Indemnités des élus : clarté et transparence

mardi 6 mai 2014

Le vote des indemnités des élus donne généralement lieu à des commentaires dont les fondements s’éloignent souvent des réalités. Quelques précisions ne sont pas forcément inutiles...

Le conseil municipal du 5 avril 2014 a délibéré sur les indemnités versées aux élus au titre de leur mandat. L’enveloppe totale correspond à ce qui est défini par la loi et est identique à l’enveloppe votée sous la mandature de Jacques Salvator.

Ainsi, le maire perçoit une indemnité mensuelle de 4180,36 euros, chacun des adjoints 2349,03 euros, les conseillers municipaux délégués 330,73 euros et les conseillers municipaux 165,36 euros. Ces montants représentent une indemnisation brute. Il s’agit de montants dont il faut retrancher les cotisations sociales pour avoir l’indemnisation nette.

Respecter la loi en refusant l’arbitraire

On constate que la délibération a le mérite de la clarté, là où lors du mandat précédent (2008-2014) on a pu déplorer des répartitions folkloriques et peu conformes à la rigueur que les administrés peuvent attendre de l’utilisation des deniers publics aux fins d’indemnisation de l’activité des élus.

A tel point que le tribunal administratif avait condamné la municipalité conduite par Jacques Salvator à délibérer de nouveau pour se mettre en conformité avec la loi. Au delà du caractère incompréhensible de la répartition, certains élus sans délégation (en l’occurrence les conseillers municipaux de la majorité socialiste) percevaient une indemnité alors que d’autres, curieusement ceux de l’opposition n’en percevaient pas ! C’est sur ce point que le tribunal avait condamné la Ville alors dirigée par Jacques Salvator.

Invoquant le principe d’égalité, le tribunal avait même obligé les élus socialistes ayant indûment bénéficié d’indemnités, à rembourser. Cela ne s’était pas fait sans grincement de dents, amenant même le maire de l’époque à réduire son indemnité pour pouvoir pour tenir des engagements financiers pris à l’égard de certains élus de sa majorité.

C’est dire que l’opposition socialiste, qui par ailleurs bénéficie aujourd’hui des dispositions pour lesquelles le groupe alors présidé par Pascal Beaudet s’était battu lors du précédent mandat, est bien mal placée pour critiquer la délibération proposée et votée lors du dernier conseil municipal.

La réalité de l’utilisation des indemnités

Notons simplement que les indemnités d’élus sont destinées à compenser le manque à gagner des élus, souvent amenés à réduire et parfois cesser leur activité professionnelle pour exercer leur mandat. De même, l’activité politique du groupe et du parti auxquels ils appartiennent nécessite des moyens notamment en matière de fonctionnement et d’information. On sait par exemple que les élus du PCF travaillent dans la transparence avec leurs partenaires pour une solidarité qui permette la mutualisation d’une partie de ces indemnités afin à la fois de compenser une indemnisation insuffisante pour certains d’entre eux et assurer les moyens de mener des initiatives et l’information indispensable sur l’action qui est la leur.

Ces pratiques sont connues et apparaissent dans les comptes des formations politiques qui sont publics. Il n’y a lieu ni de polémiquer, ni de fantasmer. Le maire est tenu à une déclaration de patrimoine en début de mandat et au terme de celui-ci. Ce n’est pas la première fois que Pascal Beaudet s’y soumet, ayant été maire de 2003 à 2008 ainsi que vice-président de Plaine-Commune. Tout comme Jacques Salvator pour la mandature 2008-2014.

S’il y avait irrégularité, on se doute bien que le PS local aurait intenté une action en justice,comme il avait pris l’habitude de le faire avec le succès qu’on a vu, y compris avec l’argent du contribuable...

Eric Plée

37 Messages

  • La meilleure défense, c’est l’attaque pensait on au PS. Et la encore, le boomerang lui revient en plaine figure. Comme d’hab... Comme si les 800 voix d’écart ne lui avaient pas suffit...

    Répondre à ce message

  • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 7 mai 2014 à 12:29, par Sceptique

    Malgré l’aisance linguistique évidente de l’auteur, le verbage que contient cet article ne suffira pas à effacer l’incompréhension qui a été celle des Albertivillariens à la suite de cette augmentation incompréhensible d’indemnités. Compenser un salaire perdu, oui ; mais combien ? pourquoi ? Rien dans cet article ne l’explique.

    Et, pardonnez mon ignorance, mais j’éprouve toujours quelques difficultés à comprendre pourquoi ce sont les contribuables qui doivent financer la communication et l’action du PCF, alors que le parti bénéficie déjà d’une subvention publique ?

    Répondre à ce message

    • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 7 mai 2014 à 16:04, par Poisson Rouge

      1) Qu’on arrête avec cette histoire d’augmentation : Pascal Beaudet a la même indemnité que Jacques Salvator, du moins avant que celui-ci ne doive la baisser afin d’honorer ses engagements auprès de ses colistiers.

      2) Pascal Beaudet n’aurait pas été élu sans l’appui logistique du PCF. Il est donc naturel qu’il reverse tout ou partie de son indemnité à son parti. C’est même plutôt sain : les indemnités des élus communistes ne contribuent pas à de l’enrichissement personnel.

      3) Que vous trouviez que cette façon de financer un parti soit discutable, soit. Mais le PCF est un parti utile à la vie politique de la France. Il ne bénéficie pas des mêmes facilités de communication que les autres partis (UMP, PS et FN) car ses dirigeants ne sont quasiment jamais invités dans les grands médias. Donc, s’il veut pouvoir se faire entendre, il doit disposer d’un financement correct. Le PCF fonctionne avec les reversions de ses élus, les adhésions de ses membres, etc... Honnêtement, on trouve bien pire ailleurs !

      Répondre à ce message

      • 1) "Qu’on arrête", tonna-t-il d’un ton indiscutable. Je pense avoir passé l’âge pour que l’on me dicte les sujets sur lesquels s’exprimer ; rester au même salaire que Salvator aurait eu du sens à une époque aussi difficile.

        2) Il reverse ce qu’il veut à qu’il veut, mais on paie déjà assez d’impôts pour apprendre que ceux-ci servent à une formation politique et non à l’intérêt général.

        3) Le PCF est un parti utile à la vie politique. Et alors ? Quel rapport avec le fait d’augmenter son salaire pour reverser l’argent du contribuable à un parti ?
        Les partis ont déjà un mode de financement par les adhérents et les subventions publiques, par ailleurs.

        Répondre à ce message

        • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 8 mai 2014 à 22:39, par Poisson Rouge

          Visiblement, vous préférez taper sur les élus qui redistribuent leur indemnité plutôt que sur ceux qui la gardent pour eux...

          Répondre à ce message

        • Salvator 2008 : indemnité de maire (même diminuée) + indemnité vice-président Plaine Commune + assedic 1400 euros (perte des piges effectuées pour le PS), ça fait pas mal ça ! Non ? Y’en a qui feraient mieux de balayer devant leur porte...

          Répondre à ce message

          • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 9 mai 2014 à 20:54, par Laloi

            Merci de nous rappeler que Salvator ET Beaudet sont des profiteurs

            Répondre à ce message

          • L’indemnité chômage est un droit social pour lequel le salarié cotise en partie. Vous êtes contre ? C’est d’autant moins de pris sur le budget de la commune. Tous les arguments ne se valent pas, même devant sa porte !

            Répondre à ce message

            • Qui vous a dit que j’étais contre une indemnité chômage ? J’ai lu le titre de l’article qui dit : "clarté et transparence". Je vais au bout de la logique en citant les éléments de rémunération de l’ancien maire. Point barre.

              Répondre à ce message

            • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 9 mai 2014 à 23:13, par Laloi

              Mais fermez-là. Il n’y a que les élus qui peuvent toucher les allocations chômages tout en percevant un salaire. Ils n’ont pas l’habitude de pointer en fin de mois sur le site de Pôle Emploi. Si on est un citoyen lambda et qu’on oublie de le faire, on est radié, on nous coupe les vivre et on n’a que nos yeux pour pleurer. Pas la peine de venir faire la leçon gauchiste "je suis d’accord avec vous, ce n’est pas normal de couper les vivre pour avoir seulement oublier de pointer, on va changer ça". Ce sont les socialistes qui dirigent la France, et c’est pire que sous Sarkozy. Merci bande d’.....

              Répondre à ce message

              • Vous avez raison M. Laloi. L’indemnisation chômage devarait être :
                1/ Plafonnée à un niveau maximaum décent. On se souvient des joueurs de foot de Bordeaus qui à une époqe avaient perçu 250 000 francs de chômage par mois (eh oui, en francs) quand leur club avait été en cessament de paeiment.
                2/ Conditionnée en fonction d’autres revenus, notamment du capital ou d’indemnisation électives.

                Répondre à ce message

              • Laloi n’y connait décidément rien : les élus ne perçoivent aucun salaire mais des indemnités faites pour compenser la partie de salaire perdue pour cause d’activité liée à un mandat.

                La perception d’indemnités et d’allocations comme d’indemnités et de salaire est donc complètement normale sauf à vouloir faire des élus des professionnels et la fonction un métier.

                Mais tout ça n’excuse en rien l’augmentation de 60% des indemnités de Pascal Beaudet et ses explications foireuses en conseil.

                Répondre à ce message

                • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 10 mai 2014 à 09:48, par Laloi

                  Mais je vous avais dit de la fermer ! 4000€ par mois, vous appelez ça une indemnité ? Je connais très bien la situation des élus et leurs privilèges. Je choisis les mots qui décrivent la situation, pas le jargon technique.

                  Au fait, vous êtes membre du parti socialiste ?

                  Répondre à ce message

                • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 10 mai 2014 à 14:21, par Laloi

                  J’espère trouver un mandat de mécanicien auto pour percevoir des indemnités qui vont compenser la perte de salaire de mon métier de plombier.

                  Je sais que vous voulez toujours avoir le dernier le mot, mais encore faut-il ne pas raconter n’importe quoi.

                  Répondre à ce message

          • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 10 mai 2014 à 02:19, par Paranoïa

            Bonjour Monsieur,

            Je ne suis pas absolument pas socialiste, pourquoi dites-vous cela ? Je suis tout à fait à même de critiquer la gestion de m. Salvator, mais ici nous parlions de Pascal Beaudet.

            Répondre à ce message

      • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 23 mai 2014 à 18:47, par Mohand

        Le parti fonctionne aussi avec son journal l’HUmanité amplement financé par l’état. On parle de 18 millions d’euros, il me semble.

        Répondre à ce message

  • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 7 mai 2014 à 15:06, par A côté

    A ma connaissance, le PS ne parle pas d’irrégularités mais de hausse de 60% de l’indemnité du maire (dont il a expliqué lui même en conseil la raison : financer son parti, le PCF). Vous n’en dites absolument rien.

    Le PS pointe également la faiblesse des indemnités des conseillers municipaux délégués notamment en charge du social et du commerce. Vous le relevez, ces indemnités doivent compenser la perte de salaire elle-même due aux absences au travail. Clairement, ces élus n’auront guère la possibilité de se consacrer réellement à leur délégation pourtant essentielle pour une ville comme Aubervilliers.

    Bref, vous répondez ce qui vous arrange et c’est à côté.

    Répondre à ce message

  • Une augmentation pour compenser le salaire perdu, je veux bien, mais vous oubliez ce que gagne un professeur des écoles ; "2996" bruts maximum après 30 ans de bons et loyaux services à l’éducation nationale. Et puis, il ne touche rien comme vice-président de la communauté des communes ni comme conseiller général, ce qui est le cas de notre maire qui même s’il reverse au Parti s’en même quand même à gauche…S’augmenter dès le premier Conseil municipal est très mal venu, il faut d’abord faire ses preuves, montrer qu’on peut remonter cette ville . Pourquoi la deuxième ville la plus pauvre de France devrait se saigner pour le PCF et son représentant local qui nie farouchement "Concernant les rumeurs sur mes indemnités, comme vous vous en doutez, elles sont totalement infondées" dit-il, mais nous ne sommes pas des ânes, nous savons compter…Quel déception dès le premier mois, moi qui croyais qu’il avait changé, que la claque de 2008 lui avait remis les idées en place.

    Répondre à ce message

    • Indemnités des élus : clarté, transparence et grosse déception Le 20 mai 2014 à 13:49, par kikid’auber

      Il me semble que Pascal Beaudet n’était pas entre les années 2008 et 2014 professeur des écoles.

      Ayant été Maire entre 2002 et 2008 et donc ayant acquis certaines compétences et acquis conformément à la loi, il put lorsqu’il fut repris entre 2008 et 2014 par l’Education Nationale être nommé chargé de relations avec les municipalités.

      C’est donc qu’il émargeait comme cadre de l’Education Nationale ce qui explique qu’il devait percevoir entre 2008 et 2014 un salaire de plus de 4000 €uros brut.

      Cette loi d’ailleurs a permis à certains ministres ou députés de devenir avocat sans avoir fait des études de droit.

      Je pense que d’autres sur ce blog pourraient apporter plus de précisions.

      Répondre à ce message

  • Une augmentation pour compenser le salaire perdu, je veux bien, mais vous oubliez ce que gagne un professeur des écoles ; "2996" bruts maximum après 30 ans de bons et loyaux services à l’éducation nationale. Et puis, il ne touche rien comme vice-président de la communauté des communes ni comme conseiller général, ce qui est le cas de notre maire qui même s’il reverse au Parti s’en même quand même à gauche…S’augmenter dès le premier Conseil municipal est très mal venu, il faut d’abord faire ses preuves, montrer qu’on peut remonter cette ville . Pourquoi la deuxième ville la plus pauvre de France devrait se saigner pour le PCF et son représentant local qui nie farouchement "Concernant les rumeurs sur mes indemnités, comme vous vous en doutez, elles sont totalement infondées" dit-il, mais nous ne sommes pas des ânes, nous savons compter…Quel déception dès le premier mois, moi qui croyais qu’il avait changé, que la claque de 2008 lui avait remis les idées en place.

    Répondre à ce message

  • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 20 mai 2014 à 19:47, par samos

    blablabla la claque de 2008 ! et l upercut de 2014 !!!!
    t en dit quoi ??si les gens on votez beaudet c qu ils
    se sont rendu compte qu ils avaient comis une
    grosse erreur en 2008 et oui c comme sa mais
    t en fait pas tu t en remetera un jour en atendent
    sa fait a peine un moi et demie qu il et revenu
    avec 800 voix d ecart laisson lui le temp de regler
    les tonnes de probleme que lui a laisser l equipe
    sortante apres on en reparle d ici quelque semaine
    et pour cette histoir d indemniter c legal point
    on referme la parenthese . :)))

    Répondre à ce message

    • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 22 mai 2014 à 08:43, par Anna Alter

      Mais non,si on a voté Beaudet, c’est parce qu’il n’y avait pas le choix, les illusions s’étaient évanouies et on pensait qu’un aller-retour réveillerait la classe politique…Mais ça commence mal !

      Répondre à ce message

    • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 22 mai 2014 à 08:54, par Anna Alter

      Mais non,si on a voté Beaudet, c’est parce qu’il n’y avait pas le choix, les illusions s’étaient évanouies et on pensait qu’un aller-retour les réveillerait, que vous aviez tiré des leçons de l’Histoire….Mais ça commence mal !

      Répondre à ce message

      • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 22 mai 2014 à 22:20, par samos

        il faut simplement lui laisser le temp d agir il n est pas
        magicien il peu pas refaire le monde en un mois et demie
        tu dit on a votez pour lui par depit ne dit pas on dit
        j ai .parle pour toi moi personelement j ai votez pour
        lui par convicion et je suis sur qu il y arivera mais avec
        le temp pour redresser la ville sa va prendre des mois
        voir des annee c comme sa.par contre il y a certaine
        chose qu il pouras regler dans les semaine a venir
        laisson lui le temp il va y arriver.

        Répondre à ce message

  • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 22 mai 2014 à 03:25, par accordpasaccord

    Que BEAUDET touche 4100 euros comme maire est normal.

    Par contre, je ne trouve pas normal que :
    1) les conseillers délégués touchent 330 euros soit 2000 euros de moins qu’un maire adjoint. Voulons-nous des délégations low-cost ?
    2) MOLINO avec le nombre de déléguations devrait gagner bien plus que les autres maire adjoints.

    Un citoyen engagé dans le respect de la vie politique de sa ville.

    Répondre à ce message

    • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 22 mai 2014 à 22:32, par samos

      quand on fait de la politique c par conviccion il touche
      330euro mais il on un travail et un salaire en plus de c
      330euro
      maitenant s il trouve que c trop peu qu il passe devant
      pole emploi il veron qu il on de la chance de toucher
      cette imdemniter ou si c que pour c meme idemniter
      qu ils se sont mis dans la politique locale qu il demissione
      personne leur en voudra
      par un habitant d aubervilliers qui et nait a la roseraie
      qui aime sa ville qui milite benevolement et qui ne compte
      pas c et heure et ecouter et essayer d aider les gens de sa
      ville comme il peu merci ;)))

      Répondre à ce message

      • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 23 mai 2014 à 02:34, par accordpasaccord

        En réponse à @samos
        Je suis d’accord avec toi qu’on fait de la politique par conviction.

        Cependant, si tu es un conseiller municipal délégué tu dois y passer 2 à 3 jours par semaine et donc imputer sur ton temps de travail donc tu peux perdre un partie non négligeable de ton salaire.
        On ne vit pas d’amour et d’eau fraiche, et la vie est de plus en plus chère.

        Pour moi, un conseiller délégué devrait gagner autour de 800 euros ce qui serait plus raisonnable.

        Si chaque maire adjoint gagnait 130 euros de moins par mois.
        Cela fait 130 euros x 18 maire adjoints = 2340 euros.
        Tu as 5 conseillers délégués d’où 2340 / 5 = 468 euros
        avec les 330 euros, tu arriverais quasiment à 800 euros par conseiller délégué.

        Mais c’est mon point vue.

        Répondre à ce message

    • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 26 mai 2014 à 11:56, par Alter Anna

      Mais Beaudet ne touche pas seulement ses indemnités de maire, il a aussi 2756 de vice président de la communauté des communes et autant comme conseiller général d’Aubervilliers du canton est. C’est pour cela qu’il n’y avait pas d’urgence à s’augmenter, et s’il avait envie de reverser au PC, il avait de quoi. Dans une ville où le revenu médian par ménage est de 1753 euros par mois, prendre des indemnités pareilles me paraît indécent. Sans compter que sa compagne Sophie Ralite travaille aussi, le ménage n’est donc pas dans le besoin. Je pensais, bêtement, qu’il avait d’autres motivations que l’argent. Ajouter en plus des petits mensonges en prétendant que ce sont des "rumeurs" donne un bilan du premier mois d’exercice assez lourd.

      Répondre à ce message

      • Madame ALTER fait semblant de ne pas savoir que Pascal Beaudet ne s’est pas augmenté par rapport à Jacques Salvator car, alors que JS reversait une part de son indemnité à un maire adjoint, PB fait la même chose en reversant la totalité de ses indemnités de Vice-Président de Plaine CO (que touchait aussi JS) à autre Vice-Président.

        Pour Aubervilliers, comme pour Plaine CO, cela se fait dans le cadre de l’enveloppe budgétaire légalement attribuée et pour le même montant que sous la précédente mandature.

        Que cherche Madame ALTER en tentant de faire croire que les politiques n’ont que des considérations d’argent et que celles-ci participent à l’augmentation des impôts ?

        Est-ce un hasard si elle le fait au lendemain des élections européennes qui ont eu le résultat que l’on connaît ?

        Répondre à ce message

      • Indemnités des élus : clarté et transparence Le 26 mai 2014 à 15:13, par samos

        tu devrais trouver autre chose a dire c bien legale
        apres parler de la femne du maire qui na rien a voir
        avec la politique locale et qui ne c et jamais permise
        de critiquer l ancienne equipe municipale c sa qui
        et indecent et irespectueux mais bon tu ne parle que
        des indemniters du maire sa comence a faire
        un petit peu rengaine ta trouver que sa a dire
        tu en reve la nuit ou bien ?tu dit toi meme que tout
        et legale .mais bon quand tu trouvera quelque chose
        d interessant a dire tu nous fera signe au faite
        ton mari il trvail ?il touche combien ?

        Répondre à ce message

      • Indemnités des élus Le 26 mai 2014 à 15:27

        Anna Alter est mal renseignée, Pascal Beaudet touche 0 € à Plaine-Commune.

        Répondre à ce message

  • En finir avec les petits calculs et les basses manoeuvres Le 24 mai 2014 à 10:28, par André Narritsens

    Le "débat" engagé sur la question des indemnités des élus témoigne d’assez intéressantes visions du monde et de l’action politique ainsi que, parfois, de la volonté de déconsidérer.

    D’aucuns considèrent donc que la politique est une profession rémunérée alors que le principe même de l’indemnité repose sur le fait que l’exercice des fonctions électives municipales est gratuite. L’indemnité n’existe que pour compenser des frais inhérents aux fonctions assumées. Les communistes acceptent ce principe car les militants qui exercent des responsabilités électives lourdes ne peuvent, parce qu’ils ont des revenus modestes (voire très modestes) sacrifier une partie de ceux-ci à l’action publique.

    Si le principe de l’indemnité est accepté une seconde question se pose : l’affectation strictement individuelle telle que le prévoient les textes en fonction des niveaux de responsabilté exercés où des affectaions combinant l’individuel et les besoins politiques collectifs.

    De ce point de vue, on ne raisonne pas de la même manière si l’on considère l’élu en situation d’indemnisation comme une personne unique ou si l’on considère les élus d’une même sensibilité comme ayant des besoins communs. Je pense par exemple à l’édition d’un bulletin interne, à l’organisation de la formation, aux nécessaires rencontres entre élus d’autres territoires, à l’animation d’associations départementales ou nationale telle l’Association nationale des élus communistes et républicains ... Cela suppose des coûts parfois assez élevés et qu’il faut bien financer.

    De même la solidarité politique avec des élus non indemnisés d’autres villes est nécessaire, sauf à considéréer que la respiration politique n’est que locale.

    La mutualisation des ressources est donc indispensable et c’est pourquoi les communistes affichent le principe du reversement des indemnités à leur Parti, dans des conditions dont ils discutent à partir de principes statutaires qui n’ont rien à voir avec les esprits-calculette qui se sont récemment manidestés ici.

    Répondre à ce message

    • Il est sans doute utile de rappeller les articles des statuts du PCF qui traitent de la cotisation des élus. Les élus communistes procèdent en effet en premier lieu du Parti qui les propose à l’élection. Ce sont donc les règles statutaires du Parti qui s’appliquent à eux. Voici les deux articles des statuts du PCF qui concernent cette question.

      15.2. Cotisations des élu-e-s
      Les élue-e-s, membres du PCF, ne tirent pas de revenus supplémentaires de leur mandat.
      Indépendamment de leur cotisation d’adhérent-e, elles et ils prennent l’engagement de verser leurs indemnités au parti ; à l’association nationale de financement pour les parlementaires, aux associations départementales de financement pour les élus territoriaux ou locaux. Par cette cotisation d’élu-e, les élu-e-s communistes participent ainsi à la mutualisation des moyens sur le territoire concerné. Le Parti contribue à leur assurer les moyens nécessaires à l’exercice de leur mandat, après débat avec les intéressé-e-s. Si elles ou ils doivent réduire ou suspendre leur activité professionnelle, elles et ils conservent une indemnité compensatrice – établie en toute clarté avec les instances concernées.
      Cette cotisation d’élu-e donne droit à un reçu fiscal annuel conformément à la législation sur le financement des formations et partis politiques.

      20. Les élu-e-s
      Proposé-e-s par leur Parti, les élu-e-s communistes détiennent leur mandat du suffrage universel.
      Devenu-e-s élu-e-s de tou-te-s, elles et ils développent leur activité en favorisant l’intervention et la participation active des citoyen-ne-s à l’élaboration et à la mise en œuvre de leurs choix.
      Dans chacune des assemblées, les élu-e-s communistes décident, seul-e-s ou avec des partenaires, de constituer un groupe qui élit son ou sa responsable de groupe ou son collectif d’animation.
      A chaque niveau électif, elles et ils veillent à mener un travail collectif et impulsent la démocratie participative avec la population.
      Les élu-e-s communistes se regroupent, avec d’autres élu-e-s qui le souhaitent, dans l’Association nationale des élu-e-s communistes et républicains (ANECR). Association autonome, elle permet l’accueil des élu-e-s dans leur diversité d’opinions, dans le cadre de leur travail spécifique au service de la population, à qui ils et elles rendent compte de leur mandat. Lieu de recherche et d’échange d’expériences, tout autant que moyen d’action et de rassemblement, elle favorise les coopérations avec d’autres associations, et institutions.
      La coopération et l’échange régulier entre les élu-e-s communistes et les différentes instances du Parti à tous les niveaux - dans le respect du rôle de chacun-e - contribuent à enrichir la réflexion, les propositions et l’efficacité des uns et des autres.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article