Ouvertures sauvages des bouches incendie : un problème civique

mercredi 23 juillet 2014

Depuis deux ou trois ans, dès l’approche des beaux jours, nous assistons sur l’ensemble de la ville à des ouvertures intempestives des bouches incendie. Cette situation ne manque pas d’interpeller bon nombre de riverains qui ne comprennent pas que soit laissé, parfois pendant plusieurs heures, un geyser d’eau s’élever sur plusieurs mètres de hauteur gaspillant ainsi des milliers de M3 d’eau.

Cette situation ne laisse bien sûr personne indifférent.

Ces bouches incendie ne sont pas sous la responsabilité des services municipaux.
Seuls les pompiers et la société « Véolia » sont autorisés à les ouvrir ou à les fermer.

Il n’existe pas de compteur d’eau au niveau de chaque bouche incendie. Le prix de la consommation est forfaitaire sur l’année et est compris dans le prix de la location annuelle fait par la ville des réseaux d’eau potable appartenant à la société « Véolia ».

Le fait que la consommation soit forfaitaire n’autorise pas pour autant à accepter le gaspillage d’eau produit par ces ouvertures sauvages effectuées par des personnes non autorisées et qui, à l’évidence, ne mesurent pas les conséquences de leur geste.

En France pour plus de deux millions de personnes l’accès à l’eau potable est un problème quotidien. Cela justifie que soit mené un travail de sensibilisation, d’information et de mobilisation pour faire reculer le gaspillage. Chacun, chacune d’entre nous peut y contribuer.

Les élus, les services municipaux interviennent dès qu’ils sont alertés ou qu’ils constatent l’ouverture intempestive des bouches incendie. Les délais d’intervention pour les refermer ne sont absolument pas satisfaisants.
Chacun comprend que les pompiers ont des priorités d’interventions plus importantes et des missions bien plus urgentes que de refermer les bouches incendie. Par contre la société « Véolia » devrait s’obliger à une plus grande efficacité dans ce domaine.

Eu égard à cette situation, la municipalité va affirmer avec plus de force ses exigences vis à vis de la société « Véolia » .

Par ailleurs, la municipalité va renforcer sa communication pour mieux sensibiliser les habitants et particulièrement celles et ceux qui se livrent à ces actes répréhensibles.

Chacune, chacun est encouragé à s’engager dans cette bataille de sensibilisation pour convaincre un maximum de nos proches, de nos collègues de travail, de nos voisins, de nos amis, que l’eau est un bien commun qui ne peut être gaspillée sans conséquence.

Gérard Del Monte

42 Messages

  • Il y a d’un côté ce gaspillage honteux et de l’autre des coupures d’eau quotidiennes pour factures impayées. Les "sans eau" (même provisoirement) sont en droit de ne pas comprendre !

    Répondre à ce message

    • Jouer avec les bouches d’incendie ne date pas de hier et ce n’est que lors des montées des températures que cette problèmatique refait surface.

      Tout le monde s’offusque de ces pertes d’eau et des incivilités associées, mais rien n’est fait.

      Alors il faut se poser la question de qui est véritablement le responsable de ces équipements publics.

      Le pompier est selon la loi l’unique utilisateur de ces appareils, et la collectivité en est l’unique propriétaire.
      Aux collectivités de répondre à cette problèmatique, à elles de trouver la solution, conjointement avec les services d’eau et les pompiers.

      Dans tous les cas, c’est le citoyen qui paie soit au travers de sa facture d’eau, soit au travers de ses impots les pertes d’eau, les dégradations et les sinistres générés.

      Uniquement accuser Veolia est un peu trop facile, il faut peut être se plonger dans les obligations et les devoirs de cet opérateur pour comprendre que la responsabilité de la bouche d’incendie dépend avant tout de la collectivité.

      Aux citoyens de savoir ce qu’ils souhaitent, et aux élus de prendre les décisions nécessaires pour que ces sinistres cessent.

      Répondre à ce message

  • ça coule pas de source Le 24 juillet 2014 à 10:20, par claire

    ah ! enfin quelqu’un qui explique. Vous attendez quoi pour distribuer ça dans toute la ville ?

    Répondre à ce message

    • Mettre fin au gaspi Le 24 juillet 2014 à 12:43

      L’explication est bonne , mais ça continue de couler dans les rues.... La question est de savoir comment mettre fin à ce gaspi d’eau potable ?

      Répondre à ce message

      • Perte d’eau qui serait bien utile ailleurs Le 24 juillet 2014 à 13:57, par Pompier de service

        Des milliers de M3, c’est un peu exagéré. Une borne incendie débite au maximum 120 M3 par heure.

        Répondre à ce message

        • Perte d’eau qui serait bien utile ailleurs Le 24 juillet 2014 à 14:37, par concombre masqué

          Une heure pour 120m3, oui, avec un temps de déversement qui dépasse souvent une heure, et l’opération répétée largement plus de 10 fois pendant l’été, les milliers de m3 sont bien là.

          Répondre à ce message

          • Réponse technique ? Le 24 juillet 2014 à 15:43, par Que d’eau que d’eau...

            Pourquoi Véolia n’installe pas un dispositif technique qui couperait l’eau au bout de dix minutes de fonctionnement de la bouche incendie ? Il y a quand même bien quelqu’un qui paye dans cette affaire et comme je ne crois pas trop à la générosité de Véolia...

            Répondre à ce message

            • Laxisme Le 24 juillet 2014 à 16:01, par Jean

              Pourquoi le phénomène n’existe qu’à Aubervilliers ? Réponse : à cause du laxisme des autorités.

              Répondre à ce message

            • Réponse technique ? Le 24 juillet 2014 à 16:02, par kikid’auber

              C’est à cause de cela que la pataugeoire du square STALINGRAD est fermée ?

              Les autres années c’etait tres populaire auprés des touts jeunes,mais peut être que la facture d’eau était salée.

              Répondre à ce message

              • Réponse technique ? Le 24 juillet 2014 à 17:04, par concombre masqué

                La pateaugoire du square Stalingrad fonctionnait il y a deux jours. Aujourd’hui, je ne sais pas, mais la mairie, service des espaces verts, pourra répondre je pense.

                Répondre à ce message

                • Réponse technique ? Le 24 juillet 2014 à 17:14, par kikid’auber

                  je passe tout les jours vers 13 heures dans le square donc c’est certainement plus tard dans l’après midi qu’elle doit fonctionner. Tant mieux pour les petits !

                  Répondre à ce message

  • Ouvertures sauvages des bouches incendie : un problème civique Le 24 juillet 2014 à 18:39, par désabusé

    Cette incivilité est voyante, mais au niveau des incivilités Aubervilliers est au top, il n’ya qu’à voir la faune qui traine dans nos rues.

    Répondre à ce message

    • Ouvertures sauvages des bouches incendie : un problème civique Le 24 juillet 2014 à 19:39, par Murielle

      Ne mélangeons pas tout, les incivilités existent à Aubervilliers et aussi ailleurs et il faut bien sûr réagir. L’ouverture des bouches incendie ne se réglera pas par de la répression mais d’abord par des explications pour sensibiliser sur les questions de l’eau. Par exemple faire connaître ce que dit l’Unicef qui rappelle que le manque d’eau potable, d’assainissement ou d’hygiène tue encore 4500 enfants de moins cinq ans chaque jour dans le monde. Toujours selon l’organisation, le simple fait de pouvoir se laver les mains avec de l’eau et du savon pourrait réduire la diarrhée morbide - seconde maladie la plus meurtrière chez les enfants - de 47 %. Je partage l’idée que c’est une question de civisme, il faut dialoguer, dialoguer et encore dialoguer avec ceux qui ouvrent les bouches incendie pour leur faire mesurer les conséquence de leur acte.

      Répondre à ce message

    • ’’ FLUCTUAT NEC MERGITUR ’’ . C’est la devise de la ville de Paris , mais pas (encore) celle d’AuberCITES ...Grace à la tenacité de notre gardien (voilà une profession qui mériterait une médaille présidentielle le 14 juillet !) , les POMPIERS ont enfin verrouillé fermement la bouche incendie de la r des Cités au bout de 3/4 semaines de flotte et de flottements côté Voirie et cie .
      Nous nous posons la question : faudra -t-il créer sa propre ’’milice’’ locale pour arriver à bout des ’’ sauvageons’’ et leurs nuisances qui nous empoisonnent la vie dans ce quartier Villette ( et ailleurs certainement ) ???

      Répondre à ce message

  • peut être qu’un peu de repression, à défaut d’education ne ferai pas de mal. Touchez au portefeuille des parents et vous verrez....
    D’autre part dans les parcs crées actuellement il n’y a aucun jet d’eau comme preconisé dans les rapports concernant l’urbanisme. Mais on me dira que ca coute cher. Combien coute le non entretien de ces dit parc ?

    Répondre à ce message

    • Ouvertures sauvages des bouches incendie : un problème civique Le 1er juillet 2015 à 17:06, par simple citoyen

      Curieux cette relance d’une affaire subie déjà l’an dernier.
      Aujourd’hui nous venons d’assister à une belle opération PARIS PLAGE sur la dalle Félix Faure (Place du 19 mars 1962 , appellation officielle !) avec les ouvertures intempestives de la bouche à incendie de la r des Cités depuis plusieurs jours .
      Mais peut-être pas au gout des riverains concernés par tout ce charivari...
      Qui a osé parler ici d’un ’’problème civique ’’ ?

      Répondre à ce message

    • Ouvertures sauvages des bouches incendie : un problème civique Le 3 juillet 2015 à 12:40, par kiki d’auber

      Je me suis aperçu ce matin que la grande pataugoire du square STALINGRAD ne fonctionnait pas ou avait été suprimée .
      Est-ce que c’est lié à ce qui se passe à La Villette ?

      Répondre à ce message

  • Ouvertures sauvages des bouches incendie : un problème civique Le 1er juillet 2015 à 19:25, par julien

    ouvertures intempestives de bouches incendie ont régulièrement lieu, la Ville réagit. Dans un communiqué la municipalité désigne le coupable en nommant Véolia et dit ne rien pouvoir faire donc pourquoi ne pas continuer à ouvrir les bouches incendie, c’est pas moi le responsable c’est l’autre. Lorsque Véolia sera à Aubervilliers leur intervention sera plus rapide !!!! Quand à l’explication du forfait un peu simpliste, les forfaits sont révisables.
    Mais au fait pourquoi tous ces garçons et filles autour des bouches incendie, les activités n’existent pas sur cette ville. Que font les services chargé de la jeunesse avec leurs élus respectifs.

    Répondre à ce message

    • Ouvertures sauvages des bouches incendie : un problème civique Le 2 juillet 2015 à 09:31, par simple citoyen

      Avec les nouveaux crédits d’Etat ANRU/2, nous proposons à la Municipalité la création d’une piscine officielle sous cette dalle tonitruante où gît un parking semi public que la nappe phréatique a noyé et condamné depuis des années .
      De quoi créer des emplois pour nos chomeurs et canaliser quelque peu cette étrange jeunesse surexcitée ...Merci aux élus .

      Répondre à ce message

  • Ouvertures sauvages des bouches incendie : un problème civique Le 3 juillet 2015 à 16:53, par De l’eau, de l’eau....

    Monsieur Le Maire,
    Je passe par ce site pour vous contacter car personne ne me donne de réponse à mon problème (je pense avoir fait le tour des services municipaux) : depuis lundi à partir de 16h 16h30, la pression de l’eau dans mon appartement devient de plus en faible et finalement JE N’AI PLUS D’EAU.
    Aujourd’hui 16h40 il n’y a plus d’eau. Dans la rue (Commune de Paris) deux piscines sont installées et l’eau coule à flot (sauf chez moi).
    Certe il fait chaud, certe c’est peut être extrêmement sympathique tous ces gens dans la rue qui jouent avec l’eau, cependant imaginez pour les autres il fait 38° on ne peut ni cuisiner, ni prendre de douche, ni se laver les mains, ni tirer la chasse d’eau. Il me semblait avoir entendu que l’eau était un droit pour tous !
    Demain c’est le week-end, il est probable que les bouches à incendie soient ouvertes beaucoup plus tôt je n’aurais donc pas d’eau samedi et dimanche comment je fais faire ?????
    Surtout dans la réponse ne me parlez pas de compteurs Veolia ou de réunion la semaine prochaine, moi je veux juste de l’eau le soir tous les jours chez moi et surtout demain et après-demain.
    MERCI

    Répondre à ce message

    • Ouvertures sauvages des bouches incendie : un problème civique Le 3 juillet 2015 à 17:35, par maitre toilier

      Pouvez-vous nous indiquer un moyen de vous contacter ?

      téléphone, mail, adresse postale en envoyant un mail à pcf.aubervilliers@wanadoo.fr

      Répondre à ce message

    • Ouvertures sauvages des bouches incendie : un problème civique Le 4 juillet 2015 à 00:42, par simple citoyen

      Cerise sur le gateau en cette fin de journée r des Cités , nous aussi nous avons eu une belle coupure d’eau durant 3 heures ,sans pouvoir savoir pourquoi , inutile d’appeler ,personne ne répond ;Heureusement aucune des tours concernées ( plus de 500 personnes) n’était en feu , parking y compris .
      Ultime cadeau :
      2ème nuit sans éclairage de la rue, les joyeux noctambules habituels vont adorer .
      C’’est peut-être le moment, chers citoyens , non de’’ prendre les armes’’ , mais de commencer ces leçons de ’’ civisme ’’ préconisées .Car nous voila complètement rassurés ,n’est ce pas ?

      Répondre à ce message

  • Le maire de Pantin a pris un arrêté avec amendes à la clef : jusqu’à 9000 euros. Qu’attend le "maire" d’Aubervilliers ? Que fait la police municipale ?

    Répondre à ce message

    • mr le maire d’aubervilliers et son adjoint qui était chez les verts ne répondent déja pas aux mails que nous leurs envoyons nous méme et notre syndic d’immeuble concernant les marchands de sommeil et les réparateurs qui désossent les voitures sur l’ensemble du fort alors n’espérons pas avoir un arrété de pris comme à pantin !!peut étre que l’eau est gratuite à aubervilliers

      Répondre à ce message

  • J,abite a avignon dans un quartier dit monclar tout les jours mes 3enfants vont c rafraîchir dans bonne d,incendies je c ke c pas normal de gaspiller l,eaux .mais moi je suis seul avec 4enfants au rsa et n,a aucune solution...c la france la seul responsable de c gaspillage il devrait avoir des structures, au des piscine accessibles pour nos enfants .ou les mairies propose des activités aux plus jeunes...

    Répondre à ce message

  • Ouvertures sauvages des bouches incendie : un problème civique Le 5 juillet 2015 à 09:50, par B. Boudet, militant associatif

    Ce communiqué de Pascal Beaudet s’imposait, il est tout à fait fondé. Sans tomber bien sur dans le racisme anti-jeunes, il me parait malsain que des gamins ou leurs aînés aient le sentiment que tout leur est permis, qu’on peut faire n’importe quoi, en toute impunité, sans encourir un minimum de sanctions, ni même sans se faire rappeler à l’ordre de façon ferme par les adultes présents.

    Le chahut autour des bouches à incendie donne lieu à des situations limites : des gosses (8/15 ans) ont ainsi agressé le bus 173, m’ a raconté un passager, ont frappé violemment les portes et réussi à les ouvrir, arrosé le conducteur, qui a réussi à éloigner le bus - les passagers sont tous descendus à l’arrêt suivant. Rue de la Commune, des adultes avec qui j’ai discuté, avaient hier mis en place une mini-piscine de taille assez importante (5/6 mètres de diamètre) grâce à l’eau de la bouche à incendie, dans laquelle se baignaient des gamins." La mairie ne fait rien pour nous, disaient-ils, alors on s’organise..."

    Une question se pose, et je n’ai pas la réponse : qui paie, en pareil cas ? Au-delà, il n’est pas admissible que des personnes âgées et fatiguées se trouvent face à des coupures d’eau, ce qui était le cas dans mon immeuble, parce que des gamins se défoulent dan la rue.

    Il serait grave que ces situations s’installent dans le temps (comme cela a été le cas par le passé ??). Or les intervenants institutionnels (Veolia, police municipale...) paraissent dépassés. Peut-être une solution possible : que des élus et des citoyens volontaires (dont je veux bien faire partie) aillent à la rencontre, en nombre, des jeunes et des adultes concernés et engagent avec eux un dialogue ferme et sans concessions. Cela vaudrait mieux que des réponses seulement répressives, qui risquent de s’imposer au final, si ces incivilités se prolongent.

    Bernard Boudet, militant associatif

    Répondre à ce message

  • ouverture des bouches incendie Le 22 juin à 23:57, par abdelkader

    Pourquoi la police ne filme t elle pas ce qui ouvre les bouche et ne leur donne t elle pas 1 amende

    Répondre à ce message

    • ouverture des bouches incendie Le 23 juin à 08:48, par kikid’auber

      Quelles sont les raisons et qui interdit à la Mairie d’Aubervilliers d’utiliser pour les bouches incendie le " Kit d’EauBer" qui etait prévu comme expliqué par la Maire dans son communiqué ?

      Répondre à ce message

      • ouverture des bouches incendie Le 24 juin à 12:56

        Polémique des bouches d’incendie : entre hypocrisie et mépris de classe

        Durant les quelques jours de canicule du mois de juin 2017, un millier de bouches d’incendie ont été ouvertes à Paris et en banlieue proche. Le scénario est toujours le même, des jeunes ou des moins jeunes crèvent de chaud, ils trouvent une bouche d’incendie dans une rue pas trop passante ou sur une place et l’ouvrent pour se rafraîchir.

        Si cette pratique est certes dangereuse du fait des risques d’électrocution et de manque d’eau en cas d’incendie, les réactions qu’elle entraîne dénotent une hypocrisie et un grand mépris de classe.

        Depuis quelques jours, les articles de presse traitant des ouvertures sauvages de bouches d’incendie sont de plus en nombreux. Tous sont accusateurs, pointent du doigt les dangers d’une telle pratique et le gaspillage d’eau qui en découle. Ainsi, au lieu de s’interroger sur les causes qui poussent des jeunes à ouvrir ces bouches d’incendie, la presse préfère les blâmer pour l’eau gaspillée et leur faire la morale sur les risques du manque d’eau pour les pompiers.

        Pire encore, l’État leur envoie des flics par dizaines, s’amusant à tirer au flashball et à balancer des grenades lacrymogènes en direction d’enfants comme ce fut le cas le 22 juin à Asnières-sur-Seine, en banlieue parisienne.

        La réaction de l’État ici est sans appel. Plutôt que de trouver des solutions pour aider les jeunes de quartiers défavorisés lors des épisodes caniculaires, on préfère les réprimer quand ils trouvent eux même des solutions. Il est assez hypocrite, risible et méprisant de la part de journalistes et autres politiques bien installés dans des bureaux climatisés de faire la morale à des jeunes vivant dans des quartiers où la majorité des habitants n’ont pas la clim. Il est pitoyable de voir l’État envoyer des flics payés à frapper sur des jeunes se rafraîchissant mais ne pas prendre la peine de rénover l’isolation des écoles, collèges, lycées et universités alors que, je n’en doute pas, les bureaux de l’Élysée, des ministères et des préfectures sont bien isolés et climatisés. Il est ridicule de voir l’État réprimer des jeunes cherchant tant bien que mal des solutions pour ne pas trop subir la chaleur plutôt que d’aménager des espaces verts qui réduiraient la pollution et de nouvelles piscines publiques qui permettraient de désengorger celles déjà existantes.
        La réaction de l’État et des journalistes est ici à l’image de leur mépris de classe et de leur indifférence à l’égard des quartiers populaires.

        Et pour cause, en 2003, lors de la grande vague caniculaire ayant fait 15 000 morts en France, la Seine-Saint-Denis, pourtant loin d’être le département le plus chaud de France, a été le second département à compter le plus de morts, à l’échelle nationale, la surmortalité a été de 60%, elle a été de 147% dans l’Essone, de 161% dans les Hauts-De-Seine, de 160% en Seine-Saint-Denis et de 171% dans le Val-De-Marne.
        Ces quatre départements ont en commun un fort taux de pauvreté, un grand nombre de quartiers populaires et une pollution de l’air supérieure à la moyenne nationale. Ainsi, les inégalités sociales, du fait des mauvaises conditions de vie qu’elles engendrent ont un effet sur la mortalité due à la canicule.

        Comme toujours, la recherche de solutions pérennes pour mettre à l’abri les populations les plus vulnérables lors des épisodes caniculaires passe après la volonté de mater les quartiers populaires et d’en stigmatiser les habitants avec des arguments aussi fallacieux que celui du gaspillage d’eau qui ne devient un problème que quand il est l’œuvre de populations pauvres mais qui n’en est pas un quand il s’agit de l’agriculture intensive et de l’industrie qui pourtant dépensent bien plus d’eau que ne pourront jamais en contenir toutes les bouches d’incendie du monde.

        Cette nouvelle polémique grossière a encore et toujours pour but d’occulter le vrai problème, celui de la pauvreté, celui des inégalités sociales, celui de la ghettoïsation, celui des inégalités de conditions de vie qui rend certaines populations plus vulnérables que d’autres lors des épisodes de grande chaleur.

        Journalistes et politicards qui nous font la morale depuis un bureau climatisé, vos paroles méprisantes et hypocrites n’ont aucune valeur.

        P.-S.
        Ce texte n’a pas vocation à encourager ou à légitimer l’ouverture sauvage de bouches d’incendie mais simplement de pointer du doigt l’hypocrisie du traitement politique et médiatique de cette pratique.

        Répondre à ce message

        • ouverture des bouches incendie Le 24 juin à 20:23

          Ce texte est très manichéen, un peu culpabilisant. On pourrait penser que parce qu’on est pauvre et de banlieue, on peut tout se permettre au mépris du vivre ensemble. Je crois que le parc de la Courneuve et la Villette ne sont pas loin. Il serait plutôt utile de se battre pour ouvrir des piscines, préserver ses espaces verts et de respirations plutôt que de gaspiller 60 piscines olympiques privant d’eau certains bâtiment et des écoles et de dégrader la vie de la majorité des habitants qui y habitent. Comme quoi, la maire avait raison de se battre pour une piscine olympique au fort d’Aubervilliers et de vouloir planter 500 arbres, voir pourquoi pas mettre sur certaines places des jeux d’eau.

          Répondre à ce message

          • ouverture des bouches incendie Le 26 juin à 22:09, par Pour un débat citoyen sur la gestion de l’eau

            Beaucoup de commentaires abordent la question de l’eau et très curieusement aucun n’évoque la question de la gestion publique de l’eau. Pourtant une pétition vient d’être lancée par le "collectif climat Aubervilliers" pour une gestion de l’eau véritablement au service des usagers et non plus des actionnaires de "Véolia". Le collectif souhaite que l’eau redevienne un bien commun.
            Les signataires demandent que les élus du conseil municipal se prononce pour que la municipalité s’engage à ouvrir un débat citoyen sur la gestion de l’eau dans notre ville. Ils réclament que la ville ne renouvelle pas son adhésion au "SEDIF" et s’engage immédiatement dans la construction d’une gestion publique de l’eau. Ils sollicitent la maire pour que soit réalisé une étude de faisabilité qui n’impliquerait pas de coût financier pour la ville car les études pourraient être prises en charge par "Eau Paris" qui est la première entreprise publique d’eau en France.
            La France est le berceau des multinationales de l’eau qui y règnent sans partage et font croître sans cesse le montant des factures des usagers. Les "Véolia, Suez/Lyonnaise des eaux, la SAUR", mènent leur politique de gestion de l’eau dans une totale opacité qui leur permet de pratiquer une tarification excessive sans véritable contrôle. A Aubervilliers les élus doivent prendre l’initiative d’ouvrir un débat citoyen sur cette question. Mme Derkaoui s’honorerait d’inscrire cette question à l’ordre du jour d’un prochain conseil municipal en y invitant des personnalités extérieurs, des experts, des représentant des syndicats, des associations de consommateurs et des usagers pour contribuer à ce que l’eau soit reconnue comme un bien commun. Il faut vite en fixer la date.

            Répondre à ce message

            • Gestion publique de l’eau. Help !!! Le 28 juin à 01:36, par cherche à comprendre

              Je n’avais jamais pensé à la distribution de l’eau, j’avais tort ! En plus comme il pleut les bouches d’incendie ne sont pas ouvertes, on va donc pouvoir y réfléchir sans s’énerver.
              Première conclusion, quand on commence à chercher rien n’est fait pour qu’on s’y retrouve, c’est très compliqué quand on n’y connait rien, c’est même franchement opaque.
              Ce que j’ai compris  : les communes ont les compétences eau et assainissement et elles peuvent assumer directement en régie la gestion de leurs services soit les transférer à une autre organisation genre communauté de commune, syndicat , entreprises spécialisée...qui aura la charge et la responsabilité de l’organiser. Jusque là ça va on suit. Si j’ai compris Aubervilliers (ou Plaine Co ?) ont adhéré au SEDIF (syndicat des eaux Ile de France) qui a confié la gestion du service public de l’eau à une multinationale Véolia.
              Ce que je n’ai pas trouvé ou pas compris :
              - Est-ce qu’Aubervilliers doit demander l’autorisation à Plaine Co de sortir du Sedif ou bien est-ce que les villes peuvent choisir individuellement ?
              - Apparement il y a une date butoir (très proche 2020 ??), la municipalité aurait donc plutôt intérêt à faire cette étude de faisabilité, afin de l’aider à prendre la bonne décision ?
              - Si oui, qu’est-ce qu’on attend ?
              - Les tarifs (compliqué à trouver) : Eau Paris : 3,4164 € m3 ; Aubervilliers : 4,2807 € m3, est-ce que ce sont les bons chiffres ?
              - Est-ce que c’est la gestion particulière de son eau pour Paris qui lui permet de mettre des fontaines un peu partout ?
              L’idée d’un débat citoyen serait à reprendre afin de permettre à tous de mieux comprendre les enjeux de la gestion publique de l’eau.

              Répondre à ce message

              • Gestion publique de l’eau ; nous sommes à l’heure des choix et du respect des engagements Le 28 juin à 14:29, par A l’heure des choix pour une gestion publique de l’eau

                L’association "Alliance Citoyenne d’Aubervilliers" se positionne pour une gestion publique de l’eau à Aubervilliers.

                A l’occasion de la campagne électorale des élections législatives Patrick Le Hyaric (candidat) et Anthony Daguet (premier adjoint) ont rencontré L’association ACA.

                Communiqué de presse : L’Alliance Citoyenne interpelle Patrick Le Hyaric et Anthony Daguet et obtient des engagements sur la gestion de l’eau à Aubervilliers.

                L’Alliance Citoyenne d’Aubervilliers a interpellé avec une quinzaine de ces membres, ce vendredi 26 mai à la Maladrerie, Monsieur Patrick le Hyaric, candidat aux élections législatives sur la 6e circonscription de Seine-Saint-Denis. Il était accompagné de monsieur Anthony Daguet, 1er adjoint au maire d’Aubervilliers et vice-président de l’office HLM.
                Les membres de l’Alliance Citoyenne ont dénoncé la hausse continue du prix du m3 d’eau, qui atteint 4,3 euros dans la commune alors qu’il n’est que de 3,4 euros pour les voisins parisiens. Cette différence de prix s’explique par le fait que Paris est en régie publique, contrairement à Aubervilliers dont l’eau est gérée par le SEDIF (syndicat de commune pour la gestion de l’eau en île de France), qui
                contractualise avec Veolia.
                Monsieur Le Hyaric a rappelé son attachement à une eau accessible à tous et au même prix à Aubervilliers comme à Paris. Il s’est engagé à se battre à l’Assemblée Nationale pour un meilleur service publique de l’eau.

                Sur Aubervilliers, Monsieur Le Hyaric et Monsieur Daguet se sont engagés vis à vis des habitants à interpeller Veolia sur les prix qu’ils pratiquent ainsi qu’à étudier la possibilité de sorti du SEDIF et de passer en régie publique, seul ou avec Eau de Paris, afin d’avoir une eau moins chère pour les habitants. Cela doit se matérialiser très prochainement par une interpellation du président de Plaine Commune par la mairie d’Aubervilliers.

                Monsieur Daguet a aussi fait des annonces concernant l’office HLM, qui est l’objet depuis plusieurs mois de mécontentements sur la gestion de l’eau. Monsieur Daguet a annoncé vouloir demander un gel des 20 euros mensuels de rééquilibrage exigés des habitants depuis l’été dernier, en attendant que toute la lumière soit faite sur les problèmes de facturation dont ont été victimes les locataires. Il a enfin annoncé des états généraux de l’office HLM impliquant les habitants.

                L’Alliance Citoyenne se félicite de ces annonces qui vont dans le bon sens mais reste pleinement mobilisée et vigilante concernant leur application concrète dans les prochaines semaines. Notre attention se portera particulièrement sur le Conseil municipal d’Aubervilliers, ainsi que sur le conseil d’administration de l’office. Nous veillerons à ce que les points évoqués aujourd’hui soient mis à l’ordre du jour de ces deux instances.
                L’Alliance Citoyenne poursuivra aussi ses interpellations dans le cadre des élections législatives.

                Répondre à ce message

                • Alliance Citoyenne d’Aubervilliers
                  Bonjour ! Ce soir, on s’est donné rendez- vous à la mairie avec les habitants du quartier pour interpeller les élus municipaux sur la question de l’eau à Aubervilliers. Plutôt qu’une ré-adhésion automatique au SEDIF, nous voulons que la question de l’eau soit posée au conseil municipal et que les habitants soient consultés. Le mètre cube d’eau ne devrait pas être plus cher à Aubervilliers qu’à Paris et les avantages et inconvénients des gestions publique et privée devrait être évalués. Voyons ce que les élus municipaux ont à dire sur ces questions ce soir à 18 heures à la mairie !

                  Répondre à ce message

              • Gestion publique de l’eau. Help !!! Le 28 juin à 15:09, par Question pour un "champion"

                1) Pas d’autorisation à demander. La sortie du SEDIF est possible mais le débat doit s’instaurer avec Plaine Commune qui dispose d’une majorité politique permettant de décider de s’engager vers une gestion publique de l’eau ? C’est une question de volonté politique et peut-être aussi de gros sous.
                2) Oui la ville devrait engager sans tarder une étude de faisabilité. Ne pas le faire c’est renoncer par avance à une gestion possible de gestion publique de l’eau.
                3) Le faire vite sans attendre c’est respecter les promesses faites par le 1er adjoint Anthony Daguet.
                4) Les différences de tarifs, c’est compliqué car très opaque mais vos chiffres semblent proche du réel.
                5) L’installation de fontaines ou autres dispositifs brumisateurs, douches vaporisateurs, etc... n’ont rien à voir la gestion publique de l’eau. L’installation de ces dispositifs relèvent de la seule décision de la maire. Rendre opérationnel ces dispositifs est attendu (et promis) depuis au moins 3 ans. Si rien n’est fait dans les semaines qui viennent, en 2018 les problèmes continueront comme en 2017, comme en 2016 et comme en 2015 et 2014.
                6) Le débat citoyen est incontournable. La maire devrait en prendre rapidement l’initiative. Il devrait s’appuyer sur des intervenant extérieurs et qualifiés, sur les associations de consommateurs et d’usagers, sur les représentants des partis politiques et des syndicats etc...

                Répondre à ce message

        • ouverture des bouches incendie Le 26 juin à 09:42, par Cinq ans à attendre que l’eau coule

          Il m’arrive d’être en colère pourtant je ne suis pas une personne méchante, je ne demande pas d’envoyer une milice policière contre les jeunes comme le laisse entendre le post du 24 juin : "Polémique des bouches d’incendie : entre hypocrisie et mépris de classe". Je ne comprend pas trop en quoi ouvrir les bouches d’incendie et privée pour le coup des dizaines de personnes d’eau mettrait à l’abri les populations les plus vulnérables. Je pense plutôt que les populations les plus vulnérables habitent des logements dont l’isolation climatique est inexistante (aussi bien pour le froid que pour le chaud) et qu’elle souffre de ne pas avoir d’eau chez elle.

          Pour moi une personne vulnérable est une personne âgée qui en hospitalisation à domicile attend l’infirmière qui ne peut pas lui faire sa toilette correctement parce qu’elle n’a pas d’eau. C’est un bébé qui à 39°5 de fièvre parce qu’il a été vacciné et auquel la maman ne peut pas donner un bain pour aider sa température à descendre ; Des exemples comme ça j’en ai des dizaines, des gens qui ne disent rien, des gens qu’on entend rarement, mais qui sont excédés et qui ne supportent plus les incompétences de la maire à traiter cette question comme beaucoup d’autres.

          Si la personne qui a écrit ce post était privée systématiquement d’eau entre 16h30 et 19h00 comme les locataires hlm de notre immeuble, elle verrait les choses autrement (je pense même qu’elle est elle aussi probablement un peu privilégiée).

          L’ouverture des bouches d’incendie a commencé la dernière année de la mandature de Jacques Salvator, elle a explosé la première année de Pascal Beaudet, pour se poursuivre et s’amplifier sous Mme Derkaoui, donc grosso modo depuis 2012.

          Cinq ans sans qu’aucune solution ne soit proposée. L’année dernière, j’étais à l’inauguration du Kit d’Eauber (journaliste, le Parisien, tournage d’une vidéo, interview des jeunes en bas de ma cité, communiqué aux habitants, etc, etc). M. Daguet ( premier adjoint de Mme Derkaoui) a parlé dans son discours d’installations de fontaines, de brumisateurs... et depuis... rien n’a changé à part des discours pour nous expliquer maintenant que c’est à l’État que revient la responsabilité de trouver la solution. De qui se moque t-on ?

          On nous a menti en nous laissant entendre en 2014 que l’eau n’était pas facturée aux collectivités, maintenant on nous dit qu’elle sera facturée aux collectivités 4€ le m3, avec tout cet argent qui va partir à l’égout, je pense que depuis cinq ans, on aurait pu les installer les brumisateurs, fontaines, mur d’eau...

          J’en ai marre des donneurs de leçons, la personne qui a écrit se post ne sort pas de chez elle ou n’habite pas Aubervilliers, les bouches d’incendie ne sont pas ouvertes dans des rues peu passantes, il parle d’aménagement d’espaces verts, mais la faute à qui si dès qu’une parcelle de terrain se libère à Aubervilliers un ensemble immobilier est projeté ? Que peut nous dire Mme Derkaoui sur les promoteurs et les permis de construire qu’elle accepte ? Quant à l’opinion des journalistes sur la banlieue, on sait tous très bien que le but est de faire du buzz.

          J’ai hésité à vous mettre un commentaire, à quoi bon... Je suis résignée, personne ne fera rien et je n’attends plus rien des élus qui sont loin de nos préoccupations et bien à l’abri dans leurs bureaux climatisés alors que nous, nous restons sans eau chaque soir de 16h30 à 19h00, « vivement l’hiver ».

          Une dernière chose "un arrêté de catastrophe naturelle", c’est fort mais c’est n’importe quoi. ça laisse sous entendre que nos jeunes sont capables de provoquer des catastrophes naturelles, ils sont inventifs mais quand même, c’est encore pire que ce que disent les journalistes, je rigole là..., nos politiques locaux tombent dans la démesure verbale.

          Répondre à ce message

      • ouverture des bouches incendie Le 25 juin à 20:47, par Stop à com-baratin

        Les ouvertures sauvages de bornes incendie ça fait des années que ça dure. Aujourd’hui les élus se justifient en faisant de la com et rien de plus. Tout le monde sait que la réponse unique n’est pas la répression que personne n’est en capacité d’appliquer. Il ne sert pas à grand chose de faire des conférence de presse qui n’aboutissent à rien. Tenter de rendre l’État responsable est stupide et il a fallu plus de cinq ans pour arriver à cette conclusion. Des mesures techniques qui prennent en compte la canicule sont possibles comme par exemple installer dans plusieurs endroits de la ville des "douches vaporisateurs", c’est facile à mettre en œuvre et ça coûterait bien moins chère que le gaspillage d’eau avec le débit extraordinaire des bouches incendie. Décider dans la précipitation de la gratuité de la piscine ne règle pas grand chose sauf à mettre un bazar monstre ingérable parce que non préparé et aucunement accompagné. En période de canicule quand l’entrée de la piscine est payante c’est déjà surchargé, alors décider sans réfléchir de la gratuité c’est encore de la com. Une telle mesure serait bonne si elle était accompagnée par une organisation efficace avec plus de maîtres nageurs, d’animateurs, de service d’ordre et en instaurant des crénaux horaires limités en contrôlant les utilisateurs avec des bracelets de couleurs différentes en fonction des plages horaires. Toutes choses que des villes ont mis en place pour éviter la panique d’Aubervilliers, on est parfois au bord de l’incompétence. D’autres mesures seraient aussi nécessaires comme par exemple l’extension des horaires d’ouvertures de la piscine. Après, pour les bornes incendie comment justifier que depuis cinq ans on n’ai rien trouvé techniquement ? Il existe pourtant des dispositifs qui limitent fortement le débit en cas d’ouvertures intempestives, au lieu de perdre du temps en conférence de presse allez donc voir là où ça existe, ça coûte moins de cinq cent euros par borne et là pour le coup demandez à l État et à Véolia de participer aux côté de la ville.

        Répondre à ce message

      • ouverture des bouches incendie Le 25 juin à 22:42, par C’est la cata

        Journal Le Parisien (conférence de presse) : "L’état doit prendre ses responsabilités et doit nous déclarer en situation de catastrophe naturelle », s’enflamme Mériem Derkaoui.
        Catastrophe naturelle rien que ça ! il serait temps que Mme la maire mesure ses propos, se calme et arrête de fumer la moquette.

        Répondre à ce message

  • Faut sortir un peu. Ce problème existe dans toute la banlieue parisienne et même à Paris. 60 piscine olympique en région parisienne ; Dans l’agglomerations lilloise, 30 piscines olympiques ont été gaspillé. Ce serait un problème qui se situe seulement à Aubervilliers, on pourrait dire que c’est la faute de la maire mais il est beaucoup plus large qu’à Aubervilliers. Et je ne crois pas que ce soit la faute de tous les maires. Taper sur les maires qui dénoncent alors que beaucoup de maire ne disent rien me semble contreproductif. Il me semble qu’il faut plutôt l’encourager à ce que les autorisations soient donné pour le kit d’Auber, de construire une autre piscine, que le prefet donne des ordres à la police d’être présente et que l’état permettent de mettre des dispositif plus sécurisant permettant d’éviter des ouvertures intenpestives. La maire n’a pas le droit de changer les ouvertures des bouches à incendie. Ce sont des décisions de l’Etat. Et je ne crois pas que ce soit la faute de tous les maires l’ouverture des geysers mais bien de l’Etat. Voir article des echos. https://www.lesechos.fr/industrie-s...

    Sinon, pourquoi la prefecture ne donne pas les autorisations pour le kitauber ?

    Répondre à ce message

  • Les amendes ne marchent pas à Pantin car pour mettre des amendes il faut que la police mettent des amendes. Et si il n’y a pas de police, pas d’amendes. Les amendes c’est aussi de la com’ car passant par Pantin, c’est aussi le bordel. Et vu qu’il ferme les commissariats.

    Répondre à ce message

  • Ouvertures sauvages des bouches incendie : un problème civique Le 26 juin à 14:47, par Il y a urgence à ne rien faire

    Privilégier exclusivement l’intervention de la police est voué à l’échec. Dans toutes les villes les maires un peu sérieux et efficaces l’ont compris. La solution passe par des mesures d’accompagnement, de sensibilisation et surtout par la mise en œuvre de dispositifs du type brumisateurs, fontaines, douches vaporisateurs, etc... plus une ouverture plus importante du centre nautique avec du personnel en conséquence. Tel que le problème semble avancer, rdv l’année prochaine avec les mêmes questions toujours sans réponse.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article