Les voeux des communistes d’Aubervilliers pour 2015 par Anthony Daguet, secrétaire de section

Soyons de tous les combats, de toutes les luttes pour redonner sens et vigueur à la liberté, l’égalité, la fraternité, la justice et à la solidarité

mardi 3 février 2015

Ci-dessous, de larges extraits de l’allocution prononcée par Anthony Daguet, à l’occasion de la présentation des voeux des communistes d’Aubervilliers, le texte intégral est téléchargeable en bas de cette page

"Pour vous, pour vos proches, nous vous souhaitons comme l’a si bien dessiné notre regretté ami Georges Wolinski de nationaliser le bonheur. Je dirai même de l’internationaliser !

Le début de l’année 2015 n’a pas laissé de repos à nos âmes, ni de répit à nos cœurs. Le 7 janvier un attentat sanglant a meurtri le monde entier. Nos compagnons de route, pour certains des camarades, nos amis dessinateurs à Charlie hebdo ont été lâchement assassinés.
Wolinski, Charb, Cabu, Tignous, Honoré et des policiers ont perdu leur vie sur le champ d’honneur de leur bataille, pour la liberté d’expression. La liberté de la presse. La liberté d’opinion. La liberté de conscience.
S’en est suivi, le meurtre d’une policière municipale puis celui de citoyens français tués pour leur croyance, pour leur foi. Repenser à ces meurtres alors que cette semaine nous célébrions le 70ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz fait froid dans le dos.
Beaucoup a déjà été dit sur ces événements, et bien que les symboles soient différents, que les victimes soient diverses, il y a un dénominateur commun dans ces tragédies : une nouvelle forme de fascisme est à l’œuvre. Elle s’en prend à notre modèle républicain, aux valeurs communes qui font le ciment de notre société.
La réaction du peuple de France ne s’est pas fait attendre. Dès le 7 janvier des rassemblements spontanés se sont constitués jusqu’à former cette grande marée humaine du dimanche 11 janvier, pour dire à ces barbares que nous sommes un peuple uni, lié par des valeurs communes et que rien n’entachera notre volonté de vouloir vivre ensemble dans les règles que nous avons établies : la liberté, l’égalité et la fraternité.
(...)
Nous proposons d’ouvrir le débat en grand, quelque soit les opinions des uns des autres, en organisant des rencontres pour définir de manière précise les règles communes que nous nous donnons pour faire société.(...) Je vous souhaite, je nous souhaite, de faire vivre au quotidien tout au long de cette année les valeurs fondamentales qui sont les nôtres.
Je pense évidemment à celles inscrites sur les frontons de nos mairies et de nos écoles : la liberté, condition essentielle de l’émancipation et du bonheur. L’égalité, sans qui il est nulle justice. La fraternité qui nous unit.
A toutes ces valeurs, il me tient à cœur de rajouter la solidarité. (...)
Permettez-moi de mettre en avant une autre valeur que nous avons chevillée au corps : celle de la dignité.

A Aubervilliers, nous nous battons chaque jour pour être reconnu pour ce que nous sommes, des êtres humains à part entière. Nous luttons contre le mépris dont certains nous affligent. (...)
Nous exigeons que l’Etat sécurise nos parcours de vie et permette à toutes et tous d’éviter de sombrer dans les affres de la précarité et de la misère.

La liberté, l’égalité, la justice, le respect, la dignité… ce sont ces valeurs qui ont gagné dimanche dernier en Grèce.
En portant au pouvoir Syriza, le peuple grec a décidé de reprendre son avenir en main.
Cette victoire, historique, vient sonner le glas des politiques inefficaces et liberticides de l’austérité. (...)

Elle constitue un véritable camouflet pour l’Union européenne, pour l’Allemagne d’Angela Merkel, pour François Hollande et Pierre Moscovici. (...)

Nous savons, nous constatons, nous ressentons, que la politique du gouvernement porte la détestable marque de l’austérité.
S’il y avait besoin de s’en convaincre il suffit d’examiner le dernier budget voté par le gouvernement Valls.
Ainsi dès 2015, 21 milliards d’euros d’économie sont prévues. (...)
Enfin, et vous le savez, car nous vous avons alerté sur cette question : 3,7 milliards d’économies sont réalisés sur le dos des collectivités territoriales. (...)

Pour Aubervilliers ce sont 2,2 millions d’euros qui sont arbitrairement supprimés sur la dotation de l’Etat.
Aubervilliers est une commune populaire.
Sa population est pauvre et souffre de tous les maux que porte le capitalisme : misère, précarité, difficulté pour la jeunesse de pouvoir se projeter dans l’avenir, difficultés scolaires, violence…
A cela s’ajoute un sentiment justifié de relégation, de discrimination territoriale, de mépris par les pouvoirs publics.

Comment imaginer dans ce contexte, qu’un gouvernement qui se dit de GAUCHE, décide unilatéralement de supprimer des moyens à une commune comme la nôtre ? (...)
Les acteurs associatifs et culturels se sont mobilisés et ont écrit un appel : l’appel d’Aubervilliers : de l’argent pour la vie pas pour la finance ! Déjà plusieurs centaines de citoyens ont signé cet appel. D’ailleurs, si ce n’est pas déjà fait, je vous incite vivement à le signer sur internet. (...)

Nous allons continuer à participer à ces initiatives et être de plus en plus nombreux à se rassembler, jusqu’à mener une action spectaculaire, offensive, ludique et populaire pour contraindre l’Etat à reculer.
A Aubervilliers nous n’avons toujours obtenu que ce que nous avons arraché !

(...) En mars prochain, les électeurs de notre ville et de notre département auront un choix à faire : voter pour le meilleur candidat de l’austérité ou voter pour ceux qui lutte contre ces politiques d’arrache-pied. (...)

Une habitante d’Aubervilliers a eu cette phrase magnifique et pleine de justesse : « Aubervilliers c’est un diamant brut qui est en train d’être taillé ».
Il y a peu de propos aussi juste concernant notre ville. Notre commune recèle de trésors par milliers, c’est de l’or en barre, c’est un diamant brut.

Les albertivillariennes et les albertivillariens en sont la première richesse. Ils vivent, malgré les difficultés persistantes, avec une idée résolument moderne de la ville et du vivre ensemble. Il y a ici une force de vie puissante, une jeunesse fougueuse, prête à casser tous les carcans pour libérer les multiples potentiels communs ; porteurs d’un avenir qui se veut toujours plus radieux. Il y a ici une certaine idée du bonheur, pleine d’espoir qui nous rendrait heureux par anticipation.

Alors chers camarades, chers amis, pour cette année 2015, continuons d’être de tous les combats, de toutes les luttes pour redonner sens et vigueur à la liberté, l’égalité, la fraternité, la justice et à la solidarité, à toutes ces valeurs si chères dans le cœur des communistes."

téléchargez ici l’intégralité de l’allocution prononcée par Anthony Daguet

Word - 76 ko

14 Messages

Répondre à cet article