Il faut réhabiliter les services publics

Le numéro du mois d’août de notre journal Auber.com

samedi 8 août 2015

Les services publics sont plus que jamais nécessaires. Avec la protection sociale, ils jouent un rôle majeur d’amortisseur social dans la crise qui frappe les plus modestes et sont indispensables à toute alternative à l’austérité et à tout projet d’avenir.

Or, le gouvernement poursuit la politique de baisse de la dépense publique menée par ses prédécesseurs. Il considère les services publics nationaux et locaux, ainsi que les droits sociaux, comme une charge insupportable qu’il faut réduire. Pour ne pas les financer, il préfère les démanteler en les privatisant et en rognant sur leur qualité et leur proximité, au lieu de s’attaquer à la fraude, à l’évasion fiscale, à la charge indue de la dette, aux profits exorbitants des multinationales et des banques, au lieu de procéder à une véritable réforme fiscale, promise mais jamais réalisée,

Alors que la population française a augmenté de plus de 4 millions en 10 ans, le nombre de bureaux de poste a été divisé par deux, 300 tribunaux de proximité ont été supprimés, des coupes budgétaires dans les hôpitaux se traduisent par la suppression de près de 15% des services et par la fermeture de plus de 7% des maternités. Des centres des impôts disparaissent, des centres de Caisse Primaire d’Assurance Maladie et des centres de Caisse d’Allocations Familiales ferment, des classes, des écoles sont supprimées, des gendarmeries et des commissariats sont fermés….

Tout cela amplifie les difficultés de vie des français et aggrave la situation de l’emploi avec la réduction du nombre de postes dans les services publics (SNCF, EDF, GDF, CAF, CPAM, Pôle Emploi etc...).

Dans une ville où le revenu moyen est de 13 000 euros par an, où le niveau de chômage atteint 24,2% et où le taux de pauvreté est de 40,8 %, la pénurie des services publics peut faire basculer la population dans une situation d’extrême précarité. l’État poursuit sa politique d’apartheid territorial.

Le commissariat est en sous effectif, et ne peut mener à bien les missions de tranquillité publique.

Dans le domaine de la santé, malgré la formidable bataille engagée par les personnels, le centre de radiothérapie de la Roseraie est fermé depuis le 31 janvier. Pourtant la Seine-Saint-Denis est le département de France le plus touché par le cancer et ce centre avait un équipement de haute technologie spécialisé dans le traitement du cancer, offrant des soins de qualité et de proximité.

Ces derniers jours, dans une lettre adressée au maire d’Aubervilliers, la caisse d’allocations familiales annonce que la permanence administrative d’Aubervilliers sera fermée cet été et ne ré-ouvrira pas à la rentrée de septembre.

Il n’est pas acceptable que ce service essentiel pour les familles réduise ses conditions d’accueil. Les travailleurs sociaux de la CAF ont pour mission prioritaire d’accompagner les familles en difficulté. La CAF doit dégager les moyens permettant d’offrir un accueil de proximité dans la ville. Il serait insupportable pour les familles de devoir se déplacer, à leurs frais, hors d’Aubervilliers pour que leur dossier soit suivi.

La situation de la poste d’Aubervilliers est intolérable.

Avec 77 000 habitants Aubervilliers ne compte que deux bureaux de poste en service alors que la ville de Versailles en compte neuf pour une population légèrement supérieur en nombre. Non seulement le nombre de bureaux de poste est très en deçà des besoins, mais en plus les agents sont en service réduit ce qui conduit à des files d’attente interminables pour les usagers.

Depuis la fermeture de la poste du quartier Villette suite à un incendie, Aubervilliers était injustement privé de son troisième bureau. Cette situation pénalisante a poussé les usagers, soutenus par la municipalité et les militants de la section du PCF et du Front de gauche, à manifester pour exiger la réouverture de ce bureau de poste. Les actions engagées ont abouti puisque la direction de poste vient d’annoncer au maire que le bureau de poste serait ré-ouvert sur le quartier Villette et que le bureau central serait renforcé en effectif avec quatre agents supplémentaires.

Cette décision est à inscrire au compte des usagers et des élus qui ne se sont pas laissés faire et ont su se faire entendre.

Pour autant les délais annoncés pour cette ré ouverture sont insatisfaisants. Du fait des travaux nécessaires, il faudra attendre une année pour réouvrir ce bureau de poste. Mais Aubervilliers restera toujours sous-équipée. Il est urgent et indispensable que notre ville se voit rapidement dotée d’un quatrième bureau de poste.

Nous voulons que cesse cette discrimination qui frappe les habitants d’Aubervilliers. Pour mieux évaluer les besoins et les réponses à y apporter, nous demandons que se tiennent des « assises locales des services publics » afin de mettre chacun devant ses responsabilités.

26/07/15

1 Message

  • Il faut réhabiliter les services publics Le 11 août 2015 à 12:28, par Sophie

    Services publics : Sarko et Hollande c’est la même démarche, Ils réduisent les budgets progressivement, ce qui fait que le fonctionnement des services se détériore, puis ils utilisent ce pretexte pour prétendre que le service est inefficace et qu’il devrait être privatisé.

    Répondre à ce message