Nos vies d’abord ! Succès du premier meeting du Front de gauche pour les élections régionales

jeudi 5 novembre 2015

Mercredi soir, environ 2000 personnes ont assisté au meeting du Front de gauche pour les élections régionales à Paris,

Vous trouverez un extrait des nombreuses interventions ici

Avant de prendre connaissance du programme pour l’Ile-de-France du Front de gauche que les militants vont distribuer dans les prochains joiurs, n’hésitez pas à vous connecter au site

http://www.nosviesdabord.fr

Le programme détaillé est téléchargeable à cette adresse :

http://www.nosviesdabord.fr/doc/FDG_projet_24pages.pdf

Retenez dès à présent la date du 26 novembre à Aubervilliers pour un grand meeting avec Clémentine Autain, tête de liste Front de gauche en Seine-Saint-Denis, et Pierre Laurent, tête de liste pour la région Ile-de-France

9 Messages

  • Que faire de ces élections régionales de décembre ?
    Continuer, comme aujourd’hui, d’avoir des élus qui décident à la place des citoyens des grands projets ? Ou choisir des élus qui s’engagent à permettre de grands débats publics, débouchant sur des consultations démocratiques quand il s’agit de prendre des décisions qui impactent l’ensemble des habitants du territoire.
    Se substituer aux principaux intéressés comme actuellement ne permet plus de changer le cours des choses. Pour faire reculer l’abstention, il faut faire ensemble en acceptant de s’écouter et de cheminer en commun.

    Répondre à ce message

  • "Nos vies d’abord, c’est d’abord la santé". Voilà ce qui nous attend avec le budget des hôpitaux. Jusqu’en 2017 et sûrement après, le budget s’inscrit dans l’austérité : quelque trois milliards d’euros d’économies sont prévues, dont 860 millions issus de la "maîtrise de la masse salariale", ce qui doit se traduire par la suppression de 22.000 postes, soit 2% des effectifs.

    Répondre à ce message

  • « Nous sommes dans un système à bout de souffle, une économie vérolée, des partis politiques fatigués. Plutôt que de se plaindre et de faire de la déconstruction permanente, nous devons inventer la France d’après  », assène Pouria Amirshahi. Pendant que Manuel Valls enterre les dernières promesses de campagne de François Hollande, le député PS des Français de l’étranger veut, lui, construire un «  Mouvement commun  » pour «  porter un projet de société où la démocratie l’emporte sur les logiques de confiscation des pouvoirs et des richesses  ». Une initiative qui, probablement parmi d’autres, se propose d’inventer du neuf à gauche, réinventer un projet, réinventer une dynamique, une pratique politique, un engagement citoyen nouveau  ». Si ce "mouvement commun" pouvait devenir ’un lieu d’échange pour la gauche alternative en lieu et place de tous ces groupes, comités et autres groupuscules qui poussent comme champignons et disparaissent aussi vite, ce serait une bonne initiative.

    Répondre à ce message

  • Jean-Paul Huchon aurait-il décidé de tout faire pour empêcher Claude Bartolone, pourtant socialiste comme lui, de lui succéder à la tête de la région Île-de-France ? Il est permis de le croire. Cité par Le Parisien ce lundi, le président sortant du conseil régional aligne les sous-entendus contre le président de l’Assemblée nationale :
    « Moi, je ne fais pas dans les grands discours, dans les grands principes », lâche Jean-Paul Huchon. « J’ai toujours privilégié les médias locaux et quand je prends le RER, je ne suis pas entouré d’une armada de journalistes ni de gardes du corps ». Fin août, il avait même fait l’éloge de la campagne de Valérie Pécresse, la jugeant « en progrès, indiscutablement » Huchon en rajoute une couche et complimente la tête de liste Les Républicains pour son attitude lors de la dernière séance du conseil régional : « Valérie Pécresse a été très sympa et élogieuse ».

    Répondre à ce message

  • Vous en avez assez des politiques d’austérité. Nous sommes une majorité à être dans le même cas. Certains sont écœurés et s’abstiennent, mais renoncer n’a jamais amélioré la vie au quotidien. Quand on s’abstient, on ne change pas le cours des choses, on donne, au contraire, raison à ceux qui nous dominent. Certains veulent mettre un coup de pied dans la fourmilière avec le FN. Mais que veut le FN ? Diviser les pauvres et les gens modestes, désigner des boucs-émissaires pour éviter de s’attaquer aux détenteurs de richesses qui continuent à s’enrichir sur notre dos. Certains veulent le retour de la droite, mais la droite,comme maintenant le PS, ont appliqué les mêmes recettes produisant les mêmes effets : toujours plus de chômage et de difficultés pour le plus grand nombre, toujours plus de cadeaux aux plus riches, toujours plus de taxes pour la plupart d’entre nous, toujours moins de pouvoir d’achat, toujours moins de salaire, de protection sociale et de services publics, toujours l’âge de la retraite qui recule … Alors le 6 décembre, il reste la gauche du courage pour un vrai changement, celle du Front de Gauche.

    Répondre à ce message

  • Avez-vous lu la tribune de Libération sous le titre : "Le système politique français s’arc-boute sur ses privilèges qui en font la chasse gardée d’hommes blancs, plutôt âgés, appartenant aux classes moyennes supérieures. Si ce « communautarisme » des dominants n’étonne guère à droite, il a de quoi surprendre à gauche." Juste une remarque ,en passant , n’est-il pas étrange que le journal Libération a été choisi . Serait-il le symbole de cet espace de liberté réclamé par les auteurs, un lieu d’expression où les dominés "de toutes les couleurs"(sic) auraient trouvés leur place !

    Cette tribune est signée entre autres par Fethi Chouder, maire adjoint d’Aubervilliers ,elle dénonce les candidats de l’Ile de France du Front de Gauche qui seraient des " vieux blancs parachutés et cumulards" (dixit) .Elle donne des arguments à ceux qui à droite et à l’extrême droite disent que la France n’est plus un pays de "race" blanche . La question surtout est que ce fatras idéologique n’évoque pas le colonialisme ou le mouvement ouvrier, il est anhistorique en cette période où l’extrême droite veut réduire le combat uniquement entre les "vrais" Français de souche forcement blancs et les autres Français d’autres cultures .

    Fethi Chouder est-il au Parti de Gauche ou au PIR (Parti des Indigènes de la République) Il faudrait une clarification d’autant qu’en ce moment le "gloubi-boulga" idéologique remplace les actions de combat unitaire et de classe contre les propos et les projets réactionnaires .

    On peut se poser aussi la question : les signataires sont-ils pour l’abstention à ces élections ?

    Répondre à ce message

  • À l’approche des élections régionales, les médias ne connaissent qu’un seul thème : la montée du FN. Ils passent ainsi, volontairement, à côté de sujets très concrets qui intéressent des millions de gens. Par exemple, ce sont les régions qui pilotent la formation professionnelle et l’apprentissage sur leur territoire. Cela concerne des millions de Français. Qui en parle ? Ce sont les régions qui s’occupent du développement économique du territoire, ce qui a une conséquence direct sur l’emploi dans la région. Qui en parle en terme de proposition ? Ce sont les régions qui s’occupent en priorité de l’aménagement de leur territoire, il s’agit principalement des grands équipements, et parmi eux, des grands transports en commun. L’enjeu en termes de qualité de vie, du fait de la saturation des transports en commun, et l’enjeu de l’accessibilité des territoires qui recrutent pour les chômeurs enclavés, est énorme. Cela concerne là encore des millions de citoyens. Il s’agit là d’enjeux concrets sur lesquels les médias font silence. Il y a aussi le manque de moyens matériels, le manque de personnel non enseignant, voire de délabrement, de nombre de lycées à travers le pays, ces questions relèvent de la compétence des régions. Cela concerne les lycéens, leurs parents, leurs enseignants, le personnel non enseignant...mais les médias préfèrent nous parler à longueur d’articles et de reportages encore et toujours du risque de montée du FN. Quand va t-on nous parler enfin de tous ces enjeux concrets qui intéressent des millions de gens.

    Répondre à ce message

  • Régionales : La présidente du MEDEF en Languedoc-Roussillon est sur la liste des socialistes....
    Carole Delga, ex-secrétaire d’état de Manuel Valls et tête de liste socialiste aux élections régionales en Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées, a choisi de placer sur la liste héraultaise Marie-Thérèse Mercier, présentée comme « présidente d’un syndicat patronal ». Marie-Thérèse Mercier n’est autre que la présidente actuelle du MEDEF (Mouvement des entreprises de France) en Languedoc-Roussillon, la plus importante organisation patronale de France. Figurant en septième position, Marie-Thérèse Mercier devrait donc être élue conseillère régionale en décembre prochain.

    Répondre à ce message