Lettre ouverte de JJ. Karman à Nathalie Perrier, journaliste du Parisien

dimanche 24 novembre 2013

Dans son édition du 23 novembre, le Parisien, sous la plume de Mme Perrier, s’étonne de l’absence des élus communistes au Conseil Municipal du 21 novembre, portant sur les orientations budgétaires. Il faut dire que ce soir-là Pascal Beaudet et Jean-Jacques Karman participaient à la rencontre du quartier Villette/4 Chemins. Il faut dire aussi que cette séance du Conseil Municipal était initialement prévue ... une semaine plus tôt. Nous publions ci-dessous une lettre ouverte de Jean-Jacques Karman à Nathalie Perrier.

Madame, je n’ai pas encore eu le plaisir de vous rencontrer depuis que vous êtes journaliste au journal « Le Parisien », chargée des pages de la Seine-Saint-Denis, donc de la ville d’Aubervilliers. Je le regrette.

Je viens de prendre connaissance, ce jour, de votre article sur le Conseil municipal d’Aubervilliers, tenu le jeudi 21 novembre. Je suis sûr que vous n’aviez pas d’autre but que d’informer vos lecteurs.

Mais vous comprendrez que certaines interprétations peuvent avoir des répercutions politiques à quelques semaines des élections municipales, alors que le maire actuel Jacques Salvator est fortement contesté dans beaucoup de domaines. Il fait feu de tout bois, dans le but de discréditer celui qui a de grandes chances de le remplacer en mars prochain, Pascal Beaudet.

Je souhaite vous rapporter quelques faits éclairants permettant d’établir la vérité auprès des habitants. Depuis des semaines, le conseil municipal était prévu non pas le 21 novembre, mais le 14 novembre. Aussi, nous avions cadré les dates de nos huit premières réunions publiques à l’écoute des habitants en fonction du 14 et non du 21. Le matériel électoral imprimé est sorti avec pour le 21, une réunion dans le quartier Villette/Quatre-chemins. Ce qui rendait impossible la présence de Pascal Beaudet au conseil municipal ce jour-là.

Membre de la commission des finances, j’ai participé à celle consacrée aux orientations budgétaires et j’ai alors appris que le conseil municipal était repoussé au 21. Autre surprise : à cette réunion, aucun document préparatoire ne nous a été remis et j’ai constaté l’absence de tous les adjoints socialistes, y compris du maire, pourtant responsable des finances mais qui n’est jamais venu à cette commission. Le lendemain, j’ai demandé au chef de cabinet de Jacques Salvator s’il était possible de décaler le rapport sur les orientations budgétaires de deux heures dans l’ordre de présentation au conseil municipal du 21, pour me permettre de participer au début de la réunion électorale dans le quartier où j’habite, et de prendre ensuite la parole sur les orientations budgétaires au conseil municipal.

Je précise que j’ai pris la parole au conseil municipal pour relever les mensonges de Jacques Salvator sur sa gestion, non pas « au nom de Beaudet » comme vous l’écrivez dans votre article, mais en mon nom. Conseiller général du canton ouest depuis 1984 et animateur de la Gauche communiste, je rassemble largement à toutes les élections locales et réalise les meilleurs scores électoraux sur la ville. Je fais aujourd’hui équipe avec Pascal Beaudet et d’autres à gauche, en particulier des jeunes des quartiers, après l’analyse de la situation locale avec mes camarades de la Gauche Communiste. En effet, nous sommes persuadés que ce large rassemblement est le meilleur moyen de se débarrasser du maire actuel Jacques Salvator et de sa gestion calamiteuse, afin de donner toutes les chances aux habitants de vivre mieux à Aubervilliers. Mon soutien est déterminant : c’est pour cela que Jacques Salvator cherche par tous les moyens à nous diviser, Pascal Beaudet et moi.

Le 21 novembre donc, Jacques Salvator savait que Pascal Beaudet ne serait pas présent au conseil municipal. Jacques Salvator a ensuite communiqué sur cette absence légitime de Pascal Beaudet pour qu’elle devienne un fait politique en utilisant les colonnes du Parisien. Samedi, Jacques Salvator a été servi au-delà de ses calculs, par le plus grand article des pages Seine-Saint-Denis, sur 4 colonnes avec en gros titre : « Les communistes délaissent le conseil municipal ».

Les habitants d’Aubervilliers qui ont déjà été abusés, et qui ont subi en autre plus de 30 % d’augmentation de la taxe d’habitation à cause des choix de Jacques Salvator, ne se laisseront pas tromper une nouvelle fois. En mars prochain ils choisiront le réel changement.

Madame, je veux vous dire tout le respect que j’ai pour votre travail et si vous le désirez, je suis ouvert à tout entretien sur la réalité d’Aubervilliers.

Jean-Jacques Karman

17 Messages

  • En espérant que ça mette fin à cette polémique complétement idiote... Il serait d’ailleurs élégant de la part du Parisien qu’il publie un droit de réponse.

    Répondre à ce message

  • Karman-teur Le 24 novembre 2013 à 22:40, par Fabio

    Oui monsieur Karman vous êtes un modèle de droiture

    Avoir trahi Jack Ralite, le beau père de Pascal Beaudet lors d’élections précédentes fait de vous un modèle de fiabilité et de crédibilité

    Pathétique

    Répondre à ce message

    • Fabio-ci Fabio-la Le 25 novembre 2013 à 15:25, par Ras-le-bol

      Fabio, tu es l’expression même de la bêtise acoquinée à la lâcheté. C’est tellement courageux d’insulter les responsables politiques cachés derrière ton pseudo. Sâche que tu n’insultes pas seulement des élus communistes, mais tous ceux qui ont voté pour eux, ceux qui viennent dans nos réunions publique, ceux qui distribuent des tracts, militants et sympathisants. Sâche aussi que ça ne nous empêche pas de dormir, au contraire : ta haine suintante constitue une motivation de premier ordre pour balayer tes camarades socialistes de la mairie. On en viendrait presque à te remercier, tellement tu incarnes tout ce qui indispose les Albertivillariens : le mépris, la morgue, l’outrance verbale combinée à la faiblesse de l’argumentation. Tu es un véritable étalon-con. Ce sera difficile de te surpasser.

      Répondre à ce message

      • Fabio-ci Fabio-la Le 25 novembre 2013 à 17:20, par Fabio

        Cher ras le bol

        je te mets au défi de démontrer qu’une chose que j’ai avancée est fausse

        karman ne s’est pas présenté contre Jack Ralite le beau papa de Beaudet ?
        j’invente ?

        alors ras le bol oui , mais aux gens qui oublient tout et se remettent ensemble après avoir fait la guerre entre eux juste pour une election

        pathetique

        Répondre à ce message

        • Fabio-ci Fabio-la Le 26 novembre 2013 à 07:44, par Ras-le-bol

          Jean Jacques Karman s’est présenté face à Jack Ralite pour des raisons politiques qu’il a expliquées en temps et en heure. D’ailleurs, il a été largement suivi par la population puisqu’à chaque scrutin, il a obtenu plus de 20%. Bien entendu, ça doit te dépasser.

          Que penses-tu cher ami de Madame Salvator première adjointe, toi qui soulignes à l’envi le lien familial entre entre Pascal Beaudet et Jack Ralite ?

          Répondre à ce message

    • Échanges sclérosés Le 25 novembre 2013 à 16:33

      Les échanges avec @Fabio commencent à être fatigants et n’apportent strictement rien au débat local. Continuer de lui répondre enlève beaucoup d’intérêt à visiter quotidiennement votre site.

      Répondre à ce message

  • Le Parisien est du niveau de Fabio ! Au lieu de s’interroger sur le fond, c’est à dire l’état des finances de la ville, du pourquoi on en est là et des perspectives que dégage le débat d’orientaion budgétaire dont au passage, il ne faut rien attendre, Le Parisien préfère la politique au ras des pâquerettes en essayant de relever la petite phrase, le petit détail...
    Qu’il vienne dans nos réunions où là il se passe quelque chose et où les habitants qui interviennent sont sur le fond... Il aura sans doute plus de choses à dire...

    Répondre à ce message

  • Moi aussi j’ai été stupéfaite à la lecture de cet article.

    Est-ce que la journaliste a travaillé sur son article, on peut se le demander.

    est-ce qu’elle écoute les albertivillariens qui en ont marre d’un maire qui passe son temps à faire le guignol, qui arrive toujours en retard aux réunions sans même s’excuser, qui ne répond pas aux courriers de ses administrés, qui endette la ville, qui s’approprie tous les projets que Pascal Beaudet a lancés, qui laisse la ville s’enfoncer dans l’insécurité, qui avait promis une ville propre, jamais la ville n’a été aussi abandonnée, qui ne cesse de faire du clientélisme (à la maladrerie un élu proposait des places au stade de france contre le vote pour Salvator), un maire qui n’écoute pas les locataires de l’office HLM, salvator n’avait-il pas promis des réparations dans les 48 heures, un maire qui maltraite le personnel communal a tel point que certains avouent avoir rencontré le totalitarisme non pas avec le PC, mais avec l’équipe dirigeante.

    Il y aurait tant à dire Madame Perier ! Faites correctement votre beau métier.

    Répondre à ce message

    • et alors Le 25 novembre 2013 à 12:32

      Bonjour,
      journaliste de métier, je ne comprends pas que vous vous étonniez de ce papier paru dans le parisien...
      Le contenu est faible certes et "utilitaire" pour les politiques en place mais bon c’est le lot quotidien de la presse régionale de servir la soupe au pouvoir local. Et ici, le pouvoir local - régional, départemental et ville - c’est le ps. Point barre.
      Après ce n’est pas la rédactrice qui a choisi de traiter ce non-sujet ni de lui donner une demie page, c’est de la responsabilité de la rédaction en chef de ces pages régionales.

      Ce que vous devriez faire, c’est de présenter vos condoléances attristées à une journaliste qui perd son temps et dilue son talent à faire ce genre de papier en service commandé par ses responsables, voilà tout.

      La première couleuvre, c’est elle qui l’a avalée !

      Répondre à ce message

  • Ceci n’est malheureusement pas nouveau de la part du Parisien. Souvenez-vous, quelques jours avant la grève à Aubervilliers sur les rythmes scolaires, le Parisien publiait un papier sur le sujet avec Jacques Savator disant que tout allait bien à Aubervilliers alors que le préavis de grève était annoncé.
    Quel dommage que Le Parisien ne se déplace pas plus à Aubervilliers pour entendre le mécontentement des gens sur les problèmes dans le Parc HLM, l’insécurité, l’absence des élus de l’équipe en place....et ça c’est notre quotidien.

    Répondre à ce message

  • Lettre ouverte de JJ. Karman à Nathalie Perrier, journaliste du Parisien Le 25 novembre 2013 à 20:51, par habitante villette

    Merci à monsieur karman pour son engagement déterminé pour notre quartier et notre ville- il est un conseiller général respectueux des petites gens, à leur écoute, loin du mépris du Ps local qui cherche plutôt à draguer l électorat de droite...le Ps a perdu depuis longtemps ses racines socialistes, il est devenu un parti de professionnels politiques , à contre courant des aspirations du peuple- je remercie monsieur Karman de nous éclairer assez souvent sur les impostures politiques des socialistes

    Répondre à ce message