samedi 15 novembre : Mobilisation nationale unitaire - Non au budget d’austérité Valls-Hollande-Medef - Pour une alternative sociale, écologique et politique

Cet appel, initié par le collectif Alternative à l’Austérité (3A), est lancé par 250 premiers signataires issus du monde syndical, associatif, politique ainsi que diverses personnalités.

mercredi 5 novembre 2014

Le collectif 3A est composé de syndicats, associations, partis politiques. Il est la poursuite du collectif unitaire créée pour préparer la marche nationale du 12 avril 2014 contre l’austérité qui avait réuni 100 000 personnes. Il a organisé le 21 juin 2014 des rencontres pour « Sortir de l’austérité, combattre les inégalités, réinventer la démocratie ».

Ces premiers signataires illustrent une grande diversité syndicale en terme d’organisations (issus de la CGT, Solidaires, FO, FSU et de syndicats de magistrats), de secteurs (du public comme du privé) et géographique. On trouve également des signataires responsables d’associations agissant dans les domaines de la précarité, du chômage, du logement, de l’altermondialisme, du féminisme, de la défense du service public, des droits LGBT, Economie sociale et solidaire. Enfin du côté politique se retrouvent les premiers responsables et élus des partis ou courants qui refusent la politique du gouvernement : de toutes les composantes du Front de gauche (PCF, PG, Ensemble, GU, PCOF, R&S), le NPA, Nouvelle Donne, EELV, MJS et du club des socialistes affligés.

La manifestation parisienne partira à 14 heures de Denfert-Rochereau pour se rendre vers l’Assemblée nationale.

La liste des manifestations dans les grandes villes sera tenue à jour sur le site du collectif : www.collectif3a.org

— 

Le 15 novembre Mobilisation nationale

La coupe est pleine ! Le pays s’enfonce dans la crise avec son cortège de misère, de chômage, de précarité, de violentes divisions. Depuis des années la droite et, depuis 2012, François Hollande, les gouvernements Ayrault et Valls poursuivent le même but dans le cadre des traités européens et en accord avec les dirigeants de l’Europe libérale : austérité, compétitivité par la baisse du coût du travail, reculs sociaux, coupes claires dans les dépenses publiques. Ces politiques ont échoué partout comme elles échouent en France : elles nourrissent la crise, creusent tout à la fois les inégalités et les déficits.

Dans son immense majorité le peuple rejette cette politique imposée sans débat et avec autoritarisme. Cette situation crée une grave crise politique dont la droite et l’extrême-droite porteuses de graves projets de régression tentent de tirer profit.

Il est temps d’arrêter cet engrenage. Il faut dire non à la loi de finances 2015 présentée par Manuel Valls qui, pour satisfaire les cadeaux faits au CAC 40, dans le cadre du pacte de responsabilité, coupe massivement dans les dépenses publiques. Il se traduirait par le recul des services publics et de ses missions, un étranglement financier des collectivités locales et de leur capacité d’investir. Il faut aussi empêcher les reculs budgétaires de la protection sociale qui remettent en cause les acquis pour la santé, la retraite, la famille, les chômeurs.

D’autres choix sont pourtant possibles. Nous ne sommes pas condamnés à l’austérité permanente et à l’insécurité sociale. Il faut mettre en œuvre une politique qui parte des besoins sociaux, s’attaque aux inégalités. Une réforme fiscale d’ampleur permettrait une redistribution des richesses et une relance des investissements productifs au bénéfice de la grande masse de la population, s’inscrivant dans la transition écologique.

Il faut redonner du pouvoir d’achat, augmenter les salaires, créer des emplois. Il faut créer les conditions d’une véritable reconquête industrielle. Il faut s’attaquer au capital, à la finance, à la rente des actionnaires qui est supportée par les salarié-es, les chômeurs, les précaires, les retraités et la jeunesse.

Il existe dans le pays une majorité de femmes et d’hommes disponibles pour cette alternative sociale et politique, des forces syndicales, sociales, associatives, politiques que nous voulons rassembler.

Mettre un coup d’arrêt aux politiques en cours, imposer d’autres choix, cela ne peut se faire sans la mobilisation des salarié-es, sans l’intervention citoyenne.

Pour dire non au budget d’austérité du gouvernement VALLS et appeler à ce qu’il soit rejeté !

Pour dire non aux exigences du Medef !

Pour rassembler et construire une alternative à la politique actuelle !

Nous appelons à organiser des manifestations à Paris et dans les grandes villes de France

4 Messages

  • Et bien si certains albertivillariens ont envie de perdre une journée de salaire pour manifester avec la CGT et grossir leurs troupes, je leur souhaite bien du plaisir. Pour rappel, la CGT c’est le syndicat des travailleurs qui trouve indigne de loger ses représentants à Aubervilliers. Par contre, quand il s’agit de rameuter les troupes, alors là, la banlieue est jugée très fréquentable !

    Répondre à ce message

    • Aubervilliers / La CGT : je t’aime, moi non plus ! Le 5 novembre 2014 à 22:34, par le concombre masqué

      La journée de manif contre la politique de droite "Hollande / Valls" a lieu un samedi. A ma connaissance, le travail le samedi n’est pas encore obligatoire ! Cette journée de protestation n’est pas une manif de la CGT, mais aussi de syndicalistes Solidaires, FO, FSU, d’associations et de forces politiques (Front de gauche, NPA, Nouvelle Donne, EELV, MJS et du club des socialistes affligés) ; elle s’adresse à toutes celles et tous ceux qui veulent mettre en oeuvre une autre politique qui s’attaquera à ce fameux ennemi qu’est la finance.

      Répondre à ce message

    • collectif 3A Le 6 novembre 2014 à 08:43, par Indigné de gauche !

      Vous êtes sûr que ce collectif est une alternative politique !!
      La somme des groupuscules genre NPA, PCOF et Nouvelle Donne en passant par EELV ,Ensemble, le PCF PG etc...Ce sont des partis/courants avec AUCUN POINT POLITIQUE COMMUN, ils sont incapables d s’unir politiquement (voire les comités truc ou machin sur le non à l’Europe) . Essayez de regarder en dehors des partis, montrez nous que vous pouvez dépasser les lignes partidaires et virez tous ces "politiciens" qui se disent de la gauche de la gauche : les noms sont tellement nombreux qu’ils seraient trop long à énumérer, franchement vous êtes ridicule . Votre démarche est vouée à l’échec et vous n’arriverez pas à construire une alternative de gauche au PS , au lieu de faire une pétition , rassemblez les mécontents de gauche dans les réseaux sociaux , créez une chaîne TV sur Internet , imitez PODEMOS !

      Répondre à ce message

    • Aubervilliers / La CGT : je t’aime, moi non plus ! Le 6 novembre 2014 à 23:05, par Laloi

      Les socialistes français sont d’une bêtise étonnante. Je ne vois rien de choquant dans la phrase des CGTistes. Ils ont raison, qui veut venir habiter gaiement à Aubervilliers ? Personne. On dirait que vous vivez dans le pays des bisounours. Les impôts ont explosés, la ville est toujours degueulasse, les services publics sont éradiqués.

      Au fait, la député socialiste Guigou, elle habite où ? Aux 4 chemins au-dessus des vendeurs de cigarettes ?

      Sans rancune.

      Répondre à ce message