Vote des communistes d’Aubervilliers : résultats

jeudi 30 octobre 2008

Résultats du vote des communistes d’Aubervilliers du 29-30 octobre concernant le choix du texte de base commune de discussion pour le XXXIVème congrès :

Nombre  % des inscrits  % des cotisants
Inscrits 408 - -
Cotisants 148 - -
Votants 113 27,70% 76,35%
Voix  % des votants
Blancs et nuls 9 7,96%
Exprimés 104 92,04%
Voix  % des exprimés
Vouloir un monde nouveau 70  67,31%
Renforcer le PCF 6 5,77%
Faire vivre et renforcer le PCF 28 26,92%

Résultats nationaux

Voix  % des exprimés
Vouloir un monde nouveau 21946 60,91%
Renforcer le PCF 5419 15,04%
Faire vivre et renforcer le PCF 8659 24,03%

Participation : 39 692 votants (50,38%)

Blancs et nuls : 3659 voix (9,22%)

12 Messages

  • Qu’en penser ? Le 31 octobre 2008 à 20:49, par Poisson Rouge

    J’aurais bien aimé connaître les analyses de chacun sur ces résultats. Sont-ils conformes aux prévisions ? Pouvons-nous en tirer des conclusions concernant le congrès ? 61%, est-ce un "bon" score ou un "mauvais" score pour le texte du CN ?

    Merci d’éclairer ma lanterne !

  • Vote des communistes d’Aubervilliers : résultats Le 31 octobre 2008 à 23:11, par c’est quand le bonheur

    en réponse à Poisson rouge, je constate qu’il y a environ 80.000 "cotisants " au PCF. je ne pense pas possible de se prononcer sur ce score de 61%, qui en fin de compte, n’est pas l’essentiel. Ce qui m’importe dans le mois qui vient,c’est de participer à la discussion pour que le prochain congrès débouche sur une ligne politique claire de rassemblement. Ce qui n’est pour l’instant pas le cas dans le texte qui a rassemblé 61% des voix.

  • Vote des communistes d’Aubervilliers : résultats Le 1er novembre 2008 à 19:41, par Désirs d’avenir (de gauche)

    Tout à fait d’accord avec "c’est quand le bonheur". Le texte qui a rassemblé 61% des communistes ne rassemblera rien d’autre ! Le nombre de cotisants est de moins en moins important, la participation est de plus en plus faible et 61% ne constitue pas une majorité bien puissante. Le PCF a beaucoup perdu de son influence, mais il continue d’imaginer son avenir comme s’il représentait encore 20%. Il peut effectivement contribuer à élaborer et porter un projet d’émancipation. Mais il ne peut plus le faire seul. Son handicap très réel le laisse sans perspective. Même s’il est encore une force politique, il n’a plus la crédibilité nécessaire pour rallier autour de lui. Si la ligne politique du congrès ne débouche pas sur la nécessité de créer les conditions de faire vivre le collectif communiste organisé avec d’autres forces de transformation sociale, les communistes resteront, certes critiques, mais dépendants du PS.
    Le PCF a su faire de grandes choses et aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin des communistes. Ce congrès peut donner du souffle et de la perspective. Pour cela, il lui suffit de ne pas se réfugier derrière le résultat des 61%, qui sont certes majoritaires, mais qui n’ouvrent aucun avenir et qui pousse à l’isolement. Beaucoup de communistes et d’"ex" communistes attendent un sursaut et souhaitent que ce congrès engage un processus qui conduise à la création d’une force politique nouvelle dans laquelle la force organisée du PCF n’est pas condamnée à s’éteindre ou à disparaitre par dissolution.

  • Vote des communistes d’Aubervilliers : résultats Le 1er novembre 2008 à 22:49, par Avenir du désir (de gauche)

    Tout à fait d’accord avec désir d’avenir de gauche lui même d’accord avec c’est quand le bonheur et sans doute en accord avec lui même. C’est très bien de se lamenter sur le nombre de militants, de votants, et patati et patata... Encore eût-il fallu que tous les auteurs de contributions permettent aux militants de donner leur avis. Le militant de base peut dire merci aux 293 signataires de la motion non soumise au vote et qui aurait voulu exprimer son soutien de n’avoir pu le faire.

  • Vote des communistes d’Aubervilliers : résultats Le 1er novembre 2008 à 23:39, par Eva Salvador

    Peu importe les résultats des votes et les additions des groupes que l’on peut faire pour prouver ceci ou cela, à bas les sondages et autres interprétations des chiffres !!!

    Maintenant, ne reste-t-il pas à travailler, se mettre au boulot, à retravailler le texte choisi ? Qu’on aie voté ou non pour celui-là, il faut l’amender et toutes les voix se feront sans doute entendre, n’est-ce pas ? En plus, je le trouve assez complet, la place des femmes y apparaît, celle des jeunes qu’il ne faut pas négliger aussi depuis les revendications contre le CPE de Villepin...

    Si l’attachement aux valeurs marxistes n’apparaît pas, aux militants de le faire comprendre, d’amender le texte dans ce sens... Il y a des passages qui mériteraient précision, il est vrai. D’ailleurs, je pense que la mouture finale ne sera pas parfaite, qu’il y aura des déçus forcément...

    Finalement tout reste à faire !

  • Vote des communistes d’Aubervilliers : résultats Le 2 novembre 2008 à 19:48, par Désirs d’avenir (de gauche)

    Pourquoi les signataires du texte "Continuer l’engagement communiste - Fonder une nouvelle force politique" n’ont t-ils pas souhaité voir leur texte soumis au vote ? Peut-être parce qu’ils considèrent que la discussion et le vote texte contre texte n’est plus d’actualité et que la gravité de la situation n’est absolument pas perçue par la direction du PCF puisque que le débat est engagé en excluant par avance certaines options. C’est une façon pour eux de montrer que ce congrès n’est plus le leur parce qu’ils n’ambitionnent pas de militer dans un parti rabougri dont l’existance ne tiendra qu’en étant sous la tutuelle du PS.

  • Vote des communistes d’Aubervilliers : résultats Le 2 novembre 2008 à 20:13, par chaise vide

    C’est sûr, empêcher les militants de base favorables à une option de la soutenir pendant que les huiles s’octroient le privilège de signer un texte,favorise le débat. Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi Les partisans de la motion aient envoyé à Aubervilliers un représentant pour l’Ag des communistes.

  • Vote des communistes d’Aubervilliers : résultats Le 2 novembre 2008 à 20:46, par Assieds toi !

    D’accord, tu voulais voter pour la motion et tu as vu Daniel Rome s’emmêler les pinceaux pour justifier sa position alors qu’il y avait des trucs intéressants dans son propos. Maintenant, viens aux débats et amende ! La chaise vide c’est jamais bon !

  • De la suite dans les idées et toujours pas de solution Le 3 novembre 2008 à 09:56, par Léna

    Désir d’avenir (à gauche) laboure inlassablement le même sillon argumentaire.

    Il adapte aujourd’hui son propos à la situation intervenue avec le vote des communistes.

    Pour lui cela n’a, sur le fond, guère d’importance, tant la situation rencontrée par le Parti est historiquement plombée.

    L’élaboration d’une perspective communiste (ne parlons même pas de la question de la théorie) n’a plus guère d’importance, dès lors que le blocage se situe dans la forme parti communiste.

    Il convient donc de dissoudre la forme pour la recomposer dans une autre, qui serait faite d’un alliage totalement incertain mais, en lui-même, porteur de perspective.

    Il s’agit là d’une thèse que d’aucuns défendent avec plus ou moins de netteté et de qualité argumentaire (de ce point de vue l’intervention de D. Rome a été particulièrement nulle).

    Mais qu’en est-il dans cette affaire de la nature d’un parti (parti de classe ou conglomérat) ? ; peut-on être communiste sans parti communiste ? ; la stratégie des "fronts" proposée dans la désormais base commune de discussion ne mérite t’elle pas une discussion approfondie ?

    Je m’arrête nous essaierons de voir tout ça dans le débat qui s’engage via le Congrès.

    Une dernière suggestion cependant : pour rendre le débat très concret Désir d’avenir (à gauche) devrait réaliser une projection concrète de son projet à Aubervilliers.

  • Vote des communistes d’Aubervilliers : résultats Le 3 novembre 2008 à 19:54, par Désirs d’avenir (de gauche)

    Léna s’énerve à tort ! Il me reproche dans le débat qui est engagé de "labourer le même sillon argumentaire". Mais, c’est un droit qui appartient à tous celles et ceux qui défendent ce à quoi ils croient. Répéter des arguments est une saine pratique dès lors qu’on les croit justes.

    Mon propos n’a pas vocation, contrairement à ce qu’il dit, de s’adapter aux résultats. D’ailleurs, mes propos sont à peu près identiques à ceux tenus avant vote. Même si après ce vote, ils se trouvent confortés dans certains résultats. En effet, avec 49,62% de non votants, on vérifie le peu d’intéret d’un trop grand nombre de communistes pour ce congrès.

    N’ayant pas entendu Daniel Rome, je ne sais pas si son intervention a été, comme il est dit, "particulièrement nulle". Le débat ne devrait pas se réduire à des appréciations qui feraient que ceux qui défendent le texte majoritaire seraient bons et les autres nuls, parce qu’ils présentent des orientations différentes. Ce jugement expéditif, d’un intervenant d’un soir, me parait bien peu propice au rassemblement espéré et augure mal de la poursuite des discussions avant congrès. J’aurai préféré que l’on m’explique que D. Rome avait été trop peu ou pas du tout convaincant. On peut bien sur s’en tenir au vote majoritaire d’aujourd’hui et ignorer volontairement l’ensemble des résultats qui traduisent un réel malaise. 60,91% pour le texte majoritaire, 24,03% et 15,04% pour les deux autres et 9,22% de bulletins blancs ou nuls. Cela montre tout simplement que toutes les options n’ont pas suffisament été débattues. A poursuivre dans cette voie, le désintérêt et le malaise des communistes s’amplifiera. Quand à la stratégie "des fronts" proposée dans la "base commune", elle ne fait pas obligatoirement désaccord. Mais pour réussir, cette stratégie ne peut être mise en oeuvre sous la forme d’un ralliement autour du seul PCF. Il faudra donc bien engager un processus qui vise à fonder une force nouvelle dans laquelle la force communiste organisée aura toute sa place.

    Léna souhaite "rendre le débat très concret en suggérant une projection concrète sur Aubervilliers". J’aimerais bien que chacun soit soumis à la même "obligation". Mais allez, jouons le jeu, pourquoi ne pas y réfléchir ! En sachant qu’il est difficile de concrètiser une stratégie qui n’est même pas encore engagée dans un processus. Mais prenons le risque avec un exemple : La création, au lendemain des élections municipales, d’une association "Tous ensemble pour Aubervilliers". Cette démarche pourrait, si elle prend de l’ampleur, déboucher sur une (modeste) force politique locale dans laquelle la force communiste organisée localement ne disparait pas, ne s’autodétruit pas, ne se dissout pas et n’est liquidée par personne. Les partenaires dans cette démarche ne sont pas réunis autour du PCF, ils ne sont pas ralliés au PCF, ils sont juste avec les communistes dans une démarche commune et sur des objectifs décidés en commun.

  • Vote des communistes d’Aubervilliers : résultats Le 3 novembre 2008 à 23:05, par c’est quand le bonheur

    Je me permets à mon tour de répondre à Lena, ou plutôt d’essayer d’être un peu plus constructif.

    Lena, en lisant ton intervention, je crois comprendre (sauf si je me trompe) que tu mets l’accent sur le Parti, sa nature, etc... et non pas sur "comment faire pour :
    - que les gens ne souffrent plus
    - leur proposer une perpective enthousiasmante pour s’en sortir
    - battre la droite redoutable qui détruit -et va détruire- tout
    - renverser, à terme le capitalisme."

    Je rappelle, quand même, que notre influence est devenue électoralement plus que modeste. Heureusement que l’idée communsite jouit toujours d’un intérêt certain. C’est sur celui-ci qu’il faut s’appuyer, d’urgence. Et donc rassembler, à l’image, par exemple, de l’association évoquée par Désirs d’avenir (de gauche)

  • Sereinement Le 4 novembre 2008 à 10:08, par Léna

    Non, je ne m’énerve pas (et ne souhaite aucunement m’énerver) mais la défense d’un point de vue exige de bien comprendre ce que disent d’autres points de vue différents. C’est compliqué mais on peut y arriver.

    En tout cas je commence à mieux comprendre ce que souhaite Désirs d’avenir (à gauche) : à la différence des promoteurs de la désormais fameuse "motion non soumise au vote" il ne propose pas la disparition du Parti. C’està-dire qu’il est d’accord pour que celui-ci continue d’exister en tant que PARTI COMMUNNISTE au sens où Marx l’entendait dans le Manifeste.

    Le Parti, ainsi conçu, produit de l’organisation, de la théorie, de la stratégie.

    Je crois que si on est d’accord sur cette question capitale, les relations de l’entité Parti communiste (telle que définie) avec d’autres peuvent être repensées à partir du bilan critique des grandes expériences de notre histoire et aussi des multiples expérimentations locales (problème de la relation à l’institutionnel).

    Autrement dit nous devons regarder cela de près et, de ce point de vue, la "stratégie des fronts" m’intéresse beaucoup parce qu’elle est dialectique.

    Je voudrai dire aussi à Quand c’est le bonheur que je n’oublie rien de l’utilité de l’action politique pour le peuple, mais je crois que la question du Parti (portée à son incandescence par la fameuse motion) mérite d’être au préalable précisée.

    Je me félicite que le petit échange engagé ait déjà permis d’avancer.

    S’agissant de Tous ensemble pour Aubervilliers (TEPA) - j’en suis - d’accord mais il est sans doute temps de propulser l’Association dans la vie publique locale.

    Et d’accumuler ainsi une expérience utile pour notre réflexion.