3e position sur la liste parisienne menée par Marie-Pierre de la Gontrie (PS), et elle sera suivie d’Eric Coquerel (PG) en 4e position. Pierre Laurent y figurera en toute fin de liste pour la "pousser". Clémentine Autain (Ensemble) sera 2e sur la liste de Seine-Saint-Denis menée par Claude Bartolone, tandis que Mohamed Mechmache (AC le feu) sera en 5e position. Voilà de la bonne cuisine électorale qui ne va pas encourager les abstentionnistes à retrouver le chemin des urnes.

      Répondre à ce message

      • Résultats des élections régionales à Auberviliers Le 8 décembre 2015 à 11:49, par Devoir de mémoire

        Dans les années 70, Claude Bartolone saute sur la Seine-Saint-Denis. Il est élu député à la surprise générale en 1981, surfant sur la vague rose il prend rapidement les rênes de la fédération départementale du PS. Il va développer dès lors la stratégie mitterrandienne de l’union de la gauche dont le but est de tuer le partenaire historique qu’est le Parti Communiste Français. Aujourd’hui il n’a pas changé, il poursuivra sa stratégie dans la région après que les communistes l’aient hissé président de la région.

        Répondre à ce message

        • Résultats des élections régionales à Auberviliers Le 8 décembre 2015 à 13:38, par 93 AMM

          71pour100 d’abstention !!!!Avons nous et avez vous tout fait pour que tout le monde aille voter ?

          Répondre à ce message

          • Résultats des élections régionales à Auberviliers Le 8 décembre 2015 à 16:37, par Olivier

            Les politiques de "gauche" ont-ils tout fait pour encourager les abstentionnistes à cesser de l’être ? ...Six millions de chômeurs, neuf millions de pauvres, sept millions de retraités à moins de 1 000 euros, 50% de salariés à moins de 1 650 euros ! L’unité des partis républicains : Pour qui ? Pour quoi ? Sous Sarkozy, il y a eu deux millions de chômeurs et 20 points de dette de plus. Sous Hollande, il y a 1,3 million de chômeurs de plus et 12 points de dette de plus. Seule une gauche qui croit en la gauche, et fait une politique de gauche, pourrait nous parler d’avenir et tenter de nous sauver du désastre. Pour battre le FN, il faut prendre des mesures radicales, prioritaires, spectaculaires, contre le chômage de masse, contre la finance spoliatrice, contre l’oligarchie qui se goinfre. Il faut augmenter les retraites, le Smic, redonner des salaires, partager le travail, faire une réforme fiscale forte et transparente. Il faut forcer les riches, les actionnaires, les banquiers à redistribuer les rentes qu’ils ont abusivement accaparées. Hors de cela vos appels politiciens pour sauver vos postes et vos financements politiques n’ont aucune chance d’être entendus.

            Répondre à ce message

            • La machine à faire peur ne fonctionne plus. La politique consistant à agiter l’épouvantail du FN pour récupérer malgré tout les voix des électeurs de gauche au bénéfice de candidats qui se prétendent de gauche et qui pratiquent dès qu’ils sont élus une politique de droite, ne marche plus. La pauvreté, le chômage, l’augmentation des inégalités, l’insécurité qui en résultent poussent les électeurs à la désespérance. Cette politique, combinée au discours d’extrême droite de l’ex-UMP, se traduit par une abstention massive et une énorme poussée en faveur de l’extrême droite.

              Dénoncer le FN est un alibi trop commode. Beaucoup d’électeurs l’ont refusé le 6 décembre en s’abstenant, en votant blanc ou nul et pour certains en votant Front national par millions. Ils ont clairement désavoué tous les autres partis qui sont incapables d’apporter des réponses ou d’ouvrir des perspectives.

              La responsabilité du Parti socialiste et d’EELV-Les Verts est première. Ces deux partis constituent la majorité parlementaire du gouvernement. Ils assument le reniement des engagements pris par François Hollande en 2012. Jamais, il n’y a eu autant de pauvreté et ce sont maintenant les couches moyennes qui sont mises en difficulté. Jamais il n’y a eu autant de chômage. L’insécurité sociale, le doute sur l’avenir pour les jeunes, les incertitudes sur notre régime de santé, les difficultés quotidiennes, l’étalage des privilégiés de la fortune et du pouvoir sont autant de réalités dont nos compatriotes ne veulent plus.

              Répondre à ce message

      • Résultats des élections régionales à Auberviliers Le 9 décembre 2015 à 23:07, par Aequo animo

        C’est bien pratique de nous parler des peurs et des angoisses pour ce second tour des élections face au poids électoral du FN. Surfez là-dessus permet de faire oublier l’expression des véritables colères et des fortes attentes des abstentionnistes et des électeurs de gauche du premier tour. Il serait temps de proposer autre chose que la peur et le retrait des listes du PS pour faire un illusoire barrage au FN. Deux retraits de liste, et le reste de la France, on fait quoi pour contrer le FN ? Où sont les propositions pour l’emploi et contre le chômage, où sont les propositions de s’en prendre à la finance ? où est la réforme fiscale ? que devient le pouvoir d’achat ? la retraite à 60 ans ? etc... Oublier tout ça, c’est assurer une longue vie au FN.

        Répondre à ce message

        • Prenez le temps de lire, ça vaut la peine ! Le 10 décembre 2015 à 15:08, par poisson rouge

          Jean-Pierre Brard

          Dénoncer le FN ?
          Non ! Le combattre !

          La machine à faire peur ne fonctionne plus. La politique consistant à agiter l’épouvantail du FN pour récupérer malgré tout les voix des électeurs de gauche au bénéfice de candidats qui se prétendent de gauche et qui pratiquent dès qu’ils sont élus une politique de droite, ne marche plus. La pauvreté, le chômage, l’augmentation des inégalités, l’insécurité qui en résultent poussent les électeurs à la désespérance. Cette politique, combinée au discours d’extrême droite de l’ex-UMP, se traduit par une abstention massive et une énorme poussée en faveur de l’extrême droite.

          Dénoncer le FN est un alibi trop commode. Beaucoup d’électeurs l’ont refusé le 6 décembre en s’abstenant, en votant blanc ou nul et pour certains en votant Front national par millions. Ils ont clairement désavoué tous les autres partis qui sont incapables d’apporter des réponses ou d’ouvrir des perspectives.

          La responsabilité du Parti socialiste et d’EELV-Les Verts est première. Ces deux partis constituent la majorité parlementaire du gouvernement. Ils assument le reniement des engagements pris par François Hollande en 2012. Jamais, il n’y a eu autant de pauvreté et ce sont maintenant les couches moyennes qui sont mises en difficulté. Jamais il n’y a eu autant de chômage. L’insécurité sociale, le doute sur l’avenir pour les jeunes, les incertitudes sur notre régime de santé, les difficultés quotidiennes, l’étalage des privilégiés de la fortune et du pouvoir sont autant de réalités dont nos compatriotes ne veulent plus.

          La responsabilité du Front de gauche est grande. Son influence a été réduite des deux tiers depuis la présidentielle de 2012. Les électeurs ont sanctionné l’attitude incohérente de ses dirigeants et du PCF en particulier avec leurs alliances à géométrie variable, sans principes dont les dirigeants sont devenus indifférents sauf en paroles, au sort des personnes les plus en difficultés : salariés de l’industrie, du commerce, des services, des retraités, des agriculteurs, des chercheurs, des étudiants. Le Front de gauche a maintenant une influence électorale égale à celle du parti Debout la France de Nicolas Dupont Aignan.

          Il est des pays où la dignité et la démocratie font partie des critères politiques et dans lesquels les responsables démissionnent quand ils ont été désavoués par les électeurs. Qu’on se rassure la France d’après de Gaulle ne se laisse pas aller à de tels états d’âme ! Hollande, Valls, Cambadélis, Pierre Laurent, Emmanuelle Cosse vont rester en place !

          Hollande, Valls appellent les Français à éteindre l’incendie FN en oubliant qu’ils sont les incendiaires. Ils ne vont pas changer de politique malgré la sanction claire des électeurs. Ils vont continuer à préparer les conditions de nouveaux succès électoraux du FN en poursuivant leur politique qui renforce les inégalités et rend la vie dure à ceux qui ne vivent que de leur travail ou à ceux qui n’en ont pas ou n’en ont plus.

          Le PCF, comme a son habitude va essayer de rabattre les voix de ses électeurs, heureusement de moins en moins dociles, sur le PS dont il prétend combattre la politique. Il va le faire y compris en Ile-de-France bien qu’il n’y ait pas de risque que le Front national l’emporte.

          Ce n’est pas en dénonçant le Front national qu’on s’en sortira mais en rompant clairement et définitivement avec les politiques qui le nourrissent et qui ont été conduites successivement par Sarkozy et Hollande. Il faut répartir les richesses autrement pour faire rebondir le pays, mettre à contribution les plus fortunés qui n’ont jamais été aussi riches et arrogants, combattre les paradis fiscaux et sanctionner ceux qui en profitent, y compris les grandes sociétés comme Renault et Air France.
          Il faut en finir avec les reniements pour les uns, les compromissions pour les autres. Dimanche prochain, au deuxième tour de l’élection, le meilleur moyen de combattre le FN est de planter un jalon pour les batailles qui sont devant nous. Rien ne sert de rallier les responsables de la situation actuelle ou ceux qui les ont précédés et qui partagent la responsabilité des difficultés.
          Nous devons construire une perspective nouvelle qui opère un virage à 180 degrés dans la politique du pays. C’est ce que nous exprimerons en votant blanc ou nul. Il faut enfin écouter les citoyens et s’appuyer sur eux et non sur les privilégiés si efficacement soutenus actuellement par Hollande-Valls-Macron-Bartolone après avoir été choyés hier par Sarkozy.
          Combattre le FN en actes, c’est faire une politique qui redonne espoir à notre peuple en permettant à chacun d’avoir un emploi et de vivre dignement de son travail ou de sa retraite, c’est sortir nos concitoyens de la désespérance et leur redonner confiance dans la chose publique et dans des hommes et femmes politiques intègres qui respectent leurs engagements

          Répondre à ce message

          • Prenez le temps de lire, ça vaut la peine ! Le 10 décembre 2015 à 16:01

            ..."Combattre le FN en actes, c’est faire une politique qui redonne espoir à notre peuple en permettant à chacun d’avoir un emploi et de vivre dignement de son travail ou de sa retraite, c’est sortir nos concitoyens de la désespérance et leur redonner confiance dans la chose publique et dans des hommes et femmes politiques intègres qui respectent leurs engagements". Quel plaisir de lire ce texte qui résume parfaitement ce qu’il conviendrait de faire pour faire reculer le fn.

            Répondre à ce message

          • Prenez le temps de lire, ça vaut la peine ! Le 10 décembre 2015 à 16:10

            Oui ! JP Brard à bien raison, il faut remettre les compteurs à zéro, le front de gauche n’a plus aucun poids politique à cause des appareils politiques qui ne pensent qu’à défendre leur boutique. Dimanche prochain, au deuxième tour de l’élection, le meilleur moyen de combattre le FN est de planter un jalon pour les batailles qui sont devant nous. Rien ne sert de rallier les responsables de la situation actuelle ou ceux qui les ont précédés et qui partagent la responsabilité des difficultés.

            Répondre à ce message

    • Résultats des élections régionales à Auberviliers Le 8 décembre 2015 à 21:59, par Stratégie ps

      La stratégie du PS est assez simple à comprendre :
      Faire désespérer la gauche en se retirant dans deux grandes régions symboliques.
      Faire gonfler au maximum le score du FN.
      Hollande au 1er tour en 2017 face à son vieux pote Sarko
      Hollande bat Sarko car la gauche oublie son bilan et retient la leçon des régionales.
      Hollande face à Marine LePen en sauveur de la république Hollande président
      Voilà c’est tout simple !

      Répondre à ce message

      • Manuel Valls : "En PACA, j’appelle à voter pour Christian Estrosi face à l’extrême droite".
        Tout simplement pitoyable

        Répondre à ce message

      • Petits calculs entre "amis" et cuisine électorale en île-de-France. Entre les deux tours certaines têtes de liste franciliennes ont changé de département. Si les électeurs de droite voteront pour la même liste, au nom près, ceux de gauche voteront pour des candidats différents, et pour certains sans aucun rapport avec leur département. Ils y en a même certains qui ne siégeront pas aux côtés de leurs colistiers pour diriger le conseil régional, à l’exemple des membres du Parti de gauche qui ont rejoint la liste Bartolone, mais en précisant qu’en cas de victoire ils siégeraient dans l’opposition.
        Une machine à perdre ? Réponse dimanche soir.

        Répondre à ce message

      • Résultats des élections régionales à Auberviliers Le 11 décembre 2015 à 20:17, par Pinocchio

        Manuel Valls promet "la guerre civile" si le FN passe.
        Si le FN l’emporte dimanche, ce sera "la guerre civile", rien de moins.
        Ilest temps que la campagne s’arrête car ça commence à délirer sérieusement.

        Répondre à ce message

  • Résultats des élections régionales à Auberviliers Le 8 décembre 2015 à 10:53, par oeillet rouge

    c’était quand la réunion où on nous a demandé notre avis ??? en tout cas, il est pas question que je vote Bartolone et je suis horrifiée de voir que Pierre Laurent se soit vendu au Socs et après on s’étonne que les gens se tournent vers le FN (qui n’est pas la solution) où qu’ils ne votent plus. LAMENTABLE. Au boulot, le Pierre Laurent, qu’il aille un peu à la mine pour savoir ce qu’est le travail. Ce fonctionnaire du parti, et encore en disant ça j’insulte les fonctionnaires alors que sans eux la vie ne serait pas la même !!! et je m’en excuse. Mais franchement, pauvre de nous. Pour Huchon, j’aurai peut-être fait un effort mais BARTOLONE !!! Mais où est la morale, la droiture, le sens de l’engagement.

    Répondre à ce message

  • Résultats des élections régionales à Auberviliers Le 9 décembre 2015 à 20:11, par samos

    dimanche voter anti con (fn) (l ump)

    Répondre à ce message

    • Résultats des élections régionales à Auberviliers Le 9 décembre 2015 à 21:51, par C’est gagné !

      Le candidat socialiste en Île-de-France Claude Bartolone se place en tête de la course aux régionales face à Valérie Pécresse candidate des Républicains, selon un sondage pour Les Échos et Radio classique publié ce mercredi. Selon cette étude réalisée entre lundi et mercredi, 41,5 % des voix reviendraient au second tour des élections régionales dimanche au président de l’Assemblée nationale qui bénéficieraient d’un bon report des voix des électeurs du Front de gauche et d’Europe Écologie-Les Verts.

      Répondre à ce message

      • Résultats des élections régionales à Auberviliers Le 9 décembre 2015 à 22:01, par Que des bonnes nouvelles

        Battues. Les deux candidates FN Marine Le Pen et Marion Maréchal Le-Pen perdraient au second tour des élections régionales 2015, respectivement face à Xavier Bertrand (LR) en Nord-Pas-de-Calais Picardie et face à Christian Estrosi (LR) en PACA, selon deux sondages. L’écart est très significatif : 53% contre 47% pour Xavier Bertrand et 54% contre 46% pour Christian Estrosi. Voilà bien la preuve, malgré le soutien des médias, que le FN peut-être combattu et vaincu.

        Répondre à ce message