Une déclaration der Pierre Laurent, Clémentine Autain, Eric Coquerel

Le peuple debout réplique par la solidarité, la tolérance et l’unité

dimanche 22 novembre 2015

Madame, Monsieur,

Comme vous, nous sommes frappés d’effroi après les assassinats
perpétrés par Daesh. Notre compassion à l’égard des victimes,
de leur famille et de leurs proches n’a d’égale que notre
détermination à combattre ces criminels.

Ils ont fauché notre jeunesse dans toute sa diversité, heureuse
de boire un verre à la terrasse d’un bistrot parisien. Ils refusent
le plaisir, la culture, le sport… la joie de vivre. Ils ont pour
ennemis les principes fondateurs de notre République, la liberté,
l’égalité et la fraternité, qu’il faut leur opposer. Renforçons notre
combat contre tous les discours et les actes racistes, contre les
amalgames et les stigmatisations.

Les djihadistes veulent semer la terreur, la haine et la division. Le
peuple debout réplique par la solidarité, la tolérance et l’unité.
Les artistes remontent sur les planches. Nous reprenons place
aux terrasses des cafés. Autant d’actes de vie et de résistance.
...
Assurer la sécurité de la population contre de tels actes
demande avant tout des moyens matériels et humains

pour la justice, la police, la sécurité civile, les services de
renseignement et une défense opérationnelle sur le territoire
national. Ces exigences sont depuis des années sacrifiées sur
l’autel des politiques d’austérité au profit des marchés financiers.

Tout ce qui favorisera la cohésion sociale et remettra la
priorité à l’humain fera reculer la violence.

Nous saluons l’action exemplaire des forces de l’ordre, des secours, des
urgentistes, des personnels de santé, des agents territoriaux...
La solidarité nationale, l’égalité des droits, l’entraide, l’éducation,
la culture, la laïcité sont selon nous les pistes sérieuses pour
combattre la gangrène obscurantiste. Les services publics,
en particulier de santé et d’éducation, sont essentiels pour
conforter une République fraternelle porteuse d’un pacte social
et écologique. Les moyens nécessaires à leur développement
doivent être dégagés de façon urgente, a contrario des choix
d’austérité gouvernementaux.

Combattre Daesh, c’est aussi mettre un terme à quinze
années d’interventions militaires guidées par les seuls
intérêts géostratégiques
et dont le résultat est un échec
dramatique. Il faut traquer ceux qui enrichissent Daesh et
cesser de légitimer des États qui favorisent son expansion.
Pour construire une Paix juste et durable, aucune solution ne
sera trouvée en dehors du droit international et de l’ONU dont
l’action doit être refondée. Il faut aider les forces qui combattent
Daesh sur le terrain, dont les Kurdes sont le meilleur exemple. Ce
sont les moyens d’isoler et de vaincre Daesh.
Les terroristes veulent déstabiliser la démocratie. Nous
devons protéger la République
.

Limiter les libertés, ouvrir la possibilité de l’arbitraire, s’engager dans un état d’exception durable feraient le jeu des ennemis de la République.
Dans ce contexte, le vote aux élections régionales est un acte de
résistance politique et démocratique. Nous reprenons notre
campagne avec la volonté que le vote pour notre liste serve la
vie d’abord et conforte les politiques de solidarité, de fraternité
et de justice dont notre région et notre pays ont plus que jamais
besoin.

Très sincèrement,

Pierre Laurent, Clémentine Autain et Éric Coquerel

Répondre à cet article