Vers un service public de l’eau à Aubervilliers ?

mercredi 5 novembre 2008

Les associations de consommateurs ont dénoncé la surfacturation du prix de l’eau [1] quand sa distribution est concédée à des sociétés privées. Aubervilliers fait partie d’un syndicat intercommunal, le SEDIF, qui
assure ce service pour 144 communes d’Ile de France. C’est le groupe Véolia qui est attributaire de la concession. Le prix moyen pour ces communes est de 4 euros le m3, alors qu’il est 2,80 euros à Paris qui est en régie publique. Même si le concessionnaire ne perçoit qu’ 1,70 euros, le reste étant constitué de taxes, notamment pour l’assainissement, la marge de manœuvre pour une baisse des prix est réelle. Alors que la concession attribuée à Véolia arrive à terme en 2009, le SEDIF devrait se réunir le 12 décembre pour décider du renouvellement ou du non renouvellement de celle-ci.

Les communistes, pour un service public national de l’eau

Considérant que ce bien n’est pas une marchandise comme une autre, le parti communiste est favorable à un grand service public accessible à tous et à la même tarification pour l’ensemble des habitants. Pascal
Beaudet et ses colistiers avaient d’ailleurs pris l’engagement de se prononcer dans le sens d’une gestion publique lors du vote devant intervenir au SEDIF. Telle n’était pas la position de Jacques Salvator au cours de la campagne et lors de la mise en place de la municipalité issue des élections, puisque le maire s’était placé dans une optique de renégociation à la baisse du prix de l’eau avec le concessionnaire. En Ile de France, nombre d’élus socialistes, dont le maire d’Aubervilliers ont évolué sur cette question et sont désormais favorables à une gestion publique. c’est un tournant dont nous nous réjouissons parce qu’il va dans le sens que nous souhaitons. Et il modifie le rapport de force au sein du SEDIF. Mais ce dernier reste favorable à la droite et sauf coup de théâtre, la concession devrait revenir à Véolia.

Un collectif pour une gestion publique de l’eau

À Aubervilliers, un collectif rassemblant des militants de sensibilité politiques et associatives diverses, favorables à une gestion publique de l’eau est en constitution. Il a pour objet, à la fois de sensibiliser la population en lançant un appel pour un passage et régie de la distribution de l’eau et interpeler nos élus. Le premier point reste d’actualité tant il est nécessaire de convaincre encore sur le bien fondé de notre demande. Et même si les possibilités juridiques et politiques d’un report du vote au SEDIF sont minces, l’enjeu justifie à lui seul que tout soit mis en œuvre pour permettre à l’usager de payer son eau au juste prix et que l’accès à ce service vital soit garanti à tous au même prix.

Nous appelons les militants, les sympathisants ainsi que les habitants sensibilisés à la question de l’eau de s’inscrire dans la démarche lancée par le collectif.

Notes

[1lire sur ce sujet le dossier de l’UFC-Que Choisir.

7 Messages

  • Vers un service public de l’eau à Aubervilliers ? Le 6 novembre 2008 à 17:56, par Tempête dans un verre d’eau

    Si j’ai bien compris, tout est joué, c’est Véolia qui doit remporter la mise. Alors à quoi bon grimper au cocotier ?

    Répondre à ce message

  • Vers un service public de l’eau à Aubervilliers ? Le 6 novembre 2008 à 23:17, par eau vive

    Merci pour cet article très détaillé.

    Un reproche pourtant : pourquoi écrire que tout est joué ? cela rejoint la remarque du commentaire précédent).

    Même si le représentant de la municipalité d’Aubervilliers vote pour le retour dans le domaine public de la gestion de l’eau, il reste encore du temps pour réusir à convaincre les administrateurs du SEDIF partisans de la reconduite du contrat avec Veolia (en général des gens de droite) pour qu’ils changent d’avis.

    Je crois que c’est possible si l’on parvient à informer massivement les franciliens sur ce sujet.

    Pour reprendre une formule bien connue, il n’y a que les luttes que l’on ne mène pas qui sont perdues d’avance.

    Répondre à ce message

  • Vers un service public de l’eau à Aubervilliers ? Le 7 novembre 2008 à 06:26, par ça ne coule pas de source

    Jean Luc Touly, ex-syndicaliste chez Veolia, indique que le rapport des forces politiques au sein du SEDIF est de 70/67 en faveur de la droite. L’enjeu pour le concessionnaire est essentiel en terme économique (4,5 millions de foyrers concernés, un réseau de distribution particulièrement rentable parce que la densité de population est forte). L’enjeu en terme d’image est aussi essentiel : distribuer l’eau en région Ile de France est un argument commercial fort qui dépasse en impact le passage en régie publique de certaines villes comme Reims.

    Le concessionnaire a montré par le passé qu’il était en capacité de mettre en oeuvre des moyens juridiques, politiques et de communication forts pour conserver sa concession. Selon Jean-Yves Touly, la meilleure chose, compte tenu de ces éléments, de l’évolution du rapport des forces au sein du SEDIF qui ouvre des perspectives, serait d’obtenir le report du vote prévu le 12 décembre. Au passage, ce vote étant à bulletins secrets, des défections sont toujours possibles, ce qui en rend le résultat plus incertain.

    C’est la raison pour laquelle une campagne dans l’opinion publique est plus qu’opportune.

    (Jean-Luc Touly avait été invité par le collectif en constitution le 29 octobre pour faire part de son "expertise" de la situation)

    Eric Plée

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je suis pour un service public de l’eau à Aubervilliers et dans la Seine Saint Denis.

    Pendant de longues années, le président du Sedif était André Santini le maire d’Issy Les Moulineaux (une ville riche).

    Or en 2007, Monsieur Santini a été mis en examen pour détournement de fonds publics, faux et prise illégale d’intérêt.

    André Santini est-il toujours patron du Sedif ?

    Répondre à ce message

  • Vers un service public de l’eau à Aubervilliers ? Le 9 novembre 2008 à 13:56, par ça ne coule pas de source

    Un passage de l’eau au public suppose qu’au sein des 144 communes adhérentes au SEDIF, une majorité favorable se dégage. C’est l’enjeu des prochaines semaines. Les réseaux de distribution étant interdépendants entre les communes, il est difficile d’imaginer qu’une ou plusieurs communes sortent du syndicat. Jean-Luc Touly (ex-syndicaliste chez Véolia -voir les brèves sur le site-) a rappelé que la communauté de communes du Val de Bièvre avait envisagé cette hypothèse ; les conséquences financières s’étaient avérées particulièrement dissuasives.

    Quant au Président du SEDIF, pour apporter une réponse à Monsieur l’habitant, il s’agit toujours de Monsieur Santini, même si un adversaire socialiste a obtenu un nombre de voix intéressant lors du précédent renouvellement.

    Eric Plée

    Répondre à ce message

  • Vers un service public de l’eau à Aubervilliers ? Le 14 novembre 2008 à 00:23, par Que d’eau, que d’eau...

    Une petite rectification à l’article : l’eau à Paris est distribuée par trois opérateurs : deux sociétés entièrement privées et une société d’économie mixte dans laquelle la ville de Paris est majoritaire. Et le Conseil de Paris, dans une situation comparable au SEDIF en terme de renouvellement de ses concessions, a fait le choix de passer en régie publique.

    Cela ne change rien au fond de l’article, mais illustre le fait que la délégation de la distribution de l’eau au privé n’est pas une fatalité.

    Eric Plée

    Répondre à ce message

  • Vers un service public de l’eau à Aubervilliers ? Le 11 décembre 2008 à 19:40, par occasion manquée

    Les jeux sont faits. les élus des 144 villes adhérentes au syndicat des eaux ont renouvelé la concession accordée à Véolia. L’espoir d’une gestion publique de ce bien pas comme les autres a vécu. Reste pour la municipalité actuelle à obtenir une baisse des prix auprès du prestataire privé. Rappelons qu’elle s’y était engagée... Mais que d’espoirs déçus...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article