Retour sur les 70 ans de l’exécution du groupe Manouchian

L’affiche rouge à Aubervilliers

dimanche 23 février 2014

A l’occasion de la commémoration du 70ème anniversaire de l’affiche rouge, la section d’Aubervilliers vous propose deux photos d’archive. C’était en 1974. On y voit André Karman, maire d’Aubervilliers de 1957 à1984 inaugurer le gymnase Missak Manouchian en dévoilant avec Mélinée Manouchian la veuve du chef de la FTP-MOI la plaque comportant les noms des "vingt et trois".

La section d’Aubervilliers tient à votre disposition l’Huma spécial 70 ans de l’affiche rouge (10 euros) avec un CD du groupe HK reprenant le très beau poème d’Aragon mis en en musique par Léo Ferré.

Nous vous proposons aussi le texte que Jean-Jacques Karman a rédigé ce 21 février, à l’heure où le président Hollande a décidé de faire entrer quatre résistants au Panthéon et où, à Aubervilliers, le maire a tenu à saluer le sacrifice des "vingt et trois". On doit déplorer une fois de plus que la place tenue par les communistes dans la résistance soit encore une fois occultée, au mépris de l’Histoire et de la mémoire de ceux qui l’ont faite.

JPEG - 28.7 ko
Inauguration de la plaque commérant le groupe des 23 (en 1974)

Ce matin, samedi 22 février, à 11h une cérémonie était « organisée » par Jacques Salvator, sous le prétexte de la rénovation de la plaque inaugurale du gymnase Manouchian, rue Lécuyer.

S’il y a une chose que l’on peut lui reconnaître, c’est son sens de l’opportunité à créer des événements, tout en les utilisant. Ce jour du tragique anniversaire, où le « groupe Manouchian » fut fusillé en 1944 par les nazis, Jacques Salvator l’a choisi pour ré inaugurer une plaque existante en l’honneur du groupe Manouchian ; plaque posée il y a 40 ans par André Karman alors maire d’Aubervilliers. Dans « Le Parisien » cela devient : « Il y aura aussi désormais une plaque. » alors que la plaque existe. Celle-ci a simplement été rénovée. Cela permet à Jacques Salvator de se mettre en avant et aussi (comme il le fait à chaque fois que cela est possible) d’atténuer le côté communiste de l’événement. Il a réussi le tour de force, alors que groupe Manouchian est composé à 100 % de communistes, à ne jamais dire le mot « communiste ».

JPEG - 29.4 ko
André Karman

Mais soyons reconnaissant puisqu’il nous a donné la parole au dernier moment. Il a fallu donc improviser en quelques minutes, cela ne fut pas facile et je m’excusais par avance sur le fait que mon intervention serait « décousue ». Partant de mes souvenirs, je rappelais les faits. Il a 40 ans, ici même André Karman, alors maire d’Aubervilliers, inaugurait le gymnase nouvellement construit rue l’Ecuyer, du nom de Gymnase Manouchian en présence de madame Manouchian. Le groupe Manouchian était l’un des groupes de résistants FTP-MOI qui agissaient sur Paris et qui ont été fusillés par les nazis, le 23 février 1944. Cela avec la complicité des collaborateurs français dont le premier, Pierre Laval maire d’Aubervilliers jusqu’en 1944, et ensuite condamné à mort et exécuté à la Libération). Qui étaient-ils ? Les FTP, en réalité FTPF (Francs Tireurs et Partisans Français) créés par le parti communiste français en 1941 pour organiser la lutte armée contre les nazis. Cette organisation remplaça l’OS la première organisation armée dirigée par Gaston Carré le secrétaire de la section d’Aubervilliers du PCF, avant guerre. Les FTP furent ensuite commandés par Charles Tillon, député communiste d’Aubervilliers depuis 1936, et futur maire d’Aubervilliers en 1944.

Dans le PCF, avant guerre, les communistes étrangers, souvent victimes de la répression dans leur pays, étaient organisés en groupe de langue, dans le but de rentrer dans leur pays pour faire la révolution comme le recommandait l’Internationale Communiste. Ces groupes prirent le nom de MOI (Main d’œuvre immigrée) d’où FTP-MOI qui étaient tous des communistes immigrés qui luttaient dans la Résistance française contre les nazis. J’ai fait remarquer, en ce jour où le Président de la République choisit des Résistants pour entrer au Panthéon, qu’il aurait été symbolique de choisir de transporter les restes de Manouchian au Panthéon. J’ajoutai que lorsque Charles Tillon a donné l’ordre d’une réorganisation des FTP en région parisienne, le colonel Fabien, l’auteur du premier coup de feu contre les nazis, qui était caché à Aubervilliers dans la rue qui porte aujourd’hui son nom, regagna un autre lieu. L’un des groupes FTP qui passa à l’action directe était composé entre autre d’un communiste d’Aubervilliers, Raymond Collot, beau-frère d’André Karman, qui sera pris, torturé et fusillé aussi au Mont Valérien. Sa femme, Fernande Karman/Collot, déportée à Ravensbrück et André Karman, lui-même, déporté à Dachau. Jacques Salvator a bien fait de rénover la plaque, mais remarquons que le texte d’invitation ne contient jamais le mot de « communiste ». Peut-être est ce du au fait que les communistes sont toujours présents, sur la liste conduite par Pascal Beaudet pour les élections municipales, liste qui normalement devrait l’emporter comme en 1944, il y a donc 70 ans.

Pour être juste, en fin d’après midi, Didier Daeninckx a « remis les pendules à l’heure » par une magnifique conférence. Lui, qui soutient Jacques Salvator pour les élections municipales a été d’une correction remarquable envers la vérité historique.

Jean-Jacques Karman
21 février 2014

1 Message

  • L’affiche rouge à Aubervilliers Le 24 février 2014 à 18:42

    Très ému de voir ces photos avec André Karman. Je ne les connaissais pas mais je me souviens de cette cérémonie où enfant, mes grands frères étaient très fiers de ce nouveau gymnase à Aubervilliers. Merci au site de nous faire revivre ces moments.
    Bien à vous

    Répondre à ce message