Soutien à Charlie Hebdo et à la liberté

Rassemblement sur la place de la Mairie d’Aubervilliers

jeudi 8 janvier 2015 à 18h

jeudi 8 janvier 2015

Les communistes d’Aubervilliers vous appellent à participer massivement au rassemblement proposé par le Maire, Pascal Beaudet, et la municipalité ce soir, jeudi 8 janvier 2015, place de la Mairie à 18h pour rendre hommage aux victimes de la tuerie qui a eu lieu à Charlie Hebdo, pour réaffirmer notre attachement sans faille à la liberté de la presse, la liberté d’opinion, la liberté d’expression.

18 Messages

  • Rassemblement place de la Mairie d’Aubervilliers Le 8 janvier 2015 à 16:46, par triste !!!

    pourquoi les gens reste muet, face à cet évènement sur le site ?

    Répondre à ce message

  • Rassemblement place de la Mairie d’Aubervilliers Le 8 janvier 2015 à 22:00, par Citoyen du Monde

    Je crois que nous étions nombreux sur la place. Il faut convenir que les réseaux de connaissances ont fonctionné.Se rassembler en quelques heures ! Nous devons apprendre à mieux nous servir des technologies modernes. Il faut être très réactifs mais nous étions surtout trop écrasés par cet horrible massacre.
    Maintenant, il faut parler avec les habitants de notre ville.
    J’ai entendu des mots désagréables, vu une petite affichette déchirée...
    Défendre la liberté d’expression ne semble pas être obligatoire pour tous.
    Liberté de parler aussi, de s’écouter sans risques,liberté de se déplacer, c’est bien aussi

    Le fait de vivre en FRANCE laisse une habitude de libertés, de droits à faire et à recevoir, de solidarité par la sécurité sociale, l’hôpital, la caisse d’allocations familiales qui pour nous se sont dégradés mais si on parle avec ceux qui ont leur famille ailleurs, c’est mieux ici.
    L’école gratuite et obligatoire, c’est bien aussi.
    Comment peut-on avoir tout cela et n’avoir rien fait pour l’obtenir ? Beaucoup dans la jeunesse ne se posent pas la question. Cela existe et voilà !
    Alors, il faut dire comment on a obtenu et comment on doit se battre pour ne pas le perdre !

    Répondre à ce message

    • Rassemblement place de la Mairie d’Aubervilliers Le 9 janvier 2015 à 09:29, par triste !!!

      Que viens faire la sécu, la caf ... etc dans votre post concernant cet horrible crime contre la démocratie et la liberté de penser ?

      Vous vous trompez se sujet...

      La France est le pays des droits de l’homme...

      ëtre dans la rue contre ses salauds c’est déja les combattre...

      Répondre à ce message

    • Rassemblement place de la Mairie d’Aubervilliers Le 9 janvier 2015 à 16:54, par le concombre masqué

      Citoyen du Monde a raison de rappeler tous ces éléments. Ils font partie de la république française au même titre que le liberté d’expression : Pour conquérir ces droits, il a fallu se battre.

      Répondre à ce message

      • Rassemblement place de la Mairie d’Aubervilliers Le 9 janvier 2015 à 17:18, par p

        Et toi tu t’es battu ?

        Répondre à ce message

        • Rassemblement place de la Mairie d’Aubervilliers Le 9 janvier 2015 à 17:27, par p

          Le site deviens de plus en plus nul depuis le départ de son fondateur.

          Répondre à ce message

          • Rassemblement place de la Mairie d’Aubervilliers Le 9 janvier 2015 à 17:47, par p

            Qui débat aujourd’hui sur le site ?

            Répondre à ce message

            • Rassemblement place de la Mairie d’Aubervilliers Le 9 janvier 2015 à 18:21, par p

              La france est touché ?

              Répondre à ce message

              • Engager vite un débat large et ouvert.... Le 9 janvier 2015 à 18:53

                Voici une opinion exprimée par JP Delevoye qui mérite débat....
                Pour Jean-Paul Delevoye, président du Conseil économique, social et environnemental, l’attaque du journal "Charlie Hebdo" constitue un défi pour notre pays. Selon lui, il est impératif de "retrouver cet esprit du Conseil national de la Résistance", de revenir au projet de société du "chacun pour tous", de redéfinir en somme notre "contrat social".
                Notre société est fractionnée, fracturée de toute part. Les intégrismes religieux quels qu’ils soient, les communautarismes et dans le même temps les individualismes, partout, prennent leurs aises. Au fond, nous traversons une période où c’est la République, ses valeurs fondamentales, la manière dont nos concitoyens acceptent de vivre ensemble, qui sont en jeu...
                C’est la question essentielle. En retrouvant l’esprit du CNR, il faut que l’on se remettent à réfléchir, ensemble, à ce qu’est notre contrat social. Nous devons faire extrêmement attention à ces phénomènes qui ne sont pas anodins car, si nous n’y prenons pas garde, nous assisterons à une rupture du pacte collectif où des jeunes refuseront de payer la retraite pour les personnes âgées, les travailleurs pour les chômeurs, les bien-portants pour les malades. Quel est le modèle de société dans lequel nous voulons vivre demain ? C’est ça le débat. Comment concilier la France et sa diversité, comment faire le lien entre l’économie et l’emploi, comment répartir les richesses, etc. Tous les débats qui sont devant nous sont des débats politiques.
                Dans ce moment d’instabilité, d’interrogation sur l’avenir — nourri par la rapidité du rythme électoral du quinquennat qui remet en cause ce que le gouvernement précèdent a fait —, il faut que l’on ouvre des chantiers républicains pour redéfinir notre modèle de société, réaffirmer nos valeurs républicaines qui sont les nôtres, répondre à l’économie de demain et au système de redistribution par rapport au développement des inégalités. Car si vous vous sentez dans le mal-vivre, humilié par un système économique et sociale, vous n’aurez comme seule réponse que la violence contre le système qui vous a mis dans cette situation d’humiliation. La question est : comment arriver à créer des fondamentaux qui stabilisent la société dans son vivre-ensemble et de recréer un projet collectif ? Notre société, aujourd’hui, a besoin de cet apaisement et de convergences.

                Répondre à ce message