Conseil municipal du 30 janvier 2014

Une équipe municipale au bout du quai

dimanche 2 février 2014

Si les vœux du maire avaient donné l’image d’une équipe municipale à quai, (c’était le titre de notre article sur le site), le conseil municipal tenu jeudi soir a apporté au maigre public d’Aubervilliers une précision de taille : on sait désormais où est notre équipe sur le quai.

La première adjointe Evelyne Yonnet a dû assurer le difficile exercice de présider le conseil municipal et de masquer la débandade de l’exécutif. De ce point de vue reconnaissons qu’elle s’en est plutôt bien acquittée. Il faut dire que sa tâche a été facilitée par la présentation liminaire de trois dossiers. Amorcée par Bernard Vincent, s’appliquant à expliquer le Plan Communal de Sécurité, on pouvait immédiatement comprendre que ce serait long, ce qui a été le cas. Et ça a aidé pour différer le débat, même si on se réjouit de la construction d’une école au Marcreux et de l’avancement du projet du campus Condorcet engagé à l’époque de Jack Ralite.

Une énième procédure judiciaire aux frais du contribuable

Mais au bout de d’une heure et demi, le naturel est revenu au galop. Du fond de la salle, on a assisté aux déambulations d’élus hagards allant se chercher une collation, pendant que les autres débitaient des arguments stéréotypés. Ainsi en a-t-il été de la énième procédure juridique engagée par la ville, cette fois-ci à l’encontre d’une citoyenne qui aurait harcelé et menacé la première adjointe. Si les faits semblent répréhensibles, ceux-ci relèvent d’un règlement de compte à caractère privé. C’est ce que n’a pas manqué de souligner Jean-Jacques Karman, ajoutant que le précédent de la plainte à l’encontre de cinq militants communistes et qui avait débouché sur un non lieu devait conduire l’exécutif à la modestie et à la modération ; à commencer au plan financier puisque le maire fait peser sur la ville les frais d’avocat. Cela n’a pas empêché le président du groupe socialiste Benoit Logre, et ce, malgré le revers infligé au maire par le Tribunal administratif dans cette "affaire de la camionnette", de considérer que le Tribunal avait donné raison au maire et à son adjointe. Et de rester silencieux à la demande exprimée par Jean-Jacques Karman de rembourser à la ville les frais d’avocat...

Urbanisme : six ans de mandat et toujours pas de vision pour Aubervilliers

Puis on a eu droit à une succession de délibérations sur des opérations de construction dont on a eu la désagréable impression qu’elles étaient menées au coup par coup sans souci de cohérence globale, et notamment d’adéquation avec les équipements de transport et circulation. On ne peut accepter la fuite en avant municipale consistant à considérer que le salut viendra du métro, et notamment de l’arc express. Les stations du Fort et de la mairie ne seront pas ouverte avant dix ans ! En attendant, les bus surchargés, le stationnement de plus en plus difficile, des pistes cyclables peu opérationnelles et encombrées, constituent le quotidien des albertivillariens...

On repart pour six ans comme ça ? A voir ce conseil municipal, on a bien senti que plus grand monde n’y croit encore.

Eric Plée

7 Messages

  • Une équipe municipale au bout du quai Le 2 février 2014 à 12:57

    C’est vrai que quand on est au bout du quai, il suffit de pousser un peu... Et comme ils se poussent entre eux....

    Répondre à ce message

  • Une équipe municipale au bout du quai Le 2 février 2014 à 13:19, par madame Irma

    Je peux vous donner en exclusivité le titre des prochains articles de Monsieur Plée sur la municipalité : après "une équipe à quai" et "une équipe au bout du quai", ce sera "une équipe en déséquilibre au bord du quai" et enfin"une équipe tombée du quai". Il conclura ainsi sa trilogie de quatre articles.
    A moins que l’électeur n’en décide autrement...

    Répondre à ce message

  • Une équipe municipale au bout du quai Le 3 février 2014 à 08:50

    Merci pour ce résumé qui relate bien l’ampiance fin de parenthèse qui règne à la mairie en ce moment. Et encore la séance a plutôt été de tenue correcte Suer le fond, c’était pas brillant, je me demande s’il y avait encore le qurum à la fin, tellement la démobilisation est importante au sein de la municipalité, mais bon...

    Répondre à ce message

    • Une équipe municipale au bout du quai Le 3 février 2014 à 09:32, par votre ami

      en effet, ce n est pas facile de faire une liste.
      etat de la campage
      faycal meynial pour la droite
      peliccia divers plutot droite voire plus
      salavator ps divise, vert qui se fait la guerre des places, hafidi qu ifait la danseuse mais qui lachera
      beaudet le rassembleur la liste est terminee et ser apresentee le 13 fevrier a l ecole robespierre à 19h

      oui le ps est divise les troupes demotives lasses de tout les decus en tout genre (pas sur la liste promesse d emploi et de logement non tenues j en passe et des meilleurs)
      ps ou personne ne decide c est un conglomerat de clans
      - clan de la breche djouder jacquet yonnet logre
      - clan des copains de cites les kabyles ali cherif akim le vert et qq ps bien avertis
      - clan des gens qui s en foutent diakate theurier et bien d autrs qui ont leur place sur la liste
      - clan qui peureux si des noms s ajoutent qui est vire
      - clan des personnalites qui se detestent entre eux djernoune vigean des musulmans
      - clan des jeunes on s en fout connu de personne

      - clan de la sucession des elus sont en train de preparer le rempacement du maire
      scandaleusxde leur part

      - clan salvator desole pour lui il est seul devant la maladie et tout se decide sans lui

      alors de toux ceux la qui decide ?

      Répondre à ce message

  • Une équipe municipale au bout du quai Le 3 février 2014 à 12:38, par Employé municipal anonyme

    Je souhaite pour 2014 une équipe capable de cohérence dans l’action municipale. On ne peut pas dire de tous les élus actuels qu’ils sont incompétents. Par exemple, M. Bouali est un bon élu aux sports, selon beaucoup de responsables d’associations sportives, mais un moins bon élu à la jeunesse puisque la politique de l’OMJA est trop ciblée en direction de quelques uns. M. Vannier est un technicien compétent dans la construction, mais le problème est qu’il ne travaille pas avec ses collègues. Or un travail municipal est un travail collectif et la municipalité actuelle n’a pas progressé dans ce domaine. S’il y avait eu un élu aux transports, au cadre de vie, à l’écologie, aux travaux... on n’aurait eu du débat et des décisions partagées et portées par tous, et peut-etre un urbanisme moins anarchique.

    La conséquence de ces carences, c’est que c’est l’administration qui décide, et plus encore depuis le retrait malheureux de Jacques Salvator. Il est néanmoins juste qu’il n’avait pas su s’opposer à l’hypertrophie du sommet administratif de la ville. Par exemple, les directeurs généraux adjoints avaient vu leur nombre réduit de 6 à 4 sous le précédent mandat, du fait du transfert de compétences à Plaine Commune. Et bien qu’a fait Salvator : retour à la case départ et meme au delà avec 7 DGA. Avec en plus, création d’une strate de directeurs entre les DGA et les chefs de service. Sans parler de l’hypertrophie du cabinet du maire et des secrétariats d’élus qui ont triplé en six ans.

    Pendant ce temps, certains services restent au même niveau depuis plusieurs années. Par exemple le service de l’enseignement qui compte 18 personnes, soit une de plus qu’à l’époque de Carmen Caron (adjointe à l’enseignement jusqu’en 2001). La population de la ville a pourtant augmenté, des écoles ont été construites et on compte presque deux fois plus de demi-pensionnaires qu’il y a 20 ans...

    Et on assiste aux coups de fil répétitifs des élus et du cabinet pour caser telle personne ou inscrire tel gamin dans telle école ou à la cantine pendant que le maire attaque la FCPE devant le Conseil d’Etat parce qu’elle demande simplement qu’il n’y ait pas de discrimination à l’accès à la restauration... Une administration ne peut pas travailler comme ça. Il lui faut un cadre clair, des orientations lisibles et pouvoir être entendue pas sa hiérarchie.

    Non, je sais que ce n’est pas simple, mais il faut d’autres bases pour repartir correctement.

    L’employé municipal anonyme par précaution

    Répondre à ce message

    • Une équipe municipale au bout du quai Le 3 février 2014 à 13:56, par Chateldon

      Très belle analyse de l’employé communal anonyme.

      On se demande simplement s’il n’a pas été embauché du temps de Pierre Laval, question méthode.

      Répondre à ce message

      • Une équipe municipale au bout du quai Le 3 février 2014 à 14:23, par Expliquons

        Non, votre employé communal n’a pu être embauché à l’époque de Laval, les fonctions de Laval ayant pris fin de façon prématurée à la libération. Cet employé, dont vous louez la qualité de l’analyse, aurait à ce jour 70 ans de services publics, ce qui, même avec le recul de l’age de la retraite voté par les socialistes rend votre hypothèse peu crédible.

        On peut néanmoins s’interroger sur le souhait de ce monsieur (ou dame) de rester anonyme en étant employé par la municipalité actuelle, et c’est peut-être cela que vous avez voulu souligner. Et là, je ne vous suivrai pas sur ce terrain.

        Répondre à ce message