Communiqué du groupe Front de Gauche au Conseil Général de Seine-Saint-Denis

Redécoupage des cantons : la pluralité politique mise à mal !

samedi 30 novembre 2013

En 2015, beaucoup de choses vont changer concernant les élections territoriales. Pour l’instant, on parle surtout du rôle très contestable que vont prendre les intercommunalités. Mais les Conseils Généraux sont aussi touchés par cette loi dite « acte III de la décentralisation ». Les futurs conseillers généraux devront se présenter en binôme (un homme et une femme) et le Conseil Général sera renouvelé intégralement tous les 6 ans (actuellement, c’est par moitié tous les trois ans).

Les cantons sont donc redéfinis en vue de l’application de cette réforme. Et c’est bien peu de dire que la proposition de découpage faite par les élus socialistes de Seine-Saint-Denis est loin d’être satisfaisante...

Le nouveau redécoupage des cantons pour les élections cantonales, prévue en 2015 vient d’être, ENFIN !, porté à notre connaissance. Notre colère n’a d’égale que la très grande patience qu’il nous a fallu pour obtenir ce document.

Passant de 40 à 21 cantons, nous constatons que le Parti socialiste aura la part très belle puisque ce redécoupage lui est ultra favorable. Nous observons également la multiplication des duels Front de gauche / Droite afin que les formations autres à celles du Président Troussel soient réduites à quantité négligeable. C’est inacceptable. D’autant que le découpage restera peu compréhensible pour des populations qui seront noyées dans des cantons aux trop larges dimensions géographiques.

Et la proportionnelle continue de s’éloigner...

Par ailleurs, le mode de scrutin est aussi « alambiqué » par l’élection de deux conseillers généraux titulaires et deux suppléants par canton. Si nous portons le principe de la parité dans ces tandems, nous refusons comme nos parlementaires l’ont fait, une méthode qui nie une nouvelle fois, l’exigence d’un vote à la proportionnelle, seul garant de la représentation de la diversité politique de la Seine Saint Denis, élément fondamental de notre République.

Bref c’est l’État PS ! Ce que la démocratie n’offrira aux candidats socialistes se présentant aux élections municipales contre les maires Front de gauche sortant, le tripatouillage d’une carte électorale leur offrira l’année suivante lors des élections cantonales : une hégémonie sur toute la Seine Saint Denis !

Des élus toujours plus loin des administrés

Aujourd’hui, dans ce pays, la concertation, l’échange ou le débat d’idées, nécessaire à l‘exercice de la démocratie, sont en passe de devenir des souvenirs lointains.

Entre un projet de loi sur la métropole parisienne en voie de passer en force ou un vote bloqué sur la réforme des retraites, ce sont tous les principes démocratiques qui sont remis en cause dans toutes les assemblées.

A l’heure où le climat social, économique et sociétal se détériore, il ne faut pas rajouter de la colère à la colère.

La nouvelle carte des cantons en Seine Saint Denis témoigne de cette absence de démocratie et de respect de la pluralité politique. Elle témoigne surtout d’un parti qui ne sait plus répondre aux attentes de la population. A tel point que certaines voix au Parti socialiste envisagent la suppression des départements de première couronne pour dégager des marges de manœuvre financières, faute d’avoir la volonté de faire payer le capital. Une belle hypocrisie lorsque l’on constate à quel point d’autres, de cette même sensibilité politique, veulent conserver une main mise sur le département !

Pour toutes ces raisons, nous ne voterons pas ce nouveau découpage.

Bobigny, le 27 novembre 2013

Les élu-e-s du groupe communiste, citoyen, Front de gauche pour une transformation sociale et écologique - Conseil général de la Seine Saint Denis.

Bally Bagayoko, Pascal Beaudet, Belaïde Bedreddine, Josiane Bernard, Hervé Bramy, Gilles Garnier, Florence Haye, Jean-Jacques Karman, Pierre Laporte, Jean-Charles Negre, Jacqueline Rouillon, Abdel-Madjid Sadi, Azzedine Taïbi