GRECE : la victoire du NON doit être respectée

dimanche 5 juillet 2015

Le peuple grec vient de refuser, avec un "OXI" écrasant (60%) l’ultimatum lancé par les créanciers. C’est la deuxième fois en 6 mois qu’il rejette l’austérité. La deuxième fois qu’il dit en même temps son attachement à l’Europe.

Les chantages financiers et mesquineries politiques n’auront pas eu raison du souffle de dignité et de liberté qui a envahi le berceau de la démocratie. Je salue le courage des grecs, de Syriza et du gouvernement Tsipras. C’est notre victoire à toutes et tous. Ce soir, nous sommes heureux et fiers d’avoir tant lutté avec eux, pour que renaisse un espoir. Je mets en garde contre toute nouvelle entreprise de pression politique et financières sur le peuple grec. Le respect des choix souverains des peuples doit être la règle à l’avenir, et le point de départ des futures négociations. La France devra en tirer les conséquences. J’attends de notre gouvernement un respect total du résultat de ce referendum et des actes forts pour la recherche immédiate d’un accord.

Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français et président du Parti de la Gauche Européenne

3 Messages

  • GRECE : la victoire du NON doit être respectée Le 6 juillet 2015 à 08:56, par Juju

    Outre le score élévé du NON, c’est aussi l’unanimité géographique de ce succès : Tous les districts électoraux da la Grèce ont voté majoritairment NON.

    Répondre à ce message

  • GRECE : la victoire du NON doit être respectée Le 1er août 2015 à 22:48, par Bob l’éponge

    On nous dit : "Sortir de l’euro serait une catastrophe économique et sociale". Soit. Et y rester, c’est quoi ?
    Grèce 2015. Crise humanitaire, mortalité infantile + 43 %, 30 000 sans-abri à Athènes, retraites réduites de 25 %, budget de la santé amputé du tiers, chômage multiplié par 3, services publics sinistrés, salaire minimum à 480 €, 40 % des Athéniens ont passé le dernier hiver sans chauffage. Les prix sont équivalents à ceux de Paris ou Londres, mais les salaires sont identiques à ceux de la Bulgarie.

    Répondre à ce message

    • GRECE : la victoire du NON doit être respectée Le 2 août 2015 à 12:09, par kikid’auber

      En France,
      Sous le règne du Franc c’était entre autres.
      La retraite à 60 ans.
      Les quatre semaines de congés payés puis les cinq semaines.
      La semaine de 39 heures de travail puis les 35 heures.

      Tandis que maintenant en France.
      Sous le règne de l’ €uro c’est entre autres.
      La retraite qui s’envole vers les 65 -67 ans.
      La franchise médicale (qu’on oublie souvent de rappeler) pour l’instant limitée à 50 € maximum par an.
      Le gel des pensions de retraite pour au moins 3 ans.

      Il n’y a pas photo, on vivait mieux sous le règne du Franc que sur celui de l’€uro !

      Alors est-ce que le PCF sera le dernier à prendre le train de ceux qui veulent sortir de l’ €uro ?

      Répondre à ce message

Répondre à cet article