en direct du congrès HLM de Montpellier

Nous voulons une vraie TRANSITION de la politique publique du logement !

jeudi 24 septembre 2015

Une déclaration des élus communistes et républicains :

NON, les élus communistes et apparentés ne voteront pas la motion proposée par l’USH qui, à l’image de ce congrès, passe à côté de la question de fond de la nécessité d’une production massive de logements dans notre pays et des moyens d’ampleur à donner aux organismes HLM pour être l’outil majeur de cet effort de construction.

OUI, une transition est nécessaire à l’USH. Il est temps que cesse le décalage entre la posture, celle du courrier du président de l’USH au gouvernement sur les aides à la pierre, et les actes, à savoir l’absence totale d’espaces d’échanges sur le sujet à Montpellier, et encore moins la perspective d’une quelconque mobilisation des acteurs du logement publique.

NON, nous ne sommes pas dupes de la venue de François Hollande. Son gouvernement a travaillé dès cet été sur l’hypothèse d’une suppression de l’aide à la pierre du budget 2016. Sa ministre du logement, Sylvia Pinel, a confirmé mardi l’abandon de la solidarité nationale comme fondement du financement du logement social, et annoncé la fin de l’encadrement des loyers. Alors s’il vient déclarer son attachement au logement social, voire faire quelques concessions, nous ne pourrons ni le croire ni nous réjouir, car la partition qu’il écrit depuis trois an est bien celle de la disparition programmée d’une politique publique du logement et des organismes qui la mettaient en œuvre.

OUI, le Président doit tenir ses promesses de campagne et ses deux mesures phares sur le logement, le doublement des aides à la pierre, afin de revenir au niveau existant avant la mandature de Nicolas Sarkozy ; et la construction de 500.000 logements par an pendant son mandat. Nous sommes aujourd’hui bien loin du compte alors même que l’urgence de la demande n’a cessé de s’intensifier. C’est d’intransigeance et non de transition qu’il est question.

NON, la faiblesse de la production n’est pas affaire de refonte des organismes et des territoires, mais bien une question de volonté politique.

OUI, nous, les maires, présidents d’offices et élus qui avons prouvé, dans nos territoires, notre capacité à répondre aux besoins des populations, en bâtissant des patrimoines à leur service, affirmons vouloir continuer à prendre nos responsabilités et notre place dans l’effort indispensable à la résorption de la pénurie de logements. Nous sommes prêts à nous engager à relever ce défi et demandons que les moyens nous en soient donnés.

Le logement pour tous et partout reste notre boussole.