Décès de René Froger

vendredi 27 février 2015

René Froger est décédé le 23 février à l’âge de 95 ans.

C’était une figure d’Aubervilliers. Il la longtemps habité 20 avenue Roosevelt (cette cité HLM qu’on appelait "les perroquets" parce que les façades étaient peintes en bleu, jaune, rouge).

René a été métallurgiste chez Rateau à La Courneuve, sa femme Rolande gardienne de la cité. Sous l’impulsion de Jack Ralite qui habitait à cette époque cette même cité, Rolande est entrée au conseil municipal d’Aubervilliers. René et Rolande étaient deux militants actifs de la cellule du Parti communiste forte alors d’une centaine d’adhérents.

Après le décès de Rolande, René a habité la cité Firmin Gémier.

Il a présidé l’union des retraités d’Aubervilliers.

Il a passé les dernières années de sa vie au centre de gérontologie Constance Mazier.

Là aussi, il a mené jusqu’au bout une vie active.

En 2013, il a remporté le concours national intitulé "Lettre à..."

En qualité de président du comité des résidents du centre Constance Mazier, il s’est battu jusqu’au bout pour que les maisons de retraite puissent disposer des moyens financiers et humains nécessaires, et a multiplié les courriers à la mairie, à la préfecture, au conseil général, à l’agence régionale de santé, au ministre de la santé, au Président de la République.

Enfin, en 2014, il a tenu à co-présider le comité de soutien à la liste conduite par Pascal Beaudet aux élections municipales.

Ses obsèques auront lieu lundi 2 mars à 11h au cimetière communal d’Aubervilliers.

Nous présentons à sa fille et à ses deux fils nos condoléances.les plus attristées.

1 Message

  • Décès de René Froger Le 3 mars 2015 à 10:12, par marco

    Bonjour,

    Ami de didier Froger ( son fils) depuis mon adolescence j’ai eu la chance de rencontrer M. rené Froger ainsi que Rolande son épouse.
    Quand on est adolescent on se rend très peu compte de la valeur des personnes mais au fil du temps la maturation et l’expérience de la vie vous font découvrir que vous avez cotôyé des personnes altruistes avec cette volonté d’égalité et de bien être pour tous.

    J’ai assisté bien évidemment aux obsèques qui ont été d’une très grande émotion surtout à la lecture de l’hommage rendu par M. Jack Ralite qui m’a fait revisionner le temps ou les personnes des années 50/60 (dont je fais parti) pensaient moins égoistes mais solidaires.

    Répondre à ce message