14 juillet

Célébrons ensemble le peuple qui prend en main son destin

jeudi 10 juillet 2014

Les communistes d’Aubervilliers saluent les participants à la fête du 14 juillet 2014. Cette fête constitue le second rendez-vous populaire à Aubervilliers après la fête de la ville et des associations depuis les élections municipales et européennes de cette année.

Ces deux élections ont été marquées par la victoire à la municipale de la liste conduite par Pascal Beaudet constituée de candidat-e-s présenté-e-s par le Parti communiste et ses partenaires au sein du Front de Gauche (Parti de Gauche et Ensemble), la Gauche communiste ainsi que des candidat-e-s issu-e-s de la vie associative locale , et par la réélection au Parlement européen de Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité, tête de liste Front de Gauche en Ile-de-France, arrivé en tête de tous les candidats dans notre ville. Ils sont désormais à la tâche pour que l’on vive mieux à Aubervilliers et pour combattre les politiques austéritaires à Bruxelles et Strasbourg.

Cette célébration du 14 juillet est un moment de fête populaire à juste raison. Elle nous rappelle en premier lieu que c’est le peuple de Paris et de ses faubourgs qui monta à l’assaut de la Bastille, prison forteresse, symbole de l’absolutisme royal, gardien des privilèges aristocratiques, et qu’il ouvrait ainsi la voie à la Révolution Française.

Il reste tant de Bastilles à prendre

A l’heure ou le gouvernement socialiste de Valls et Hollande, largement discrédité, multiplie les marques de soumission aux puissances financières et au Medef, imposant des sacrifices de plus en plus insupportables et injustes aux classes populaires, tout en agitant la fiction d’un dialogue social qu’il bafoue, il est bon de fêter la puissance libératrice du peuple.

Alors que le ministre M. Sapin, se comporte en zélé VRP du patronat ( dans une récente déclaration il affirme doctement : « Notre amie c’est la finance, la bonne finance ») il est bon de rappeler que c’est le peuple qui fait l’histoire. Et que la politique de notre pays ne saurait se décider à la corbeille (la bourse) ainsi que le dénonçait fortement le Général de Gaulle.

Aujourd’hui, la devise républicaine « Liberté – Egalité - Fraternité » qui exprime l’idéal de notre révolution, reste pour une large part à réaliser. Et si une Bastille de pierre est tombée, d’autres bastilles sont à prendre, celles des injustices et violences sociales, de la toute puissance de la finance, celle des discriminations et des dominations de tous ordres en France, en Europe et dans le monde.

Nous refusons la confusion des idées et des symboles

Le gouvernement à voulu faire de ce 14 juillet 2014, l’occasion du lancement des commémorations de la guerre de 14/18, dite « la grande guerre » et du même coup de l’union nationale, on disait alors « l’union sacrée », qu’elle avait suscité chez les cadres politiques. (François Hollande à d’ailleurs voulu faire le même usage du Mondial de football derrière les Bleus). C’est à nos yeux une mauvaise décision qui mêle dans la confusion des idées et des sentiments, la Nation debout et enfin souveraine de 1789 et l’engagement contraint de la jeunesse de France et de son empire colonial dans ce qui sera la plus grande boucherie des temps modernes, une boucherie dont seuls les marchands de canons, les grands industriels, les capitalistes du monde entier tireront les profits. A l’opposé du nationalisme étroit et belliciste qui jeta en 1914 les peuples les uns contre les autres, la Révolution française a voulu inaugurer le temps des valeurs universelles de justice, de liberté et de fraternité et faire de chaque citoyen du monde épris de ces idéaux un citoyen de France. Nous ne mélangeons pas les genres.

Encore une fois droite et extrême-droite se couvrent de honte

A cet égard, comment accepter qu’en cet été 2014, des voix venant de l’extrême-droite et de la droite se soient élevées pour dénier à l’Algérie la légitimité d’être sous quelque forme que ce soit, lors de ces commémorations, parmi les représentants des nations engagées dans le conflit mondial. Pourtant, 173 000 de ses fils ont été jetés sur tous les fronts et 23 000 d’entre eux furent tués. Et nous nous souviendrons également que la ponction de sang effectuée par le gouvernement français durant cette guerre sur les peuples colonisés fut de 85 000 morts sur 390 000 mobilisés. Honte au Front national, honte à celles et ceux qui lui emboitent le pas pour insulter leur mémoire.

Le triste bilan de cet affrontement mondial fut rappelons-le de 18,6 millions de tués (dont 8,9 millions de civils) et de 21,229 millions de blessés dont plusieurs millions atrocement mutilés.
La France comptera 1,67 millions de tués dont 300 000 civils et 4,266 millions de blessés.

Aussi, la seule manière de commémorer la première guerre mondiale c’est de rendre hommage à la mémoire des sacrifiés de 14/18, et d’agir inlassablement pour la paix partout où elle est bafouée ou menacée.

La Paix en Palestine exige l’engagement de tous les peuples

Depuis des jours, on assiste une nouvelle fois au déchaînement de l’armée israélienne, son aviation, ses chars, contre la population de Gaza, multipliant les victimes dans la population, détruisant les maisons. Tout indique au moment où ces lignes sont écrites, qu’une offensive terrestre plus meurtrière encore se prépare. Certes, nous réprouvons les actes qu’elle prétend ainsi combattre, mais ils ne sauraient justifier ce déchaînement de violence aveugle. Nous appelons le gouvernement français à condamner fermement les bombardements sur Gaza et la répression, véritable punition collective qui frappe la population palestinienne. L’ensemble des Etats qui constituent la communauté internationale doit s’opposer avec fermeté à l’escalade monstrueuse qui est en cours et tout faire pour stopper la guerre en prenant les mesures dissuasives qui s’imposent.

Vous êtes les bienvenus sur notre stand

Ce 13 juillet, les communistes d’Aubervilliers sont présents comme chaque année pour la fête nationale. Notre stand vous invite à la discussion libre et fraternelle avec les militants, avec vos élus, autour d’un rafraichissement, en goûtant l’incontournable brochette-frites de son menu.

Vous pourrez également vous procurer les vignettes de la fête de l’Humanité qui se déroulera les 12 – 13 et 14 septembre au Parc départemental Georges Valbon de La Courneuve.

Prix de la vignette 21 euros donnant droit à l’entrée et à tous les spectacles durant les 3 jours.

Vous y êtes les bienvenus.